Aller au contenu principal

Le groupement d’employeurs impulse l’emploi local

En 2020, le groupement d’employeurs de la Somme a initié Agr’Innov emploi, un plan d’action pour répondre au besoin de main-d’œuvre qualifiée dans les exploitations. Un point d’étape était fait lors de l’AG, le 17 décembre.

Dans le territoire de la Haute Somme, il y a un besoin de main-d’œuvre peu qualifiée, pour le conditionnement des endives, par exemple, et un besoin  de main-d’œuvre très qualifiée, comme des chefs d’équipe et des conducteurs d’engin.
Dans le territoire de la Haute Somme, il y a un besoin de main-d’œuvre peu qualifiée, pour le conditionnement des endives, par exemple, et un besoin de main-d’œuvre très qualifiée, comme des chefs d’équipe et des conducteurs d’engin. © D. R.
© D. R.

Un réel besoin de main-d’œuvre compétente dans les exploitations. C’est le constat que fait le Groupement d’employeurs de la Somme (GES), créé il y a trois ans. «Notre groupement permet d’y répondre en partie. Pour aller plus loin, nous voulons en faire une véritable plateforme de mise en relation des agriculteurs recruteurs et des organismes spécialisés dans l’emploi et l’insertion», présente Émile Foirest, le président, lors de l’assemblée générale de la structure, le 17 décembre. Le GES a donc initié le plan d’action Agr’Innov emploi pour répondre à ce besoin.
Le projet est mené dans le territoire pilote de la Haute Somme, autour de Péronne. «Dans ce secteur, nous avons recensé un besoin de cent personnes, plus ou moins qualifiées selon les postes», précise David Caron, chargé de mission pour le plan d’action. La valeur ajoutée des productions de ce secteur est la plus élevée du département, grâce aux cultures d’endives, de pommes de terre et de légumes de conserve notamment. Les filières agricoles y présentent aussi la plus grosse part d’emploi : 12 % de salariés agricoles contre 6 % au niveau régional. L’enjeu est donc énorme. «La disparité de ce secteur en fait sa particularité : il y a un besoin de main-d’œuvre peu qualifiée, pour le conditionnement des endives par exemple et, en parallèle, un besoin de main-d’œuvre très qualifiée, comme des chefs d’équipe et des conducteurs d’engin.»
Agr’Innov emploi s’adresse donc à deux types de public : des personnes sans emploi ou en recherche d’emploi, prêtes à s’engager à long terme, et des saisonniers qui souhaitent diversifier leurs compétences. Le plan d’action repose sur cinq composantes. La première est d’avoir constitué un réseau d’employeurs ressources. Quelques-uns se sont portés volontaires pour devenir ambassadeurs de leur territoire. Le 1er octobre a été organisé un rallye des professionnels de l’emploi. «Ils ont visité quatre fermes chez nos ambassadeurs et ont pu cerner les besoins.»

Des recrutements à la clé
Un «itinéraire de découverte», décalé à cause de la crise du Covid-19, devrait être organisé au printemps 2021, à destination des candidats potentiels que les acteurs de l’emploi auront sélectionnés. Les plus motivés pourront ensuite bénéficier d’un Pass’agri (focus métier, pass’dating et formation). Le but ultime : l’embauche dans une exploitation ou l’entrée dans un parcours de formation spécifique. Enfin, une cinquième action sera à destination des ouvriers agricoles polyvalents, souvent saisonniers, avec un parcours d’expérimentation.
La première action a déjà des retombées concrètes. «Nous avons vu soixante-dix personnes qui pourraient potentiellement répondre aux besoins, grâce à l’intermédiaire de Pôle emploi et de la mission locale, entre autres. Nous pensons en voir une centaine d’ici janvier 2021», note David Caron.

 

Un service de remplacement actif

En parallèle du groupement d’employeurs, le service de remplacement (SR) de la Somme prend de plus en plus d’ampleur. «Cette année encore, l’activité a augmenté de 11 % par rapport à l’année dernière, et cela, malgré des annulations de remplacement pendant la période de confinement, dues à des reports d’hospitalisation», présente Eugénie Vasseur, animatrice.
4 795 journées de remplacement ont été effectuées en 2019. 312 agriculteurs sont adhérents, majoritairement des éleveurs, et 50 salariés, dont 11 en CDI, assurent les astreintes. Les motifs de remplacement les plus réguliers sont la maladie ou accident, ainsi que la prise de congés. Un peu plus de 250 jours ont aussi été effectués pour permettre aux agriculteurs de se rendre en formation, et 27 exploitant(e)s ont bénéficié d’un peu plus de 800 jours de remplacement pour congés maternité et paternité. Différentes aides de la MSA sont accessibles pour ces remplacements. Parmi elles, «le dispositif chéquier remplacement de la MSA offre une prise en charge totale pour deux jours de remplacement et l’adhésion au SR aux nouveaux adhérents, et une journée de remplacement pour ceux qui adhèrent déjà», ajoute Émile Foirest, le président.

 

Un rôle social sous-valorisé, selon le CGAAER

Dans un rapport publié le 3 décembre, deux inspecteurs généraux de l’agriculture du CGAAER plaident pour que le ministère de l’Agriculture «affirme le rôle social des services de remplacement» (SR), dont le maillage français «n’a pas d’équivalent en Europe». Pour le CGAAER, «par la présence et l’action de leurs bénévoles, correspondants et agents de remplacement sur les territoires, les SR sont des instruments de cohésion sociale et de développement des territoires ruraux». Pour valoriser ce travail, les auteurs proposent une convention nationale entre le ministère de l’Agriculture, la CCMSA et le réseau national SR France. Ils proposent aussi d’«amplifier» l’aide au remplacement pour les agriculteurs en situation d’épuisement, et de pérenniser le crédit d’impôt pour les dépenses de remplacement. Plus largement, ce rapport préconise de définir «une stratégie ministérielle pour le remplacement», le considérant comme un «service d’intérêt public». Par exemple, dans le dossier du surtaux de suicide des agriculteurs, les auteurs estiment que «les SR constituent un maillon essentiel des dispositifs de prévention», et que «cette place doit être consacrée dans le dispositif d’accompagnement plus global en cours de réflexion». Un rapport sur le sujet a été remis par le député Damaisin au gouvernement. Le ministre de l’Agriculture a promis un «plan d’action dans les prochains mois».
358 structures en France
Même si leur avenir reste incertain vu la diminution du nombre d’agriculteurs et la concentration des exploitations, cela «ne justifie pas une position d’attente» des pouvoirs publics, estiment les inspecteurs. Le rapport plaide, par ailleurs, pour une départementalisation du réseau, qui comptait encore 358 structures en 2018. Les SR ont été créés en 1972 «sur la base d’initiatives locales des organisations professionnelles agricoles visant à remplacer les agriculteurs victimes de coups durs», rappelle le CGAAER. Ils se sont structurés depuis 2008 autour d’un réseau national, appelé Service de remplacement France (SRF), qui élaborait, courant 2020, son projet stratégique pour la décennie à venir. Ils génèrent aujourd’hui 3 000 équivalents temps plein (ETP) en agriculture, sollicités par 70 000 exploitants adhérents, à 80 % dans l’élevage. Leur activité est le plus souvent déclenchée par un accident de travail, mais cela évolue : «Les demandes formulées pour un remplacement «temps libre et congés «sont désormais les plus nombreuses sous l’effet positif du crédit d’impôt mis en place en 2006 et renouvelé jusqu’en 2022».
M. R.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Les productions ne manquent pas dans le territoire de la CC2SO. Les équipes (ici Alain Defosse, président,  et Delphine Damay, en charge du PAT), misent sur le plan alimentaire pour booster la consommation de produits locaux, levier du «bien manger». 
Plan alimentaire à la CC2SO : belle opportunité pour les agriculteurs
Le plan alimentaire territorial qu’a initié la CC2SO prend forme. L’objectif principal est le «bien manger», indispensable à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde