Aller au contenu principal

Les fraises de la Somme ont un succès fou

Comme de nombreux producteurs de fraises, Guillaume Bleuet, à Chuignes, est dévalisé. Le fruit rouge est prisé par les consommateurs en recherche de goût et d’achat de proximité.

Guillaume Bleuet : «Je cherche le goût plutôt que le rendement, car lorsque quelqu’un mange une bonne fraise, il revient.»
Guillaume Bleuet : «Je cherche le goût plutôt que le rendement, car lorsque quelqu’un mange une bonne fraise, il revient.»
© A. P.

Un carnet de commandes plein à craquer et des journées de cueillette et de vente intenses. «La semaine dernière, c’était carrément la folie», assure Guillaume Bleuet, installé à Chuignes. Depuis le début de la saison, vers le 10 mai, ses fraises rencontrent un vif succès.

D’habitude, le producteur vend une partie à la ferme, et une autre via Appro local, aux établissements scolaires, aux boulangeries-pâtisseries, aux restaurants et aux marchés. «Avec le confinement, j’ai anticipé une éventuelle chute des ventes, et j’ai réduit la surface de production.» Trois serres de 450 m2 ont été planté, soit 10 500 pieds en tout. Deux serres de plus auraient pu l’être. «Au final, la demande est si forte que je ne vends plus qu’à la ferme. D’autres producteurs m’ont même contacté parce qu’ils n’avaient pas assez de quantité», confie-t-il.

La volonté de maîtriser la production vient aussi du temps que celle-ci réclame. «Pour faire pousser de la fraise, il faut une brouette et beaucoup d’huile de coude !» Guillaume Bleuet a découvert l’activité il y a dix ans, lorsqu’il a repris l’exploitation de son père dans l’urgence, après le décès de celui-ci. «Je ne connaissais pas cette production qui s’avère très technique. J’ai réduit les quantités et j’ai beaucoup tâtonné au début», avoue-t-il. Aujourd’hui, les fruits juteux et sucrés à souhait sont le résultat d’une certaine maîtrise.

La plantation, qui débute en mars, est l’étape à ne pas louper. «Une période intense pour moi, car elle tombe en même temps que la plantation des pommes de terre (Guillaume Bleuet cultive également 85 ha de grandes cultures, céréales, pommes de terre et légumes de plein champ, ndlr).» Le producteur prévoit ensuite plusieurs plantations dans la saison, dont la dernière en juillet, pour prolonger la cueillette jusqu’en septembre. Les pieds sont plantés dans des sacs de terreau, mélange d’écorce de pin et de tourbe, et sont placés dans des bacs sur des gouttières.

De la surveillance surtout

Puis les fruits rouges nécessitent beaucoup de surveillance. L’irrigation, par cycles de deux minutes, est très importante. Le système est automatisé et ajusté selon les conditions météo. Il   apporte également la fertilisation. L’engrais est dosé en fonction de la qualité de l’eau. «Une panne d’électricité et un arrêt d’irrigation de plusieurs heures peut causer la perte de toute la récolte. À l’inverse, trop d’eau risque de noyer les racines…»

Guillaume Bleuet n’utilise aucun traitement car «une fraise, on la cueille et on la met directement à la bouche. Les gens sont sensibles au fait qu’elle ne soit pas traitée». Seul de l’azote est utilisé au début du cycle, pour booster le développement de la plante, puis un apport de potasse favorise le goût du fruit. La gestion des maladies et des ravageurs, elle, est délicate. Le moyen de lutte contre l’oïdium et le botrytis est la gestion climatique de la serre. Pas évidente, puisqu’un champignon se propage en conditions humides, quand l’autre préfère l’ensoleillement.

Les bêtes noires des producteurs de fraises sont aussi les pucerons, les thrips et les punaises. Ce dernier insecte piqueur-suceur d’environ 6 mm de long a d’ailleurs attaqué une des serres de Guillaume. Résultat : des petits fruits déformés, donc une perte de rendement. «Je m’intéresse à des moyens de lutte intégrée, confie Guillaume Bleuet. Pour les punaises, par exemple, il s’agirait de semer des orties autour de la serre, qui attireraient les punaises. Il suffit ensuite de traiter ces orties pour tuer les punaises.»

Délicieuses Magnum et Joly

En ce qui concerne les variétés, Guillaume a misé sur les Magnum et les Joly, des fraises bien dodues de couleur rouge vif, réputées pour leur qualité gustative. «Je cherche le goût plutôt que le rendement, car lorsque quelqu’un mange une bonne fraise, il revient.» Pour la cueillette, les mardis, vendredis et samedi de 6 à 12h, un saisonnier vient prêter main forte au producteur. Les fraises sont vendues aussitôt. «Elles sont meilleures le jour même. Je recommande à mes clients de les déguster dans les deux ou trois jours qui suivent, et de les conserver à 10 ou 12°C, car le froid tue le goût

Mesures de sécurité obligent, les clients sont servis à la grille de l’exploitation, après avoir passé commande. 4 € les 500 g, «c’est mon prix toute l’année, que la demande soit très forte ou non.» Les fraises de Chuignes sont les stars des desserts du coin.


La fraise dans tous ses états

Que faire des fruits invendus ? Pas question, pour Guillaume Bleuet, de les jeter. Les fraises sont transformées en confitures, en sirops, ou encore en pétillant «à déguster bien frais». Ces produits sont notamment vendus dans quelques Ruches qui dit oui de la Somme. Une manière de faire parler des fraises de Chuignes toute l’année.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Pour Frédéric Thomas, «le couvert est presque la culture la plus difficile à réussir».
Devenir un carbon farmer grâce à la couverture permanente des sols
Comment injecter plus de carbone dans les sols et d’azote pour la culture ? En intensifiant la photosynthèse, et donc, en misant…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde