Aller au contenu principal

Les inquiétudes des éleveurs face au Ceta

À l’occasion du Sommet de l’élevage, la fédération nationale bovine (FNB) s’est inquiétée du faible impact des EGA sur la filière bovine avant de demander au parlement et au gouvernement de la «cohérence» dans leurs décisions. Les explications de son président, Bruno Dufayet.

Bruno Dufayet, président de la FNB.
Bruno Dufayet, président de la FNB.
© Sophie Chatenet

Quelle est la situation actuelle de la filière bovine ?
Aujourd’hui pour la filière de bovins allaitants la situation est alarmante avec des prix toujours très bas. Nous n’avons même pas besoin de faire de syndicalisme, les chiffres parlent d’eux-mêmes. Depuis quelques années, le nombre de vaches allaitantes diminue de 1 500 têtes par an, en trois ans, il a diminué de 6,6 %, les chiffres de l’institut de l’élevage prévoient une baisse de 8 % fin 2019. Il y a une vraie décapitalisation, nous sommes très inquiets, ces chiffres sont le reflet du manque de perspectives économiques et politiques pour la filière. En plus de ces difficultés, les éleveurs allaitants subissent une crise climatique avec deux années de sécheresse qui ont énormément pesé sur la filière. Il faut que les pouvoirs publics prennent conscience de la nécessité d’enclencher plus rapidement les procédures de calamité. Dans certains départements, les éleveurs n’ont pas touché les compensations sécheresse de l’an passé, c’est inacceptable ! Il faut accélérer les procédures administratives, c’est indispensable pour que les éleveurs puissent acheter des aliments, maintiennent leurs troupeaux et se projettent à la sortie de l’hiver prochain !

Pourquoi manquez-vous de perspectives économiques ?
Concernant la situation économique, les prix très bas marquent l’échec des EGA pour notre filière. En 2017. Lorsque le président de la République a fait le discours de Rungis, la cotation bovine, toutes catégories confondues, était à 3,65 €, la semaine dernière, elle était à 3,57 €. Le prix du broutard, pour l’export en vif, a diminué de 10 à 15 % (selon les espèces) entre 2018 et 2019, il y a donc zéro effet des EGA près d’un an après le vote de la loi ; le mécanisme d’inversion de la construction des prix ne fonctionne pas, les éleveurs ne sont pas mieux rémunérés… L’aval n’a effectué aucun changement de pratique ; lorsque les entreprises de l’aval devraient mettre en place des stratégies collectives pour augmenter les prix, et donc la rémunération des éleveurs, elles se contentent de stratégies individuelles nuisibles aux producteurs.

Qu’entendez-vous par le manque de perspectives politiques pour la filière ?
La loi EGA a été votée, les députés ont donc approuvé l’article 44, qui interdit l’importation de denrées alimentaires qui ne respectent pas les standards européens. Ces mêmes députés ont voté en faveur du Ceta donnant ainsi leur accord à l’importation de produits qui ne respectent pas nos standards. Nous sommes face à une vraie incohérence politique. Nous parlons donc des députés hors-la-loi, car la ratification du Ceta ne respecte pas la loi EGA. La mission des députés est d’être cohérents dans leurs votes ! On parle également beaucoup de la nécessité de faire évoluer l’agriculture, mais je rappelle que le modèle agricole est défini par les orientations politiques, les syndicats ne font pas les modèles agricoles ! Ce manque de cohérence entraîne un manque de visibilité pour la filière. Un éleveur en difficulté économique ne sait plus quel cap il doit suivre, cela se reflète donc par la perte de producteurs. Le Président doit être alerté à ce sujet, car cela menace notre souveraineté alimentaire, un principe sur lequel il avait insisté lors de son discours au dernier salon de l’agriculture. Il y a urgence à réagir et à présenter aux agriculteurs une politique précise qui donne une ligne de perspective claire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
L’aménagement de bâtiments d’élevage peut faire l’objet d’un accompagnement financier.
Un projet d’investissement sur votre exploitation ? Le point sur les aides
L’appel à projets du Plan de compétitivité et d’adaptation des Exploitations agricoles (PCAE) est ouvert depuis le 15 février.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde