Aller au contenu principal

Le miel Tilleul de Picardie à l’épreuve du jury

Emblématique de la région, le miel de Tilleul présente des caractéristiques recherchées. Une démarche de qualité engagée par des apiculteurs de la région devrait déboucher sur une indication géographique protégée. Une des conditions : faire agréer son miel par un comité de dégustation ad hoc. Le dernier s’est réuni le 7 octobre à Amiens. 

Pots identiques. Capsules neutres. Seule la couleur des échantillons, couleur crème ou jaune, les distingue les uns des autres. En deux heures, seize lots de miel seront dégustés par le jury. Objectif : déterminer lesquels correspondent aux caractéristiques attendues du miel de tilleul de Picardie. Une quinzaine d’apiculteurs des cinq départements des Hauts-de-France présentaient le fruit de leur récolte 2021, le 7 octobre dans les locaux de la Chambre d’agriculture de la Somme, à Amiens.

Le miel récolté il y a trois mois environ est à peine cristallisé. D’une robe jaune clair, il prend désormais une teinte plus claire encore. Mais déjà, il présente une texture homogène, une odeur végétale avec des notes fraîches ou mentholée, une saveur rafraîchissante et mentholée, astringente, une sucrosité et une acidité moyennes, et une persistance en bouche prononcée. C’est au regard de l’intensité de ces caractéristiques que chaque échantillon sera bientôt goûté, dégusté, critiqué par un jury ad hoc. Précédemment, ces échantillons ont déjà subi une analyse en laboratoire.

Plus exigeante que la réglementation relative au miel de tilleul, qui s’appuie essentiellement sur la proportion de nectar de tilleul, cette démarche de qualité est aussi plus rigoureuse que d’autres jurys de sélection : ce comité ne prend en compte que les avis de personnes qualifiées qui ont suivi une formation à la dégustation. Ici, pas de «j’aime» ou «je n’aime pas», pas de juré envoyé de la veille pour le lendemain par telle ou telle organisation partenaire. Le dégustateur doit savoir reconnaître les saveurs si caractéristiques de ce miel, ou déceler ce fameux «goût exogène», ou goût de fumée, que redoutent les apiculteurs qui auraient appuyé trop fort sur l’enfumoir lors du travail aux ruches. Rédhibitoire.  

 

Jugement des pairs

Autour de la table siègent des apiculteurs professionnels. La dégustation s’effectuant à l’aveugle, un juré peut critiquer un échantillon qu’il a lui-même présenté. La chose est rare, mais elle peut se produire. L’exercice requiert une certaine discipline. Entre chaque miel goûté, les dégustateurs se nettoient le palais à l’eau, ou avec une bouchée de pomme ou de biscotte... Enchaîner trop rapidement les cuillères de miel tromperait les papilles. En silence, pour ne pas influencer les voisins, chacun note ses remarques sur une échelle de 1 à 9 : fraîcheur, saveur, persistance, typicité... Trop humide ? Un goût exogène trop marqué ? Pas assez de persistance en bouche ? Si l’échantillon obtient une moyenne inférieure à 5, le lot ne pourra pas être agréé. «Pour moi, ce n’est pas du tilleul ; c’est un toutes fleurs», lâche, sévère, un des plus anciens à propos d’un lot. Au moment du bilan, l’échantillon ratera la moyenne requise de quelques centièmes ; il ne sera pas agréé.

À l’issue des dégustations, les notes tombent aussitôt. «Huit passent, huit ne passent pas», résume Alain Bahuchet, de Terroirs Hauts-de-France, animateur de la séance. «Pas étonnant au regard de cette saison compliquée.» Un candidat, qui présentait son miel pour la première fois, ne cache pas sa déception. Un collègue plus expérimenté, dont le miel a déjà été plusieurs fois primé, a fait le choix de ne rien présenter cette année. «Chez nous, la miellée de tilleul a démarré presque en même temps que le toutes fleurs ; ça a rendu le travail compliqué», explique cet apiculteur du Nord, qui transhume une partie de son cheptel dans l’Oise et l’Aisne.

Les lots présentés le 7 octobre représentent une production cumulée de près de 12 t, un volume assez faible cette année. Selon les massifs, les rendements ont aussi été très hétérogènes : si la plupart ont récolté entre 10 et 20 kg de miel par ruche, certains ont récolté moins de 5 kg/ruche quand les meilleurs taux dépassent 40 kg/ruche.

 

Prochaine étape : l’indication géographique protégée

Ce comité de dégustation est l’une des étapes-clés de la démarche de qualité engagée par les apiculteurs professionnels et Terroirs Hauts-de-France pour valoriser le miel de tilleul de Picardie. Recherché par les amateurs, il doit son nom à la forte représentation du tilleul à petites feuilles (Tilia cordata), essence plus nombreuse et plus nectarifère que le tilleul à grandes feuilles (Tilia platyphyllos).
On en trouve dans toute la région Hauts-de-France, mais en plus grande densité dans un grand arc allant du sud du Pas-de-Calais au centre de l’Aisne en passant par la Somme et l’Oise. De nombreux apiculteurs de toute la région transhument une partie de leurs colonies sur ces massifs. Certains viennent même du Centre ou d’Île-de-France pour y faire butiner leurs abeilles.
La reconnaissance de ce miel est un cheval de bataille historique des professionnels depuis la création, il y a vingt ans, de l’association des Apiculteurs professionnels en Pays du Nord-Picardie (APPNP), rebaptisée début 2021 ADA Hauts-de-France (Association de développement apicole).
La démarche de qualité est aujourd’hui portée par l’ADA et la marque Terroirs Hauts-de-France. Pour intégrer cette démarche, les apiculteurs doivent respecter un cahier des charges commun qui porte sur la localisation des emplacements, le travail au rucher... et se soumettre à des contrôles en cours d’année.
Début 2020, les adhérents de l’association ont validé un projet de cahier des charges plus précis encore, qui appuiera leur projet de mise en place d’une Indication géographique protégée. Ce chantier, appuyé par Terroirs Hauts-de-France et le Groupement régional pour la qualité alimentaire, fait aujourd’hui l’objet d’échanges avec l’Institut (Inao) et la Commission européenne.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
«Soulagement» pour les agriculteurs futurs méthaniseurs d’Ailly-sur-Somme
Après une consultation publique houleuse, et plusieurs modifications pour tenter de contenter tout le monde, le projet d’unité de…
Poulehouse se grille avec ses partenaires
Partageant largement sur les réseaux sociaux son différend avec le groupe coopératif Noriap, sa filiale Cocorette et Œufs Nord…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Pour le sénateur Demilly, Mousline est « essentielle pour l'est de la Somme »
Le 28 octobre, le groupe Nestlé, propriétaire de la marque Mousline, a annoncé que les activités de production et de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde