Aller au contenu principal

Foncier
Le remboursement de l'impôt foncier par le preneur à bail

Tout propriétaire bailleur est en droit de demander à son locataire le remboursement d’une partie des taxes foncières calculées sur les biens loués. La répartition de l’impôt foncier entre le bailleur et le preneur est prévue par les textes, à défaut d’accord écrit particulier.

location de terres
© Pixabay

Le redevable légal de l’impôt foncier est le propriétaire des terres, lequel en a la charge exclusive conformément à l’article L.415-3 du Code rural. Ce même article L.415-3 prévoit, dans son alinéa 4, une répartition de l’impôt foncier entre bailleur et preneur. La clé de répartition est libre  chacun doit néanmoins contribuer pour partie. Ainsi, il n’est pas possible, par une clause du bail, de mettre à charge du locataire le remboursement de la totalité de la taxe foncière sur le non-bâti. A défaut d’accord particulier, le Code rural impose au preneur de prendre à sa charge 20 % de l’impôt foncier, 50 % de l’impôt Chambre d’Agriculture, et une part des frais de gestion et de confection du rôle. Depuis 2006, les terres agricoles font l’objet d’une exonération de 20 % des parts communale et intercommunale de la taxe foncière sur les propriétés non bâties. Cette exonération doit être rétrocédée à l’exploitant des terres. Il s’agit là d’une obligation, à l’image des dégrèvements taxes foncières en cas de calamités agricoles, qui doivent également bénéficier à l’exploitant des terres.

Pratiquement, et depuis 2006 :

Si le bail écrit ne prévoit pas de modalité particulière de répartition de la taxe foncière, ou s’il s’agit d’une location verbale, le propriétaire récupère auprès de son locataire : 50% des frais Chambre d’agriculture + 8% des frais de confection de rôle (ou frais de gestion) calculé sur cette moitié (le 20% de récupération de la taxe foncière étant « neutralisé » par l’obligation de reverser au locataire l’exonération de 20 % sur les terres agricoles,

Si le contrat de bail prévoit un montant de récupération supérieur à 20 %, le propriétaire récupère : (Part communale + part intercommunale) x (taux de récupération – 20 %) x 1,25 + 3 % de frais de gestion du montant obtenu ci-dessus, ainsi que : 50% des frais Chambre d’agriculture + 8% de frais de gestion calculé sur cette moitié,

Enfin, si le bail prévoit un montant de récupération inférieur à 20 %, le propriétaire récupère la différence entre ce qu’il doit à son preneur et ce que lui doit ce dernier. Somme que le propriétaire doit à son preneur : (part communale + part intercommunale) x (taux d’exonération - taux de récupération) x 1,25 + 3 % de frais de gestion du montant ci-dessus. Somme que doit rembourser le preneur à son propriétaire : 50 % des frais Chambre d’agriculture + 8 % des frais de gestion calculé sur cette moitié.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde