Aller au contenu principal

Les coopératives laitières travaillent à l'attractivité du métier

Alors qu'un litre de lait sur deux changera de main d'ici cinq ans, Coop de France Métiers du Lait se préoccupe de l'attractivité du métier et de l'installation des jeunes, notamment au sein des coopératives.

Environ huit cents jeunes s'installent à travers les coopératives chaque année (soit 60 % des installations dans la filière laitière), pour une moyenne de 190 000 litres de lait et 160 millions de litres au total.
Environ huit cents jeunes s'installent à travers les coopératives chaque année (soit 60 % des installations dans la filière laitière), pour une moyenne de 190 000 litres de lait et 160 millions de litres au total.
© Jérome Chabanne



Avec une conjoncture plus favorable aux producteurs de lait de vache, puisque la collecte mondiale s'avère moins dynamique et qu'elle diminue en France, les prix du lait étaient en hausse en 2018, et «on peut s'attendre à une évolution favorable des prix du lait en 2019», explique Damien Lacombe, président de Coop de France Métiers du Lait. Les négociations commerciales 2019 sur les marques ont permis une hausse de 1,4 % sur les produits laitiers frais, mais «notre souci, c'est qu'il faut que cela se transforme sur les marques de distributeurs (MDD)», poursuit Damien Lacombe, qui s'avoue inquiet à ce sujet.
Car, pour les coopératives laitières, les MDD représentent 60 % de la collecte valorisée en France. «Nous avons besoin de hausses significatives, au minimum de l'ordre de celles qui ont eu lieu sur les marques, mais les distributeurs cherchent à gagner du temps, et certains n'ont pas pris conscience de la nécessité de jouer le jeu», poursuit le président de Coop de France Métiers du Lait.
Par ailleurs, pour être en conformité avec la loi Egalim, les coopératives ont fait évoluer leur règlement intérieur pour prendre en compte les indicateurs de coût de production dans l'élaboration du prix, explique Pascal Lebrun, secrétaire général de Coop de France Métiers du lait, qui précise aussi que les coopératives sont déjà engagées dans la voie de la montée en gamme et de la valorisation. 9 % du lait transformé dans les coopératives est destiné aux AOP/IGP, 6 % vient du lait de montagne, 4 % est valorisé en bio.

Attirer les jeunes
La pérennité du modèle coopératif est, en effet, un enjeu fort, et si le contexte de prix est un peu plus favorable, Coop de France redoute l'ordonnance sur la Coopération, qui devait être examinée en Conseil des ministres le 24 avril, et «qui va à l'encontre de la nature de nos relations au sein des coopératives», estime Damien Lacombe. «On fera tout ce qu'il faut pour faire perdurer notre modèle, que l'on pense vertueux. C'est un modèle dans lequel on ne peut pas faire d'initiatives individuelles au détriment du collectif», ajoute-t-il.
Pour perdurer, ce modèle doit aussi faciliter la transmission. D'où un travail particulier des coopératives laitières sur le sujet : développement de démarches innovantes d'accompagnement, indicateurs de suivi, guide de gouvernance, charte d'engagement signée avec Jeunes agriculteurs... Environ huit cents jeunes s'installent à travers les coopératives chaque année (soit 60 % des installations dans la filière laitière), pour une moyenne de 190 000 litres de lait et 160 millions de litres au total.
Néanmoins, la filière peine à recruter des salariés. 3 000 CDI sont proposés chaque année dans les coopératives laitières, mais 15 % des offres ne sont pas pourvues. Peut-être en raison de l'image «figée», «peu moderne» que conservent les coopératives, témoigne Aurélie Bahon qui, avant d'être engagée en tant que responsable organisation industrielle à la Laiterie Verneuil, en Touraine, n'était pas attirée par ce secteur. A tort, estime-t-elle aujourd'hui, car «les coopératives sont vraiment des outils modernes, où tout évolue sans cesse». Pour les coopératives agricoles, l'adaptation permanente aux défis actuels est, en tout cas, un des objectifs prioritaires, surtout après un certain nombre de critiques récentes sur le sujet de la gouvernance.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde