Aller au contenu principal

Circuits courts
Le collège Béranger de Péronne, champion d’Approlocal

Le collège Béranger, à Péronne, a été nommé lauréat 2019 du challenge Approlocal, site de commande de produits locaux auprès des producteurs. Sa cantine scolaire mise sur le circuit court depuis 2011.

En dessert du repas de Noël du collège : brioche perdue maison aux œufs et farine de la Somme, compote pommes-poires des Vergers de Croix-Moligneaux.
© A. P.

Ce mercredi matin, les odeurs qui émanent de la cuisine du collège Béranger, à Péronne, font saliver. Il faut dire que le repas de Noël était concocté pour le lendemain, pour les 550 couverts servis chaque jour : boudin blanc local, sauté de sanglier aux airelles et pommes de terre grenailles, brioche perdue maison, aux œufs et farine de la Somme, ainsi que compote pommes et poires des Vergers de la Tombelle, à Croix-Moligneaux.
Cette politique d’approvisionnement en direct des exploitations agricoles du secteur a permis à l’établissement scolaire de décrocher le premier prix du challenge Approlocal, site de commande de produits locaux auprès des producteurs. «Il s’agit de celui qui a introduit la part la plus importante de produits locaux par couverts (en chiffre d’affaires HT) du 23 septembre au 19 octobre 2019. Ce fonctionnement nous permet de développer nos exploitations», souligne Mathilde Degrendel, maraîchère et membre de l’équipe Approlocal.
«Le collège Béranger se distingue régulièrement pour ses bonnes pratiques alimentaires, reconnaît Françoise Maille-Barbare, vice-présidente du Conseil départemental en charge des collèges et de la réussite scolaire. Avec son fort approvisionnement en produits locaux, il a su anticiper la loi Egalim (qui impose 50 % de produits de qualité et durables, dont au moins 20 % de produits biologiques au 1er janvier 2022, ndlr).» Les collèges de la Somme ont, en moyenne, tous augmenté leur part de produits locaux dans leur menu. En témoignent les chiffres d’Approlocal en progression : + 17,4 % de commandes en 2019 pour un chiffre d’affaires de 794 622 €.
Le collège de Péronne, lui, a acheté 15 895 € de produits locaux, surtout des fruits et légumes, œufs, farine et produits laitiers, pour 13,71 % des achats totaux. Le secret de ce résultat ? «La volonté de s’engager dans la cuisine faite maison, et le travail d’une équipe soudée», confie Michel Normand, le chef. Lui a intégré les cuisines de l’éducation nationale en 1991, et peut témoigner du changement. «J’ai connu le temps où on ouvrait simplement des boîtes de conserve. Aujourd’hui, je peux dire que je suis fier de ce que nous faisons.»

Équilibrer le budget
Se fournir en produits locaux représente néanmoins un coût non négligeable dans le budget serré de 2 € par repas. «Ma chance est de disposer de producteurs aux alentours, et d’être un gros établissement, donc d’avoir du poids.» Tout est une question d’équilibre des aliments en fonction de leur prix. «Un yaourt fermier, par exemple, coûte 0,50 €. C’est un quart du repas !» Michel Normand avoue ne pas réussir à intégrer la viande locale dans ses menus, à cause du prix élevé. «Mais certains collèges y sont parvenus, en acheter des carcasses entières à plusieurs établissements», assure Thomas Huttin, chargé de mission Circuits alimentaires de proximité et services au Département.
Le collège mène aussi la chasse au gaspillage alimentaire pour éviter les pertes inutiles. «Nous proposons, par exemple, des assiettes “petite faim“ et des assiettes “grande faim“ avec des portions adaptées. Lorsque les règles sanitaires nous le permettront, nous remettrons également en route le frigo anti-gaspi, dans lequel les élèves replacent les produits auxquels ils n’ont pas touchés.»
Le chef en est cependant conscient, des efforts sont encore à faire. Le menu végétarien hebdomadaire imposé par la loi Egalim, par exemple, n’est pas une mince affaire. «Quant nous l’avons mis en place l’année dernière, tout partait à la poubelle ! Aujourd’hui, nous le proposons en double service, à côté d’un plat contenant de la viande.» Il faut souvent proposer une nouveauté plusieurs fois aux élèves avant que celle-ci soit acceptée. Mais le local, en général, séduit de plus en plus les jeunes générations.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde