Aller au contenu principal

L’adaptation du Haricot de Soissons au changement climatique passe par Miimosa

Les fonds recueillis dans le cadre de cette collecte Miimosa doivent contribuer au financement « des expérimentations sur les nouvelles pratiques d'irrigation et d’optimisation de la consommation en eau », mais aussi « au développement de variétés de semences disposant d'une meilleure tolérance aux aléas climatiques », 

haricot de Soissons
© Association des Producteurs du Haricot de Soissons

Avec seulement 15% de l’objectif fixé (2000 euros), la collecte lancée sur la plateforme Miimosa par l’Association des Producteurs du Haricot de Soissons peine à décoller, d’autant qu’il reste moins d’une dizaine de jours pour l’atteindre. Milieu de semaine, une dizaine de contributeurs s’étaient engagés pour un montant de 315 euros. Une collecte, pour quoi faire ? Aider les producteurs à adapter leurs pratiques au changement climatique.

Créée il y a plus de 20 ans, l’association regroupe l’ensemble des producteurs de Haricot de Soissons, qu’ils soient indépendants ou adhérents de la Coopérative du Haricot de Soissons. Elle est chargée du suivi de la certification des producteurs et des collecteurs dans le cadre du cahier des charges. Elle assure l’animation des réflexions collectives en associant producteurs et centres techniques autour de l’optimisation des pratiques et techniques de production, de la formation et l’accompagnement des nouveaux producteurs. Seulement, note l’association, « les producteurs du Haricot de Soissons ont besoin d’adapter leur savoir-faire aux nouvelles contraintes agro-climatiques (…) Nous avons des besoins en recherche et en ingénierie qui impliquent des financements auxquels la filière ne peut que contribuer partiellement ».

Les fonds recueillis dans le cadre de cette collecte Miimosa doivent contribuer au financement « des expérimentations sur les nouvelles pratiques d'irrigation et d’optimisation de la consommation en eau », mais aussi « au développement de variétés de semences disposant d'une meilleure tolérance aux aléas climatiques », détaille l’association ; laquelle rappelle qu’elle a été reconnue officiellement comme Organisme de Défense et de Gestion (ODG) pour porter une future Indication Géographique Protégée (IGP). A noter que les contributions à la collecte seront intégralement remboursées aux contributeurs si le projet n'atteint pas 60% de son objectif.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde