Aller au contenu principal

Betteraves
Les opposants au retour des NNI appellent aussi à se mobiliser

Alors que le projet d’arrêté autorisant l'utilisation des néonicotinoïdes (NNI) à titre dérogatoire en 2022 est soumis à une consultation publique ouverte jusqu'au 16 janvier prochain, les opposants à leur retour appellent leurs soutiens à y participer.

NNI et Générations Futures
© Générations Futures

Malgré l’avis récent du Conseil de surveillance et des chiffres qui montrent les ravages de l’absence de protection des betteraves contre le virus de la jaunisse, le projet de dérogation permettant l’utilisation à titre dérogatoire de substances néonicotinoïdes pour l’enrobage de semences de betteraves ne passe pas auprès d’associations environnementalistes ; lesquelles appellent leurs soutiens et sympathisants à participer massivement à la consultation publique qui a lieu en ce moment – et jusqu’au 16 janvier – concernant le projet d’arrêté autorisant l’utilisation des NNI.

Pour l’association Générations Futures, les jeux sont semble-t-il faits, mais il reste comme une forme d’urgence à répondre à la consultation. Dans un communiqué du 29 décembre, elle indique en effet que « le gouvernement s’apprête à autoriser pour une nouvelle année l’utilisation de semences de betteraves traitées par des néonicotinoïdes », et « invite les internautes à participer à la consultation publique ».

Membre du Conseil de surveillance qui s’est réuni le 21 décembre dernier – lequel a rendu un avis favorable -, Générations Futures explique avoir « voté contre » le projet d’arrêté autorisant l’utilisation des NNI à titre dérogatoire en 2022 et s’en explique ensuite : « De nombreuses faiblesses dans le dossier plaident pour un refus de la dérogation », avance le porte-parole de l’association, François Veillerette. Et d’en citer deux d’entre elles : fiabilité du modèle météo utilisé « pour une éventuelle pullulation du puceron », et « rareté des réservoirs viraux ». 

Pour Générations Futures, qui estime que la reconduction de la dérogation pour l’emploi des néonicotinoïdes est « quasi-automatique », il ne s’agirait ni plus ni moins que d’un « cadeau » du gouvernement « à l’industrie betteravière et à la FNSEA » (sic), évoquant ensuite « un renoncement » des pouvoirs publics.

Dans le texte de présentation du projet d’arrêté, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation rappelle quant à lui les conséquences de la jaunisse en 2020, puis 2021 : « une perte de rendement de -27,70 % pour les 26 principaux départements betteraviers (par rapport à la moyenne olympique sur 5 ans) avec une amplitude s’échelonnant entre -64,27 % et +1,84 % selon les départements », ainsi « qu’une baisse de la production de sucre de l’ordre de 31 % avec 3,445 Mt de sucre de betterave en 2020-2021 contre 4,969 Mt en 2019-2020".

S’appuyant sur ces constats, le gouvernement est formel : « Cette crise de la jaunisse a fragilisé l’ensemble du secteur sucrier et créé le risque d’un abandon massif de la betterave en 2021 par les agriculteurs au profit d’autres cultures. La filière demeure économiquement fragile en 2022 », indiquait-il le 27 décembre. Et de rappeler quelques chiffres - 22 000 agriculteurs concernés par la culture de la betterave, 21 sucreries – qui semblent néanmoins peser bien peu aux yeux de certaines associations environnementalistes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde