Aller au contenu principal

Lait : des innovations pour avoir l’esprit tranquille

Un constructeur comme Lely imagine sans cesse de nouvelles solutions pour que le travail de l’éleveur soit facilité et que sa qualité de vie en soit améliorée.

«Rendre la vie de l’éleveur agréable grâce à des solutions innovantes» est sa devise. Depuis sa création en 1948, Lely s’emploie à moderniser le secteur agricole, plus particulièrement l’élevage laitier. «Notre premier robot de traite est arrivé sur le marché français en 1995, en Mayenne», rappelle Guillaume Hardy, responsable de marché Milking and Cooling.
Aujourd’hui, Lely commercialise une large gamme de robots : du robot de traite au robot d’alimentation, en passant par celui de repousse-fourrage ou encore le robot racleur de lisier. Plusieurs générations d’éleveurs laitiers ont déjà été équipées par le constructeur, et ce, dans le monde entier. Parfois,  les motivations sont économiques, mais, bien souvent, elles relèvent aussi d’une envie d’amélioration de la qualité de vie au travail. L’utilisation de robots demande, certes, de nouvelles compétences et d’être plus technique, mais cela apporte surtout une organisation de travail plus souple.

Diminuer la charge de travail
S’il y a bien une machine qui libère l’éleveur d’astreintes, et qui lui permet d’avoir l’esprit tranquille, c’est le robot de traite. Il lui permet aussi de gagner du temps et de bénéficier de davantage de flexibilité dans son organisation de travail. «Cela est aussi gage d’un élevage plus performant», affirme le spécialiste de chez Lely. La dernière génération conçue par Lely est l’Astronaut A5. Sa spécificité : il est doté d’un nouveau bras hydride, silencieux, plus rapide, économe en énergie et plus précis. «Pendant la traite, le bras suit instantanément chaque mouvement de la vache et reste sous la mamelle», explique-t-il. Après la traite, le scan de la mamelle s’effectue au moment de la pulvérisation pour davantage de réactivité et d’efficacité. Sur l’Astronaut A5, l’éleveur profite également d’un nouvel écran tactile, plus intuitif.

Améliorer le bien-être animal
L’alimentation automatisée permet elle aussi de diminuer la charge de travail. Lely avance le chiffre de
10 heures 30 libérées par semaine. Dans les autres atouts, les animaux sont en meilleure santé. On estime ainsi une augmentation de 11 % de l’efficacité alimentaire de 1,9 kg de lait/vache/jour.
La dernière innovation du constructeur est le modèle Lely Vector. Très robuste, ce robot d’alimentation est aussi plus facile à entretenir pour l’éleveur. Il dispose désormais d’une cuve et d’une vis de mélange en acier inoxydable, un matériau résistant à l’usure. «Le Lely Vector offre encore davantage de santé pour les animaux grâce à ses performances de mélange et au kit aimant pour capter les particules métalliques présentes dans les fourrages», précise enfin l’entreprise, qui place également le bien-être animal au cœur de ses développements. Dans sa vaste gamme, il a, par exemple, le Lely Juno pour la repousse automatisée du fourrage. Son intérêt : il garantit aux animaux la disponibilité permanente de fourrage frais.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Hugues d’Hautefeuille a testé plusieurs itinéraires culturaux dans ses micro-parcelles, à Monsures. 
Une filière orties émerge en Hauts-de-France
L’ortie est une plante qui pousse partout où on ne la souhaite pas. Pourquoi ne pas la cultiver pour en tirer des bénéfices ? C’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde