Aller au contenu principal

Les plantes aromatiques s’épanouissent en plein Santerre

À Lihons, Audrey et Laurent Massot cultivent des plantes aromatiques bio qu’ils transforment en huiles essentielles et en hydrolat. Une diversification originale, mais un pari osé. 

En ce mois de juillet, les plantes sont des plus épanouies : la lavande a revêtu son manteau violet vif, tandis que l’hélichryse italienne a sorti ses fleurs jaunes d’or, et que la Camomille Romaine est couverte de pompons blancs crémeux. Un véritable paradis des insectes pollinisateurs. Il ne s’agit pas d’un paysage provençal, mais bien du Santerre, à Lihons. 

Dans cette parcelle bio d’environ 1 ha, Audrey et Laurent Massot ont planté les premiers pieds de lavandin en 2018, puis ont diversifié les espèces des plantes chaque année : hélichryse, lavande fine, menthe douce et poivrée, mélisse, camomille romaine, sauge sclarée, thym et sarriette. «J’ai repris l’exploitation de céréales et betteraves d’une cinquantaine d’hectares au départ à la retraite de mon père, explique Audrey. Il fallait trouver une activité qui dégage une valeur ajoutée pour pouvoir en vivre pleinement.» Son cousin, installé en Ardèche, avait des pieds de lavandin disponibles. L’occasion à saisir. 

En créant leur mini-entreprise Disti’Flore, le couple mise sur une production originale : celle de la distillation pour l’obtention d’huiles essentielles, d’hydrolat (eau aromatique résiduelle obtenue après avoir séparé le produit de la distillation) et de tisane. Le pari était osé. Un investissement de près de 20 000 E au total a été réalisé pour mener à bien le projet : achat des plants, d’un alambic, de matériel de désherbage mécanique (bineuse) et d’une coupeuse à lavande pour la récolte. Pour ces plantes pour la plupart pérennes (une estimation de sept à huit ans), la récolte représente d’ailleurs le pic d’activité. 

De la fleur à l’huile via l’alambic

Fin de semaine dernière, elle n’attendait que quelques rayons de soleil pour pouvoir débuter. La partie s’annonçait plus délicate que la première, réalisée l’année dernière en pleine canicule. «Les conditions étaient optimales. Cette année est beaucoup plus compliquée avec la météo humide. Plus il y a de soleil, plus il y a de rendement, et meilleure est la qualité», précise Laurent. Même le thym, habituellement cueilli vers le mois de juin, était encore en terre le 16 juillet. Quelques espèces pourraient être affectées par le mauvais temps. «Nous n’avons pas le droit à l’erreur pour la sauge, par exemple. Sa floraison est très courte. À quelques jours près, c’est foutu.» Si la plupart des variétés peuvent se récolter mécaniquement, certaines, comme la camomille romaine, se cueillent à la main. «Heureusement qu’on a des amis courageux», sourit Audrey. L’enjeu : préserver les fleurs le plus possible. 

Direction ensuite la ferme, à quelques centaines de mètres, où l’alambic a été installé. «On essaie de tout transformer au fur et à mesure pour conserver le maximum de qualité.» Les fleurs sont alors tassées dans le corps de l’alambic. De l’eau est versée dans la chaudière qui la transforme en vapeur et est envoyée dans l’alambic. Puis celle-ci, chargée d’essence, passe dans un serpentin qui baigne dans de l’eau froide. À la sortie, le liquide est recueilli dans un vase de décantation. L’huile essentielle, plus légère, va se séparer de l’eau de distillation appelée hydrolat. «Les jours les plus intenses, on parvient à réaliser quatre distillations entre 8h et 20h.» Impossible pour le couple d’estimer la quantité de produit fini qu’ils vont pouvoir obtenir. «Tout dépend du poids récolté selon la plante et de sa qualité. Pour la menthe, par exemple, on compte 20 à 30 kg pour 250 ml d’huile essentielle.» 

Savoir séduire les clients

Une fois cette récolte et la transformation réalisées, les producteurs endossent la casquette de commerçants pour le restant de l’année. «Nous multiplions les marchés : Chaulnes, Rosières-en-Santerre, Méharicourt, le marché sur l’eau d’Amiens… Et nous misons sur les revendeurs locaux, comme Biocoop ou au Bon endroit, à Roye.» Le challenge est alors de faire découvrir leur produit au public. «Il n’y a pas de grosse demande, car les gens connaissent peu l’intérêt des huiles. Nous devons donc prendre le temps d’expliquer chaque utilisation ! (cf. encadré)» Ceux qui se laissent tenter reviennent en général conquis. Autre difficulté : «L’huile essentielle s’utilise avec parcimonie. Donc nous ne vendons pas au même client chaque semaine comme un marchand de légumes.»

Jusqu’ici, Disti’Flore ne permet pas au couple de vivre pleinement de l’activité. Tous deux sont double-actifs : Audrey est responsable d’audits dans le milieu agricole, et Laurent est frigoriste. Mais le développement doit leur permettre de dégager un salaire plein à l’avenir. Les idées fusent déjà pour diversifier la gamme. «Les tisanes, que nous avons testées l’année dernière, ont cartonné. Nous en ferons plus cette année. Nous voulons aussi proposer des aromates et des sirops.»

 

Incroyables vertus des plantes

Les pouvoirs médicinales des plantes ne sont plus à démontrer, mais leur utilisation, sous diverses formes, doit être maîtrisée. Audrey et Laurent Massot passent beaucoup de temps à expliquer les bienfaits de leurs produits. Disposez ainsi un peu d’huile essentielle de lavande sur le col du pull pour une excellente barrière aux poux, ou quelques gouttes dans un diffuseur pour une action répulsive des moustiques et des guêpes. Diluée dans une huile végétale - «comme une huile locale de colza», sourit Audrey -, l’huile essentielle d’hélichryse est idéale pour prévenir la formation d’un hématome en cas de coup. Celle de sauge scalrée favorise le confort féminin, notamment au moment de la ménopause ou en cas de cycles irréguliers. En tisane, la camomille soigne les troubles digestifs comme l’inflammation de l’estomac, l’ulcère gastrique, la diarrhée… Celle de thym requinque en cas de maladie, de fatigue généralisée ou d’état fébrile. L’hydrolat est, entre autres, une excellente lotion tonique pour le visage. Choisissez celui de lavande ou de menthe poivrée pour les peaux grasses, celui de sauge sclarée en cas d’acné, et celui de camomille pour les peaux sèches. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Les Grandes Gueules
Comme le monde agricole, les chasseurs ont désormais leur « Grande Gueule »
Pour faire partie du casting, il faut en avoir... de la gueule. L’émission radiophonique de débat d'actualité a dévoilé ce lundi…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde