Aller au contenu principal

A l'Assemblée nationale, députés et ministre se fritent autour de la betterave

Montré du doigt par une élue de l'Assemblée nationale pour sa gestion de la jaunisse qui touche la production betteravière française, le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie invite les parlementaires à proposer un texte de loi pour revenir sur l'interdiction des néonicotinoïdes.

La députée du Loiret, Marianne Dubois, le 17 juillet dernier, lors d'une visite de terrain pour constater les dégâts de la jaunisse dans les parcelles de betteraves de son département.
La députée du Loiret, Marianne Dubois, le 17 juillet dernier, lors d'une visite de terrain pour constater les dégâts de la jaunisse dans les parcelles de betteraves de son département.
© Twitter

Après la filière lin la semaine dernière, c'était au tour de la betterave de s'inviter sur les bancs de l'Assemblée nationale ce mardi 28 juillet lors de la séance des questions au gouvernement.

Députée (LR) de la 5ème circonscription du Loiret, Marianne Dubois a fait état de la situation « catastrophique » de la production betteravière dans son département avant d'étendre son propos à la France betteravière dans son ensemble. Adressant sa question au Premier ministre, c'est au ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie qu'est revenue la responsabilité de lui répondre : « Depuis trois semaines, je travaille d'arrache-pied pour trouver une solution », a-t-il dit. Et d'assurer l'Assemblée nationale que « le secteur de la betterave est un élément de souveraineté alimentaire. Jamais, jamais, jamais (sic), je ne l'abandonnerai ».

Quelques minutes plus tôt, la députée Dubois avait fustigé « la mise à mort d'une filière toute entière, sciemment organisée par les gouvernements successifs ». Dans la région Centre-Val de Loire, où elle est élue, « 100% des plantations de betteraves sont touchées par la jaunisse ». « Certains agriculteurs ont appliqué jusqu'à 6 traitements insecticides sans résultat », a-t-elle décrit. Avant de chiffrer la perte pour les agriculteurs à « 1 000 euros par hectare », et de craindre « à terme l'abandon de la production, des fermetures de sucreries... »

Une réponse « législative » ?

Mais pour le ministre de l'Agriculture, la responsabilité de l'impasse dans laquelle se trouve la filière betteraves n'est pas au gouvernement, mais au parlement : « Le pouvoir exécutif ne peut pas changer la loi si ce n'est pas le pouvoir législatif qui le fait », a-t-il dit. « Le gouvernement actuel est en train de mettre en application une loi votée en 2016 », a défendu Julien Denormandie, faisant référence à la loi Biodiversité portée à l'époque par... Barbara Pompili, aujourd'hui ministre de la Transition écologique. C'est ce texte qui interdit les néonicotinoïdes depuis septembre 2018.

En résumé, selon le ministre Denormandie, seul un nouveau texte de loi autorisant l'utilisation des néonicotinoïdes pour l'enrobage des semences de betteraves pourrait remettre en cause la loi votée en 2016. Or, a fulminé le ministre de l'Agriculture à l'adresse de la députée Marianne Dubois, « elle est où, la proposition de loi que vous auriez dû déposer depuis quatre ans pour dire aux Français: "On veut revenir sur les néonicotinoïdes"».

Une proposition de texte à la rentrée

Député (LR) de la 3ème circonscription de la Somme, Emmanuel Maquet assurait le mardi 27 juillet, à l'issue des questions au gouvernement, être « prêt » à soutenir une future proposition de loi allant dans le sens indiqué par Julien Denormandie : « Nous sommes tous d'accord pour réduire l'utilisation de produits phytosanitaires quand ils sont nocifs pour l'agriculture, mais en ce qui concerne la betteraves et les néonicotinoïdes, des experts nous expliquent qu'il n'y a pas de danger. Cette interdiction est une aberration qu'il faut rattraper. Mais en attendant que des solutions alternatives soient trouvées, on ne peut pas laisser la filière betterave se fragiliser ».

Concernant le reproche adressé par le ministre de l'Agriculture aux parlementaires, Emmanuel Maquet dit avoir « entendu le message » : « Le ministre nous a tendu une perche en demandant à ce qu'une proposition de loi soit déposée. Nous allons travailler dans ce sens pour qu'un texte soit déposé à la rentrée, mais il faudra ensuite que celui-ci soit débattu et adopté par la majorité... »

Quatre régions apportent leur soutien à la filière

Cet après-midi, le mercredi 29 juillet, les Régions Hauts-de-France, Grand-Est, Normandie et Ile de France apporteront leur soutien à la filière betteraves en organisant une conférence de presse par visioconférence, avec la participation du président de la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB), Frank Sander.

Representant la grande majorite de la production française de betteraves, ces trois régions entendent interpeller le gouvernement sur la possibilite d’utiliser, via une derogation temporaire, des protections en enrobage de semences pour les prochains semis, ainsi que la mise en place d’un dispositif d’indemnisation pour soutenir les planteurs ayant subis de graves pertes de rendements.

Compte-rendu de cette réunion à lire très bientôt sur le site de l'Action Agricole Picarde.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde