Aller au contenu principal

La volaille de chair en chiffres

Plébiscitée par les consommateurs français et deuxième viande la plus consommée dans le monde, la volaille de chair est une filière qui regroupe les activités d’accouvage, d’élevage, de fabrication d’aliments et de transformation. Focus sur cette filière, ses débouchés et ses enjeux.

La consommation de volaille de chair est en hausse depuis plus de dix ans en France et en Europe. Dans le monde, c’est la deuxième viande la plus consommée juste derrière le porc. La filière produit des poulets, canards gras et maigres, dindes, pintades, cailles, pigeons, destinés à la consommation de leur viande. En France, elle regroupe les activités d’accouvage, d’élevage, de fabrication d’aliments et de transformation. En 2010, 52 % des exploitations de volaille de chair étaient spécialisées. En 2019, la France était le troisième producteur européen derrière la Pologne et le Royaume-Uni. 

 

Principaux acteurs

Sur le territoire français, la Bretagne produit 33 % de la production nationale, les Pays-de-la-Loire 30 %, la Nouvelle-Aquitaine 13 %, le Centre-Val de Loire 3,5 % et la Bourgogne-Franche-Comté 5 %.

Du côté des accouveurs, on recense 1 200 élevages de reproduction, 120 entreprises et 6 500 emplois. Les éleveurs sont au nombre de 14 000, dont 4 000 sous label. Les fabricants d’aliments ont 340 usines et produisent 7 millions de tonnes d’aliments, soit 33 % de la production d’aliments du bétail et 4 000 emplois. On recense du côté des industriels 170 entreprises, 25 000 salariés et 415 établissements d’abattage.

 

Le poulet

La viande de poulet est la volaille plébiscitée par les consommateurs français, qui la consomment chaque année un peu plus. Plus d’un million de tonnage vif a été abattu en 2019. Sur près de 30 kg de volaille consommée par an et par personne, 21 kg concernent le poulet. Les grands bassins de production se situent en Bretagne, Pays-de-la-Loire, Auvergne-Rhône-Alpes. La superficie moyenne des exploitations est de 2 420 m2. Du côté des débouchés, les consommateurs achètent le poulet à 86 % dans les circuits généralistes (grandes et moyennes surfaces) et à 14 % dans les circuits spécialisés tels que les boucheries.

 

La dinde

La dinde est la deuxième volaille la plus consommée en France, avec 4,6 kg par an et par habitant. 318 501 t en tonnage vif ont été abattues en 2019. La surface moyenne des exploitations françaises est de 2 400 m2 de bâtiments. Les régions les plus productrices sont la Bretagne, les Pays-de-la-Loire et le Centre-Val de Loire. Tout comme le poulet, les consommateurs l’achètent à 87 % dans les circuits généralistes et à 13 % dans les circuits spécialisés. 

 

Le canard et l’oie

Troisième viande consommée par les Français, avec 3,2 kg par habitant et par an, 133 878 tonnes en tonnage vif ont été abattues en 2019. La surface moyenne des exploitations est de 925 m2. Les trois régions les plus productrices pour le canard et l’oie à rôtir sont la Bretagne, les Pays-de-la-Loire et la Nouvelle-Aquitaine. Les consommateurs l’achètent à 82 % dans les circuits généralistes et à 18 % dans les spécialisés.

La pintade

La pintade est une production particulière, puisque la France est le seul pays au monde à avoir engagé un travail de sélection : ponte des reproductrices, indice de consommation et conformation des pintades de chair, homogénéité des lots, résistance aux maladies... La France produit 260 000 à 300 000 reproductrices par an. 70 % des pintades produites sont standard, 30 % sont des pintades fermières Label rouge et 0,5 % sont des pintades bio. Les abattages annuels portent sur 32 000 t.
C’est une volaille consommée de façon importante hors domicile, 18 % des ménages sont acheteurs contre 88 % pour le poulet.

 

Production standard et sous label

Du côté des poulets, 66 % de la production est standard, 16 % en Label rouge, 2 % en bio. Le bio connaît une croissance exceptionnelle, avec + 14 % en 2018 et + 39 % en 2017. En 2019, 63 % des poulets prêts à consommer achetés étaient Label rouge ou bio. Pour les découpes de poulets, les parts de Label rouge et bio représentent 15 % des achats des ménages. Les exportations de Label rouge représentent 5 % de la production nationale. 

Source : APVF filière avicole française, Agreste, FranceAgriMer.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Pour Antoine, Carole et Yann Lardeur, le robot d’alimentation est une réponse au manque  de main-d’œuvre pour leur atelier d’engraissement de quatre-cents taurillons. 
Un premier robot d’alimentation est installé dans la Somme
La famille Lardeur, installée en Gaec à Beauquesne, a fait le choix d’investir dans un robot d’alimentation Lely Vector pour son…
Richard sur terre met les pieds en baie de Somme
Le youtubeur défenseur de la ruralité Richard sur terre débarque ce week-end sur le littoral picard, à Cayeux-sur-Mer, où il sera…
OFB
« L’OFB va monter en puissance », selon son DG
L’agriculture « est un des combats prioritaires » de l’Office français de la biodiversité, a déclaré son directeur général,…
Forte pression mildiou : que faire ?
 Ne pas relâcher, continuer à protéger le feuillage, sont les conseils d'Arvalis Institut du végétal.
La nouvelle répartition des pulpes Tereos fait grincer la campagne
Tereos a décidé une nouvelle méthode de répartition des pulpes et une nouvelle grille de tarifs dès la prochaine campagne…
Pluies incessantes et orages violents frappent la campagne
Des orages localisés ont fortement touché des parcelles de la Somme ces derniers jours, notamment dans le secteur de Conty. Plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde