Aller au contenu principal

Les décharges sauvages se multiplient

Avec la fermeture des déchetteries pour cause de confinement, beaucoup prennent la campagne pour leur poubelle. Les agriculteurs en sont les premiers témoins.

Les dépôts sauvages sont punis par la loi : entre 68 et 75 000 € d’amende, et deux ans de prison, selon que l’on 
soit un particulier ou un professionnel.
Les dépôts sauvages sont punis par la loi : entre 68 et 75 000 € d’amende, et deux ans de prison, selon que l’on
soit un particulier ou un professionnel.
© A. P.

Des pneus de voiture, des gravas, des canapés, des bidons d’huile, des sacs plastique… Ce paysage n’est pas celui de la déchetterie, mais celui de (trop) nombreux chemins, talus et bords de champs de la campagne samarienne. En France, 21,4 kg de déchets sauvages seraient ainsi, en moyenne, déposés par habitant et par an, estime l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), dans un rapport de février 2019. Cette statistique, qui cache de grandes disparités d’une collectivité à l’autre, inclut tous types de déchets tels que les ordures ménagères, les encombrants, les emballages ou encore les mégots.
Et le phénomène s’accentue ces derniers jours, y compris chez nous. «On a toujours vu des dépôts sauvages, mais depuis le début du confinement et la fermeture des déchetteries, ça devient infernal», s’insurge Christophe Buisset, maire d’Aveluy, près d’Albert. Sur Facebook, plusieurs agriculteurs témoignent de ce triste constat, photos à l’appui. «Encore un pauvre type qui a fait du nettoyage chez lui», gronde l’un d’eux, alors qu’il a découvert des seaux, des vieux appareils ménagers et des panneaux en bois au bord d’un chemin, à La Herlière (62). «Nouveau dépôt sauvage de déchets à Villers-l’Hôpital», sur un tas de fumier, s’énerve un autre. Celui-ci s’est donné la peine de fouiller les «détritus de toutes sortes» et y a trouvé une radiographie, sur laquelle apparaît un nom, qu’il a dénoncé sur les réseaux sociaux.

Fouiller pour trouver l’auteur
Christophe Buisset mène lui aussi l’enquête pour de retrouver l’auteur du délit. «Autrefois, j’allais voir les personnes concernées pour faire de la prévention, confie-t-il. Mais cela ne fonctionne pas. Alors désormais, j’arrête d’être gentil. Je vais à la gendarmerie.» Une plainte pour atteinte à l’environnement a d’ailleurs été déposée il y a deux ans, et l’édile espère qu’elle aboutira très prochainement à une audience devant le tribunal.
Les dépôts sauvages sont bien punis par la loi. Les peines encourues dépendent de plusieurs paramètres, tels que le fait d’être un particulier ou un professionnel, ou d’être à pied ou motorisé : une contravention de 2e classe, soit une amende forfaitaire de 68 €
pour un dépôt de déchets par un particulier ; une contravention de 5e classe, soit une amende d’un montant maximum de 1 500 € (3 000 € en cas de récidive) prononcée par un juge, pour un dépôt de déchets par un particulier transportés en véhicule ; deux ans de prison et/ou 75 000 € d’amende s’il s’agit dépôt de déchets par une entreprise.

Ré-ouverture des déchetteries
Les déchetteries du territoire, elles, devraient ré-ouvrir progressivement. Dans la Communauté de communes du Pays du coquelicot (territoire dont fait partie Aveluy), elles devraient être à nouveau accessibles ce vendredi pour les communes d’Acheux-en-Amienois et de Bray-sur-Somme, et ce samedi pour Albert. «La demande était très forte, assure Benoît Thouary, directeur de la communication à la communauté de communes. Mais avant d’ouvrir, nous avons dû nous assurer auprès de la préfecture qu’un déplacement à la déchetterie faisait partie des motifs autorisés, et que la protection de nos agents était assurée.» Des règles strictes seront donc à respecter, comme de présenter un justificatif de domicile sans ouvrir la vitre, une seule personne pour décharger (deux au maximum pour les déchargements volumineux) et ne pas solliciter l’aide du personnel des déchetteries.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde