Aller au contenu principal

Les éleveurs «sous tension» poursuivent leur lutte au tribunal

De plus en plus d’éleveurs témoignent de signes inquiétants sur leurs animaux après l’implantation de structures émettrices d’ondes électromagnétiques près de leur élevage. Deux audiences traitaient encore du sujet ce 14 juin. 

Murielle et Didier Potiron étaient entendus au Tribunal de Rennes ce 14 juin. Ils se disent confrontés à de graves problèmes de santé de leurs bovins et d’eux-mêmes depuis la construction d’un parc éolien.
Murielle et Didier Potiron étaient entendus au Tribunal de Rennes ce 14 juin. Ils se disent confrontés à de graves problèmes de santé de leurs bovins et d’eux-mêmes depuis la construction d’un parc éolien.
© D. R.

«Pas à pas, la vérité sera faite…», commente Yann Joly, ex-éleveur laitier de la Somme, sur sa page Facebook. Tout comme lui, des agriculteurs soutenus par l’Anast (Association nationale des animaux sous tension) se lancent dans la périlleuse bataille du pot de terre contre le pot de fer, en attaquant un géant de l’industrie électrique au tribunal. Tous font un constat similaire : les animaux témoignent de signes inquiétants après l’implantation de structures émettrices d’ondes éléctromagnétiques près de leur élevage, allant jusqu’à la perte totale de leur cheptel. Après l’audience du 16 novembre 2021 au tribunal judiciaire de Paris, Yann Joly, qui a vu son troupeau laitier dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013, a été débouté. Mais il ne lâche pas l’affaire et soutient de près ses confrères. 

 

Huit ans pour comprendre

Ce 14 juin, à La Rochelle, Joël Monsarat, éleveur de chèvres de Ciré-d'Aunis accusait Enedis de «trouble anormal de voisinage». Un transformateur électrique défaillant aurait eu de graves conséquences sur la santé de ses animaux. Il a mis près de huit ans à faire ce lien éventuel. France Bleu La Rochelle rapporte les propos de son avocate, Nadine Mélin, du barreau de Paris : «Son vétérinaire vient plusieurs fois, constater les dégâts. Il évacue l'hypothèse d'un virus, d'une maladie.» «Jamais je n'aurais pensé que cela puisse venir d'un équipement électrique», avoue l'éleveur. Il fait le lien en 2019, quand ce transformateur est changé, pour une toute autre raison. «Très rapidement, j'ai constaté que mon troupeau allait mieux, reprenait vie, je n'en revenais pas, je ne comprenais pas», se souvient-il. Le jugement a été mis en délibéré au 29 juillet. 

 

La santé en jeu

Le même jour, Murielle et Didier Potiron étaient entendus au Tribunal de Rennes. Les éleveurs bovins se disent confrontés à de graves problèmes de santé de leurs animaux et d’eux-mêmes depuis la construction du parc éolien des Quatre seigneurs en région de Nozay (Loire-Atlantique), où leur ferme est installée. L’audience visait à obtenir du juge qu’il ordonne une nouvelle expertise indépendante sur les câbles enterrés qui conduisent l’électricité des éoliennes au réseau de distribution. Le juge a annoncé qu’il rendrait sa décision le jeudi 18 novembre. Yann Joly confiait un «ressenti favorable». 

 

Une première victoire

La justice prend de plus en plus au sérieux ces affaires de troubles liés aux ondes électromagnétiques. Pour rappel, le 3 juin, la société RTE, filiale d’EDF, a été condamnée par le tribunal de Coutances (Manche) à verser plus de 450 000 € à des éleveurs laitiers pour un préjudice concernant leur production, attribué à une ligne à très haute tension (THT). Les éleveurs ont été néanmoins déboutés de leurs demandes au titre des pertes économiques dues aux mammites subies par les bêtes, de même qu’au titre du travail supplémentaire et du préjudice moral subi. RTE a déclaré qu’il «n’écartait pas la possibilité de faire appel».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Tereos paiera ses betteraves 2022-23 «au moins autant que les concurrents»
Ce 9 juin, comme chaque année, la coopérative sucrière Tereos conviait les journalistes à une conférence de presse annuelle,…
Cristal Union avance un prix de betteraves très en hausse
En conférence de presse ce 13 juin, les dirigeants de la coopérative Cristal Union ont annoncé que les betteraves 2022 (en terre…
Compte tenu des annonces de prix pour les deux prochaines campagnes, l’usine  de Vecquemont devrait être approvisionnée en pommes de terre fécule sans trop de difficultés, même si des surfaces restent à trouver chez les producteurs  du grand nord de la France.
La Coopérative féculière de Vecquemont sauve «son» usine
Face à un industriel (Roquette) qui n’entendait pas revaloriser le prix d’achat de pommes de terre destinées à la transformation…
Dany, le bouilleur ambulant, est à cheval sur la paperasse : la législation est stricte.
L’alambic des établissements Charpentier sillonne encore la campagne
Il y a bien longtemps que le bouilleur ne fait plus bouillir la marmite des établissements Charpentier, basés à Beauquesne.…
Une partie de la Somme en vigilance sécheresse
Ce 16 juin, la préfecture de la Somme a annoncé le placement en vigilance sécheresse des bassins-versants de l’Avre et de la…
Groupe Carré
Le Groupe Carré gagne un peu plus la Somme
Le négociant en grains historiquement installé en Nord-Pas de Calais a inauguré le 21 juin une plateforme dédiée à la collecte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde