Aller au contenu principal

Artisanat
Laurent Somon demande une concertation sur le financement de l'apprentissage

Bien que l'apprentissage fasse l'objet de quelques critiques, le sénateur de la Somme Laurent Somon le défend et demande à ce que la méthode de calcul de prise en charge des contrats soit revue.

artisanat apprentissage
Pour Laurent Somon, il est nécessaire de faire le distinguo entre l'apprentissage aux métiers de l'artisanat et l'apprentissage pratiqué dans le supérieur.
© Pixabay

En l’état actuel des choses, au 1er septembre prochain, les niveaux de prise en charge des contrats d’apprentissage dans l’artisanat pourraient baisser de 5% et cela inquiète le sénateur de la Somme, Laurent Somon, qui s’en est ému auprès du ministre du Travail, Olivier Dussopt, et de la ministre déléguée chargée de l’Enseignement et de la formation professionnels, Carole Grandjean. Dans un courrier du 4 août, le sénateur samarien dit regretter la décision prise mi-juillet par France Compétences : « Au regard des enjeux concernant la formation des jeunes et le niveau de l’emploi pour nombre de métiers en tension dans l’artisanat, la méthode budgétaire appliquée ne peut être celle du rabot et d’une baisse généralisée ». Et l’élu de regretter que l’apprentissage dans l’artisanat et dans le supérieur soient mis « sur le même plan ».

Alors que des études montrent que le nombre d’étudiants en apprentissage a presque triplé depuis 2018, l’apprentissage fait de temps à autre l’objet de critiques – rares mais elles existent, notamment de la part de la Cour des comptes – sur le coût de se mise pour des résultats aléatoires. Laurent Somon, lui, défend l’apprentissage et demande à ce que la méthode de calcul de prise en charge des contrats soit revue.

Menace sur l’avenir de certaines formations

Pour le sénateur, l’apprentissage répond à la fois « aux objectifs d’insertion professionnelle des jeunes », « aux besoins des métiers en tension de l’artisanat » ainsi qu’aux « besoins des entreprises dans les territoires ». D’autre part, écrit l’élu dans son courrier au ministre Dussopt, « la méthode de calcul des niveaux de prise en charge des contrats qui serait appliquée dès la rentrée de septembre fait peser une menace bien réelle sur les CFA du secteur de l’artisanat et remet en question la qualité des formations dispensées ». Il craint enfin la fermeture de formations au sein de ces CFA, et donc le risque que certains artisans ne soient plus formés à certains métiers. D’où son appel au ministre du Travail ainsi qu’à la ministre déléguée chargée de l’Enseignement et de la formation professionnels à « ajourner la baisse des NEPC », et à engager une « concertation sur le financement de l’apprentissage ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde