Aller au contenu principal

Environnement
«Les objectifs du plan Ecophyto 2018 ne seront pas atteints»

Le ministre de l’Agriculture a fait part de l’échec annoncé du plan Ecophyto 2018 et présenté sa solution.

Le plan Ecophyto 2018 est (presque) mort. C’est en substance ce qu’a annoncé le 24 juillet Stéphane Le Foll aux sénateurs en affirmant que ces objectifs ne pouvaient être atteints «sauf à accélérer un processus dans des conditions et dans des mesures que je n’imagine pas aujourd’hui». Réduire de 50% l’utilisation des produits phytosanitaires d’ici à 2018 ou encore consacrer 20 % de la SAU en 2020 à l’agriculture biologique sont des caps «trop ambitieux», destinés à «servir la communication», a affirmé le ministre de l’Agriculture. «On a réussi à diminuer à hauteur de 87% les recours à des molécules actives considérées comme dangereuses, les réseaux de fermes qui vont être testées se mettent en place, la formation des agriculteurs avance»... mais, «on a un problème», a maintenu Stéphane Le Foll, tout en rappelant que la SAU dédiée à l’agriculture biologique était aujourd’hui de 3,5% (loin déjà des 6% programmés pour 2010).
C’est par une autre voie que le ministre de l’Agriculture a annoncé vouloir résoudre le problème : il ne faut pas l’attendre sur des objectifs, ni sur des normes renforcées, a-t-il prévenu. «Pour faire évoluer les choses, il va falloir les prendre de manière beaucoup plus systémique».

Création de groupements économiques et environnementaux
«J’ai envie d’avoir des objectifs, peut-être moins ambitieux, a poursuivi le ministre de l’Agriculture, mais au moins d’avoir une action effective. J’ai envie d’assurer cette transition vers une agriculture performante économiquement et écologiquement. Des modèles peuvent combiner ces deux volets». Pour ce faire, Stéphane Le Foll envisage de notamment créer des groupements économiques et environnementaux, pour une démarche globale et collective – «je veux toucher un maximum de personnes». Et l’enseignement agricole ne formera plus seulement «à la bonne utilisation des phytosanitaires» mais aussi «aux modèles de production qui seront les plus économes en phytosanitaires».
Sur le volet des demandes d’autorisation de mise sur le marché (AMM) de pesticides, le ministre a défendu une harmonisation européenne et s’est dit « favorable à un institut scientifique indépendant, pour analyser les études fournies par les firmes ». L’Anses validerait ainsi «a posteriori» les demandes d’AMM. Celles-ci devront d’ailleurs être précisées : au-delà des doses, l’autorisation d’un produit devra intégrer les conditions de son utilisation. «J’ai assisté sans cesse à ces débats : on a un problème ? On le met sur l’étiquette. Mais à force, c’est l’étiquette qui finit par avoir un problème. Tout ramener à l’étiquette, ça n’est pas possible», a déclaré le ministre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde