Aller au contenu principal

Betteraves
Les opposants au retour des NNI appellent aussi à se mobiliser

Alors que le projet d’arrêté autorisant l'utilisation des néonicotinoïdes (NNI) à titre dérogatoire en 2022 est soumis à une consultation publique ouverte jusqu'au 16 janvier prochain, les opposants à leur retour appellent leurs soutiens à y participer.

NNI et Générations Futures
© Générations Futures

Malgré l’avis récent du Conseil de surveillance et des chiffres qui montrent les ravages de l’absence de protection des betteraves contre le virus de la jaunisse, le projet de dérogation permettant l’utilisation à titre dérogatoire de substances néonicotinoïdes pour l’enrobage de semences de betteraves ne passe pas auprès d’associations environnementalistes ; lesquelles appellent leurs soutiens et sympathisants à participer massivement à la consultation publique qui a lieu en ce moment – et jusqu’au 16 janvier – concernant le projet d’arrêté autorisant l’utilisation des NNI.

Pour l’association Générations Futures, les jeux sont semble-t-il faits, mais il reste comme une forme d’urgence à répondre à la consultation. Dans un communiqué du 29 décembre, elle indique en effet que « le gouvernement s’apprête à autoriser pour une nouvelle année l’utilisation de semences de betteraves traitées par des néonicotinoïdes », et « invite les internautes à participer à la consultation publique ».

Membre du Conseil de surveillance qui s’est réuni le 21 décembre dernier – lequel a rendu un avis favorable -, Générations Futures explique avoir « voté contre » le projet d’arrêté autorisant l’utilisation des NNI à titre dérogatoire en 2022 et s’en explique ensuite : « De nombreuses faiblesses dans le dossier plaident pour un refus de la dérogation », avance le porte-parole de l’association, François Veillerette. Et d’en citer deux d’entre elles : fiabilité du modèle météo utilisé « pour une éventuelle pullulation du puceron », et « rareté des réservoirs viraux ». 

Pour Générations Futures, qui estime que la reconduction de la dérogation pour l’emploi des néonicotinoïdes est « quasi-automatique », il ne s’agirait ni plus ni moins que d’un « cadeau » du gouvernement « à l’industrie betteravière et à la FNSEA » (sic), évoquant ensuite « un renoncement » des pouvoirs publics.

Dans le texte de présentation du projet d’arrêté, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation rappelle quant à lui les conséquences de la jaunisse en 2020, puis 2021 : « une perte de rendement de -27,70 % pour les 26 principaux départements betteraviers (par rapport à la moyenne olympique sur 5 ans) avec une amplitude s’échelonnant entre -64,27 % et +1,84 % selon les départements », ainsi « qu’une baisse de la production de sucre de l’ordre de 31 % avec 3,445 Mt de sucre de betterave en 2020-2021 contre 4,969 Mt en 2019-2020".

S’appuyant sur ces constats, le gouvernement est formel : « Cette crise de la jaunisse a fragilisé l’ensemble du secteur sucrier et créé le risque d’un abandon massif de la betterave en 2021 par les agriculteurs au profit d’autres cultures. La filière demeure économiquement fragile en 2022 », indiquait-il le 27 décembre. Et de rappeler quelques chiffres - 22 000 agriculteurs concernés par la culture de la betterave, 21 sucreries – qui semblent néanmoins peser bien peu aux yeux de certaines associations environnementalistes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

mildiou pomme de terre
Un plan européen de lutte contre le mildiou réclamé

L’hiver et le printemps pluvieux ont favorisé le mildiou qui s’attaque aux cultures. Huit organisations demandent un plan d’…

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

La coopérative Sodiaal a un nouveau président

Le conseil d’administration de la coopérative Sodiaal, réuni ce mercredi 19 juin à Pau à l’occasion de l’Assemblée…

L'alliance rurale élections européennes Schraen Lassalle
Une défaite au goût amer pour l’Alliance rurale et des conséquences pour la chasse

Initiateur de la liste L’Alliance rurale, candidat en troisième position, le nordiste Willy Schraen dresse un constat amer de…

En raison des mauvaises conditions climatiques, au semis puis au printemps, le potentiel de rendement des céréales à paille  est dégradé.
Un potentiel dégradé en céréales à paille pour la France

Pluies et manque d’ensoleillement ont grevé le potentiel des céréales à paille ; le rendement de l’orge d’hiver est déjà…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde