Aller au contenu principal

Le commerce du porc désorganisé

A l'issue de sa cotation du jeudi 9 mars, le Marché du porc breton (MPB) accuse une baisse de 1,1 centime d'euro le kilo, pour atteindre 1,552 euro le kilo (base 56 TMP). Sur la semaine, le recul atteint 1,7 centime (-0,6 centime lundi 16 mars). «Beaucoup d'incertitude plane sur le marché porcin. Le commerce est totalement désorganisé», constate le marché de référence, observant des «positions à l'achat très divergentes selon les abattoirs et leurs propres débouchés». «Le commerce européen subit de plein fouet cette épidémie du coronavirus avec des réductions d'activité et des annulations de commandes», note encore le MPB. L'Allemagne est particulièrement touchée avec «une nouvelle baisse de 7 cents de la référence allemande», après des chutes allant «jusqu'à 9 cents pour certains abattoirs» la semaine dernière. Un effondrement qui «va probablement entraîner d'autres cours du Nord de l'Europe et d'ailleurs», prévient le marché de Plérin. Moins dépendant de l'export que ses concurrents européens, le marché français est habituellement moins réactif, à la hausse comme à la baisse. En Chine, moteur de la demande mondiale, «le commerce reprend petit à petit», indique toutefois le MPB. L'activité y repart dans les ports, le pic épidémique étant passé dans ce pays.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde