Aller au contenu principal

Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?

Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la technique est à peaufiner, l’agriculteur est convaincu de ses avantages. Agro-transfert et Uneal l’encadrent dans ses essais.

«Nous, agriculteurs, avons le choix entre deux positions : attendre qu’on nous retire les phytos un à un et pleurer sur notre sort, ou se bouger pour trouver des solutions», soutient Jean-Paul Dallene, associé du Gaec Artoipy à Oppy, entre Arras et Lens. Cet état d’esprit l’a amené à se renseigner sur le pré-buttage des pommes de terre. «Je voulais limiter l’érosion dont souffraient mes parcelles de pommes de terre après un orage. En ruisselant, l’eau emportait la terre des buttes. J’ai découvert cette technique pratiquée au Canada, en Ukraine ou encore en Allemagne, et je me suis dit “pourquoi pas chez moi ?“.»

Un test a été réalisé sur 12 ha il y a deux ans, puis sur 23 ha l’année dernière. Cette année, 25 ha sur les 63 de pommes de terre ont été pré-buttés. «Cette surface augmentera encore l’année prochaine», assure Jean-Paul Dallene, convaincu. Ce 28 avril, l’heure était à la plantation d’une parcelle de Bucquoy, pré-buttée en août après la moisson du blé. Les pommes de terre, de variété Innovator, seront à destination de l’industrie. La parcelle fait l’objet d’un suivi avec Uneal dans le cadre du projet Sol-D’Phy 2 porté par  Agro-tranfert Ressources et territoires. «Nous mettons en place plusieurs modalités, dont une plantation en reprise directe dans les pré-buttes, une plantation avec fraise sur le pré-buttage et une plantation avec la fraise sans pré-buttes (non labour). Enfin, une dernière modalité visait à scalper les résidus sur les flancs des prébuttes avant une plantation en directe, pour réduire les résidus, explique Solène Garson, référente en cultures spécialisées à la coopérative Uneal. L’objectif est de ramener plus de vie dans le sol, plus de matière organique, d’obtenir une meilleure granulosité, et de favoriser la porosité qui améliorera la rétention d’eau. L’eau sera un facteur limitant à l’avenir.»

En pratique, un passage d’Actisol dont les dents droites ont un effet fissurateur a été réalisé avant le pré-buttage. Pour le matériel de cette deuxième étape, Jean-Paul Dallene n’a pas eu besoin d’investir. «Je me suis servi d’un vieux butoir terrier qui ne servait plus, auquel on a ajouté une descente tous les 4 cm afin de pouvoir semer le couvert en même temps.» Ce couvert est composé de dix espèces : seigle fourrager, phacélie, sarrasin, trèfle incarnat, tournesol, féverole, radis fourrager, vesce velue, avoine de printemps et melilot. «Le but est d’obtenir une belle biomasse en interculture pour obtenir une bonne structuration du sol», note Solène Garson. Une partie du couvert a été détruite au glyphosate en février et en mars ; une autre a été détruite par le gel. «Mais les plantes sont restées au fond et m’ont finalement gêné pour la suite du travail», constate l’agriculteur. L’année prochaine, il pense broyer le couvert. 

 

Des améliorations mais des avantages notables

La plantation, elle, nécessite encore le passage de la fraise. «Avant de tester cette technique, je pensais pouvoir planter en direct. Mais je me suis rendu compte que c’était rarement faisable. Il faut encore travailler sur le mélange de couvert et sur sa destruction pour la rendre possible.» Les effets du pré-buttage sont néanmoins palpables. «Nous avons réalisé des comptages de vers de terre. Ils sont trois fois plus nombreux lors d’un pré-buttage-fraisage qu’avec un labour-fraisage», se réjouit-il. Les vers de terre seraient peut-être descendus plus en profondeur dans la pré-butte et souffriraient moins du fraisage. «J’ai aussi aperçu des îles de champignons sur mes buttes, chose que je n’avais jamais vu en pratique classique. C’est donc que la vie du sol est favorisée.» L’arrachage serait aussi plus aisé. «Même le semis de blé après pomme de terre est plus facile car le sol ressuie plus vite. Je me passe souvent de la charrue en novembre, ne réalisant qu’un déchaumage.»

Le travail à mener sur le couvert pourrait permettre d’étendre la technique à l’ensemble de la filière. Car aujourd’hui, elle n’est pas conseillée pour la culture de variétés de pommes de terre lavables. «Si les résidus du couvert se décomposent mal, on peut amener des maladies», note Solène Garson. C’est en essayant qu’on apprend. 

 

Il s’agit en fait d’un travail en commun, mené également avec le groupe A2C pommes de terre et le projet Sols vivants d’Earthworth.

 

 

Du thé de compost pour activer le sol

Pour booster la vie de ses sols, Jean-Paul Dallene ne s’arrête pas au pré-buttage de ses pommes de terre. En juin ou juillet, il a prévu un apport de thé de compost oxygnéné (TCO) pour «ramener de la vie dans le sol et pallier aux carences des pommes de terre». Ce TCO, ou TCAA (thé de compost à aération active), est un liquide extrait et fermenté à partir du compost en présence d’oxygène. «À l’inverse du purin obtenu par trempage sans air forcé, le thé oxygéné n’a pas de mauvaise odeur car non pathogène, et l’extraction des fertilisants est plus rapide. Il contient à la fois des ingrédients nutritifs solubles et des microorganismes vivants (bactéries, champignons, protozoaires, nématodes)», peut-on lire sur terralbla.fr, qui commercialise ce produit. Il est utilisé à deux fins : à l’inoculation de vie microbienne, à l’ajout d’éléments nutritifs solubles pour nourrir les microorganismes et les plantes. En bref, il nourrit et protège votre plante par la revitalisation des sols. Cette technique, comptée au pré-buttage, pourrait permettre à Jean-Paul Dallene de réduire des IFT, puisqu’une plus grande diversité de la population microbienne permettra une plus grande capacité à contrer les pathogènes et à retenir les ingrédients nutritifs.

 

L’agriculture régénérative à la loupe chez Uneal

Le pré-buttage des pommes de terre est une technique d’agriculture régénérative. Mais plus largement, l’agriculture de conservation des sols suscite un grand intérêt auprès des agriculteurs. «Beaucoup de nos adhérents souhaitent avancer sur le sujet. Quatre GIEE (Groupements d’intérêt économique et environnemental) créés récemment leur permettent de travailler en groupe», note Colombe Decerisy, chargée de mission au service agronomique de la coopérative Uneal. Parmi eux, le GIEE d’Auxi, constitué de plusieurs agriculteurs de la Somme, travaille notamment sur le semis direct sous couvert et sur les cultures associées pour convrir les inter-rangs. «En tout, un peu plus de quarante-quatre agriculteurs ont rejoint ces GIEE. Tous les groupes sont ouverts aux intéressés.»
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Hugues d’Hautefeuille a testé plusieurs itinéraires culturaux dans ses micro-parcelles, à Monsures. 
Une filière orties émerge en Hauts-de-France
L’ortie est une plante qui pousse partout où on ne la souhaite pas. Pourquoi ne pas la cultiver pour en tirer des bénéfices ? C’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde