Aller au contenu principal

L’adaptation du Haricot de Soissons au changement climatique passe par Miimosa

Les fonds recueillis dans le cadre de cette collecte Miimosa doivent contribuer au financement « des expérimentations sur les nouvelles pratiques d'irrigation et d’optimisation de la consommation en eau », mais aussi « au développement de variétés de semences disposant d'une meilleure tolérance aux aléas climatiques », 

haricot de Soissons
© Association des Producteurs du Haricot de Soissons

Avec seulement 15% de l’objectif fixé (2000 euros), la collecte lancée sur la plateforme Miimosa par l’Association des Producteurs du Haricot de Soissons peine à décoller, d’autant qu’il reste moins d’une dizaine de jours pour l’atteindre. Milieu de semaine, une dizaine de contributeurs s’étaient engagés pour un montant de 315 euros. Une collecte, pour quoi faire ? Aider les producteurs à adapter leurs pratiques au changement climatique.

Créée il y a plus de 20 ans, l’association regroupe l’ensemble des producteurs de Haricot de Soissons, qu’ils soient indépendants ou adhérents de la Coopérative du Haricot de Soissons. Elle est chargée du suivi de la certification des producteurs et des collecteurs dans le cadre du cahier des charges. Elle assure l’animation des réflexions collectives en associant producteurs et centres techniques autour de l’optimisation des pratiques et techniques de production, de la formation et l’accompagnement des nouveaux producteurs. Seulement, note l’association, « les producteurs du Haricot de Soissons ont besoin d’adapter leur savoir-faire aux nouvelles contraintes agro-climatiques (…) Nous avons des besoins en recherche et en ingénierie qui impliquent des financements auxquels la filière ne peut que contribuer partiellement ».

Les fonds recueillis dans le cadre de cette collecte Miimosa doivent contribuer au financement « des expérimentations sur les nouvelles pratiques d'irrigation et d’optimisation de la consommation en eau », mais aussi « au développement de variétés de semences disposant d'une meilleure tolérance aux aléas climatiques », détaille l’association ; laquelle rappelle qu’elle a été reconnue officiellement comme Organisme de Défense et de Gestion (ODG) pour porter une future Indication Géographique Protégée (IGP). A noter que les contributions à la collecte seront intégralement remboursées aux contributeurs si le projet n'atteint pas 60% de son objectif.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Bien que son industriel laitier, Danone, pousse à plus de production, le jeune Thomas Buquet a joué la prudence  et l’exploitation ne devrait pas produire plus. Au contraire, l’objectif est de descendre entre 70 et 75 vaches.
Un robot pour conforter la gestion du travail
À 26 ans, tout juste installé depuis un peu plus d’une année en Gaec avec son frère Nicolas à Blargies, dans le Nord-Ouest de l’…
Atelier de multiplication porcin cherche son nouvel éleveur
Depuis trente-trois ans, Agnès Boone-Duacheux exerce avec passion son métier d’éleveuse porcin spécialisée en multiplication,…
Cristal Union
Cristal Union paiera « plus de 40 euros par tonne » les betteraves récoltées en 2022
Sans attendre la fin de la période d’arrachages des betteraves, le groupe coopératif Cristal Union a fini lui aussi par annoncer…
Quand il imagine un parcours d’obstacles, Arnaud Bazin pense toujours au cheval avant tout.
Arnaud Bazin, metteur en scène des concours de saut d’obstacles
Dans un concours hippique, c’est lui qui amène le décor. Il fait en sorte que les acteurs, couples cheval-cavalier, puissent y…
Bertrand Achte, Maxence Turbant, Erwin Pardon et Leslie Camus.
Pas d'accord avec McCain sur les prix pour la campagne 2024
C'est historique : pour la seconde fois depuis sa création en 1997, le Gappi et McCain n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur…
À Thiers-sur-Thève (60), Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart ont trouvé le lieu propice au développement de leurs activités très diversifiées : maraîchage bio, poules pondeuses bio, production de miel,  pension de chevaux et vente à la ferme.
Ils partent de zéro pour monter une ferme à leur image
Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart, fille et fils d’agriculteurs de la Somme, ont choisi de s’installer hors cadre familial…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde