Aller au contenu principal

Artisanat
L’Avocette, ambassadrice du savoir-faire local de la graine au pain

Depuis sa création dans la Somme maritime en 2004, la baguette de tradition française séduit les gourmands avec son croustillant, sa mie moelleuse et sa saveur. La filière locale reste une niche mais gagne un peu plus de terrain chaque année.

Chez Jean-Jacques Hébert, à Flixecourt, l’Avocette est déclinée sous plusieurs formes : baguette nature ou aux graines, en boule, ou encore aux salicornes, en période estivale.
Chez Jean-Jacques Hébert, à Flixecourt, l’Avocette est déclinée sous plusieurs formes : baguette nature ou aux graines, en boule, ou encore aux salicornes, en période estivale.
© A. P.

La baguette Avocette ? «Non, elle ne représente pas une part importante de notre chiffre d’affaires. Mais c’est un très bon produit d’appel. Les touristes, nombreux en Picardie maritime, aiment manger un produit du terroir», confient les boulangers qui la produisent. Valoriser un savoir-faire local, de la culture du blé jusqu’à la transformation par les artisans était bien le but premier. «Le projet était de créer une baguette à partir des blés cultivés puis broyés sur nos terres, pour en sortir un produit à valeur ajoutée pour chaque maillon de la chaîne», résume Marie Levaast, animatrice de l’association Avocette à la Chambre d’agriculture, lors de son assemblée générale ce 14 juin.  

Pari gagné.  Son nom, elle le doit à l’avocette élégante, oiseau emblématique de la Baie de Somme. Le petit échassier limicole se reproduit d’ailleurs dans les marais arrières littoraux… Comme le blé. Premier maillon de la chaîne, donc, les agriculteurs et leurs organismes stockeurs Noriap et Calipso. Deuxième maillon, les Moulins Riquier, à Cahon-Gouy, où le blé est transformé en céréales. Direction ensuite les trente-cinq boulangeries, de la Somme surtout mais aussi de l’Aisne et du Pas-de-Calais. Les artisans sont alors soumis à un cahier des charges strict. 

 

La recette est née des mains de de Jean-Jacques Hébert, artisan-boulanger de Flixecourt, désormais retraité. «Il m’a fallu six mois (seulement) de travail pour créer cette baguette. Elle a tout de suite plu», nous racontait l’homme en mars dernier. Toute sa saveur est développée grâce à la fermentation lente et naturelle, au minimum douze heure. La baguette de tradition est ensuite cuite dans un four à sole. Les variétés de blé ont été sélectionnées avec soin : la Camp Rémy historique, variété ancienne reconnue pour ses qualités boulangères et meunières exceptionnelles, donne à sa mie une couleur crème bien particulière. Depuis quelques années, la Camp Rémy est mélangée à de la Fructidor et de l’Extase, plus productives. «Cette année est cependant la dernière année de culture de la Camp Rémy. Il faut que nous nous mettions d’accord sur une variété aux caractéristiques assez proches pour les prochains semis», prévient Olivier Faict, agriculteur à Ercourt et président de l’association l’Avocette. 

 

Le goût avant tout

L’objectif sera surtout de préserver le goût du pain : une croûte croustillante à souhait et une mie alvéolée et aérée. Car la baguette locale à ses adeptes. «Elle connaît une progression régulière chaque année», assure Olivier Faict. L’objectif 2021 de 1 000 quintaux de farine transformée a été largement atteint, avec 1 165 quintaux au total. Juillet, août et décembre ont été les mois les plus vendeurs. «C’est lié au tourisme l’été et aux fêtes de fin d’année», analyse Marie Levaast.

Pour faire connaître davantage leurs produits, les acteurs de la filière redoublent d’efforts. Flyers et flammes devant les boulangeries sont déployés. Dernièrement, deux boulangers ont œuvré deux jours de suite à la fabrication des Avocettes lors du festival de l’agriculture en Picardie maritime, à Abbeville, les 21 et 22 mai. L’Avocette a de belles années devant elle.

 

Saisir la chance «Région européenne de la gastronomie 2023»

Les Hauts-de-France deviennent la première région française à obtenir la distinction «Région européenne de la gastronomie» en 2023. «C’est une démarche de progrès, attribuée pour toute l’année 2023, qui permet de créer de la valeur sur toute la chaîne de la fourche à la fourchette ; un élément de fierté pour les parties prenantes de ces changements et pour les habitants», explique la Chambre de commerce sur son site internet. Région européenne de la gastronomie Hauts-de-France 2023 valorise le patrimoine culinaire des Hauts-de-France, ses produits, recettes, spécialités, savoir-faire, la créativité et l’innovation dont font preuve les professionnels de la région. Chaque acteur peut déposer son projet sur le site dédié gastronomy.hautsdefrance.fr. «Nous avons saisi cette opportunité pour l’Avocette», annonce Marie Levaast, animatrice de l’association. 

 

Le prix du blé, infime part du coût de production

«L’Avocette fait face à un contexte inédit de flambée de prix du blé. Pour une petit filière comme la nôtre, il est toujours plus difficile de répercuter les coûts», avoue Olivier Faict, le président. Mais la baguette samarienne peut compter sur la bonne entente de ses acteurs. «Nous faisons appel à la bonne intelligence de tout le monde.» Il faut dire que le prix du blé, et donc de la farine, est loin d’être le principal coût de production d’une baguette. 
En France, le prix moyen d'une baguette de pain en France est aujourd'hui de 90 centimes, selon l'Insee (hors baguette de tradition). Son coût de production représente «75 à 80 % de ce total» pour les artisans boulangers, soit environ 70 centimes d'euro, estime Dominique Anract, président de la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française (CNBPF). Dans le détail, c'est la main-d'œuvre qui pèse le plus lourd, puisque les salaires et les charges représentent 30 à 40 % du prix. Les frais fixes (loyers, énergie, eau...) comptent pour environ 20 %, et les matières premières (en premier lieu la farine) pour 15 %. Si l'on enlève la TVA, la marge des boulangers se situe «entre 10 et 20 %» du prix payé par les consommateurs, conclut Dominique Anract. 
Dans une étude réalisée en 2018 pour FranceAgriMer, le cabinet Agrex Consulting était parvenu à un coût de production de la baguette artisanale légèrement supérieur aux calculs du patron de la CNBPF. Se basant sur des déclarations d'experts du secteur, les auteurs du rapport l'avaient estimé entre 80 et 92 centimes. Dont 50 à 57 centimes pour la main-d'œuvre, 15 à 20 centimes pour les matières premières, 10 centimes pour les frais fixes et 5 centimes pour la TVA. La marge du boulanger était évaluée entre 8 et 20 centimes par baguette.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Bien que son industriel laitier, Danone, pousse à plus de production, le jeune Thomas Buquet a joué la prudence  et l’exploitation ne devrait pas produire plus. Au contraire, l’objectif est de descendre entre 70 et 75 vaches.
Un robot pour conforter la gestion du travail
À 26 ans, tout juste installé depuis un peu plus d’une année en Gaec avec son frère Nicolas à Blargies, dans le Nord-Ouest de l’…
Atelier de multiplication porcin cherche son nouvel éleveur
Depuis trente-trois ans, Agnès Boone-Duacheux exerce avec passion son métier d’éleveuse porcin spécialisée en multiplication,…
Rien qu’en 2022, la facture énergétique pour Sodiaal s’élève à 100 millions  d’euros supplémentaires par rapport  à l’an dernier.
Sodiaal décroche et s’en excuse auprès de ses coopérateurs
À la traîne depuis quelques mois en matière de prix du lait payé aux éleveurs par rapport à d’autres entreprises laitières, la…
Bertrand Achte, Maxence Turbant, Erwin Pardon et Leslie Camus.
Pas d'accord avec McCain sur les prix pour la campagne 2024
C'est historique : pour la seconde fois depuis sa création en 1997, le Gappi et McCain n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur…
Cristal Union
Cristal Union paiera « plus de 40 euros par tonne » les betteraves récoltées en 2022
Sans attendre la fin de la période d’arrachages des betteraves, le groupe coopératif Cristal Union a fini lui aussi par annoncer…
Quand il imagine un parcours d’obstacles, Arnaud Bazin pense toujours au cheval avant tout.
Arnaud Bazin, metteur en scène des concours de saut d’obstacles
Dans un concours hippique, c’est lui qui amène le décor. Il fait en sorte que les acteurs, couples cheval-cavalier, puissent y…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde