Aller au contenu principal

Coopération
Les pistes d’Unéal pour redynamiser la rentabilité de ses diversifications

La moisson 2021 en demi-teinte associée à des hausses de charges tous azimuts plombe la profitabilité du groupe Advitam adossé à la coopérative Unéal ; laquelle a présenté avant son assemblée générale ses pistes pour rebondir. 

Armel Lesaffre et Jean-Philippe Kerr sont revenus le 7 décembre, sur les faits marquants de la précédente campagne et leurs ambitions.
Armel Lesaffre et Jean-Philippe Kerr sont revenus le 7 décembre, sur les faits marquants de la précédente campagne et leurs ambitions.
© V. F.

Alors que l’assemblée générale de la coopérative Unéal et du groupe Advitam devait se tenir hier (jeudi 8 décembre), son président Armel Lesaffre a présenté la veille lors d’une conférence de presse ses priorités pour l’exercice en cours (2022-2023) et le futur de l’entreprise. «L’enjeu majeur, c’est de renouer avec la performance en allant chercher des gains de productivité et la mise en place d’un plan de sobriété», a-t-il ainsi déclaré le 7 décembre. «Notre niveau de performance doit être solide pour continuer à accompagner nos adhérents.» Quelques semaines plus tôt, le changement de direction qui s’est opéré à la tête de la coopérative et du groupe est l’une des conséquences de la recherche d’une profitabilité accrue : «Il y a eu une divergence de vue entre la direction et le conseil d’administration pour retrouver de la profitabilité, a expliqué Armel Lesaffre. C’est pourquoi nous avons pris la décision de changer.» 

 

Chercher la profitabilité

Arrivé en septembre dernier à la direction générale de l’entreprise pour succéder à Cédric Cogniez et après avoir occupé la fonction de directeur administratif et financier, Jean-Philippe Kerr est revenu sur les chiffres de la campagne 2021-2022 : une collecte de 1 136 000 tonnes de céréales ; 290 000 tonnes d’engrais commercialisées ; une activité agrofournitures (phytos) en progression de 35 % ; des ventes d’aliments dynamiques dans un contexte national baissier ;  un chiffre d’affaires de 1,7 milliard d’euros pour le groupe Advitam, dont 663 millions (+ 21 %) réalisés par la coopérative Unéal… Malgré des chiffres qui témoignent de «la bonne santé de la coopérative et du groupe», son président Armel Lesaffre s’est toutefois dit «déçu» par la rentabilité opérationnelle du groupe qui s’affiche en deçà des prévisions. Si les pôles machinisme, distribution et négoce ont bien résisté aux crises, cela a été plus compliqué pour la branche «alimentaire». «Le cœur de notre activité résiste, mais la diversification pêche un peu, en particulier dans le secteur alimentaire et ce n’est pas satisfaisant», a souligné M. Lesaffre. Des groupes de travail ont depuis été mis en place au sein de l’entreprise pour «travailler à la restauration de la performance». 

En termes de redistribution, l’assemblée générale devait se prononcer sur une enveloppe d’un peu plus d’1,6 million d’euros (1 612 886 €) sous forme d’intérêts aux parts (1 %) et de ristournes sur les apports de céréales (1,5 €/t) et les approvisionnements en fournitures (1,3 % du CA). 

 

Sobriété énergétique

Alors que les responsables d’Unéal s’attendent à une campagne 2022-2023 «meilleure», l’heure n’en reste pas moins à la sobriété : «Il s’agit d’un vrai sujet», constate Jean-Philippe Kerr. Et de citer un certain nombre de mesures déjà engagées comme la baisse du chauffage dans les magasins du groupe, l’audit des équipements électriques dans les silos, l’optimisation des consommations de carburant des véhicules… «Nous devons faire en sorte de limiter le coût de l’énergie dans nos comptes d’exploitation», défend M. Kerr. Pour Armel Lesaffre, «c’est l’ensemble de nos activités qui est impacté». Chez les adhérents de la coopérative, «nous devons aussi avoir un rôle à jouer en les aidant à consommer moins et à produire leur propre énergie», estime Armel Lesaffre. Plus largement, il a rappelé l’engagement de la coopérative et de ses responsables à «proposer à nos adhérents des solutions concrètes pour contribuer à leur performance, tant sur le plan économique qu’environnemental». Le tout sans remettre en cause «la structuration et le développement d’activités créatrices de valeur ajoutée» qui ont fait leurs preuves dans le passé.

Le développement d’une filière «fruits rouges» en stand-by

Début 2022, les responsables de la coopérative Unéal affichaient leur enthousiasme à l’idée de créer une filière «fruits rouges» dans les Hauts-de-France en lien avec l’entreprise axonaise Fruits Rouges & Co. Quelques mois plus tard, le projet semble «en stand-by», selon les mots d’Armel Lesaffre. La raison ? Un contexte «défavorable» plombée par la hausse des matériaux de construction, mais aussi «un marché des céréales avec des prix élevés qui n’invite pas forcément à faire autre chose», selon Jean-Philippe Kerr. L’idée n’est pour autant pas abandonnée : «Nous avons toujours la volonté d’accompagner nos adhérents dans des projets de diversification», assure Armel Lesaffre, citant l’exemple de la viticulture. En ce qui concerne les fruits rouges, «on continue de travailler le sujet, mais la concrétisation prendra sans doute un peu plus de temps que prévu…», estime quant à lui le directeur d’Unéal et d’Advitam.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

De 10h à 16h, le 31 mai, Benjamin et Raphaël Delva expliqueront aux visiteurs de leur ferme ce qui les a conduits à opter pour ce système, leur parcours, et la manière dont ils le gèrent aujourd’hui.
Une journée pour appréhender la production de lait à l’herbe… et bio

Le Gaec de la Ferme du Rivetin ouvrent les portes de son atelier laitier bio à l’herbe le vendredi 31 mai pour partager ses…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

«On doit avoir des députés de dossiers plutôt que de plateaux de télé»

Alors que la date du scrutin pour l’élection des députés européens se rapproche – ce sera le 9 juin -, la FDSEA de la Somme a…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde