Aller au contenu principal

Foncier
Le remboursement de l'impôt foncier par le preneur à bail

Tout propriétaire bailleur est en droit de demander à son locataire le remboursement d’une partie des taxes foncières calculées sur les biens loués. La répartition de l’impôt foncier entre le bailleur et le preneur est prévue par les textes, à défaut d’accord écrit particulier.

location de terres
© Pixabay

Le redevable légal de l’impôt foncier est le propriétaire des terres, lequel en a la charge exclusive conformément à l’article L.415-3 du Code rural. Ce même article L.415-3 prévoit, dans son alinéa 4, une répartition de l’impôt foncier entre bailleur et preneur. La clé de répartition est libre  chacun doit néanmoins contribuer pour partie. Ainsi, il n’est pas possible, par une clause du bail, de mettre à charge du locataire le remboursement de la totalité de la taxe foncière sur le non-bâti. A défaut d’accord particulier, le Code rural impose au preneur de prendre à sa charge 20 % de l’impôt foncier, 50 % de l’impôt Chambre d’Agriculture, et une part des frais de gestion et de confection du rôle. Depuis 2006, les terres agricoles font l’objet d’une exonération de 20 % des parts communale et intercommunale de la taxe foncière sur les propriétés non bâties. Cette exonération doit être rétrocédée à l’exploitant des terres. Il s’agit là d’une obligation, à l’image des dégrèvements taxes foncières en cas de calamités agricoles, qui doivent également bénéficier à l’exploitant des terres.

Pratiquement, et depuis 2006 :

Si le bail écrit ne prévoit pas de modalité particulière de répartition de la taxe foncière, ou s’il s’agit d’une location verbale, le propriétaire récupère auprès de son locataire : 50% des frais Chambre d’agriculture + 8% des frais de confection de rôle (ou frais de gestion) calculé sur cette moitié (le 20% de récupération de la taxe foncière étant « neutralisé » par l’obligation de reverser au locataire l’exonération de 20 % sur les terres agricoles,

Si le contrat de bail prévoit un montant de récupération supérieur à 20 %, le propriétaire récupère : (Part communale + part intercommunale) x (taux de récupération – 20 %) x 1,25 + 3 % de frais de gestion du montant obtenu ci-dessus, ainsi que : 50% des frais Chambre d’agriculture + 8% de frais de gestion calculé sur cette moitié,

Enfin, si le bail prévoit un montant de récupération inférieur à 20 %, le propriétaire récupère la différence entre ce qu’il doit à son preneur et ce que lui doit ce dernier. Somme que le propriétaire doit à son preneur : (part communale + part intercommunale) x (taux d’exonération - taux de récupération) x 1,25 + 3 % de frais de gestion du montant ci-dessus. Somme que doit rembourser le preneur à son propriétaire : 50 % des frais Chambre d’agriculture + 8 % des frais de gestion calculé sur cette moitié.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde