Aller au contenu principal

Filière lait
Les prix français et nord européens du lait pourraient se rapprocher en 2023

La méthode de calcul du prix du lait est différente que l'on soit en France ou ailleurs en Europe. L'Idele prévoit une réduction des écarts dans les mois à venir.

prix du lait
© Pixabay

Alors que le prix du lait à la production « conserve encore une légère marge de progression » en France, les prix du lait en Europe du Nord, plus élevés qu’en France car « très fortement reliés aux prix des ingrédients », pourraient être amenés à baisser, indique l’Institut de l’élevage (Idele) dans la publication Tendances du mois de décembre.

« Le prix des ingrédients ayant baissé, le prix du lait valorisé en beurre/poudre maigre baisse également tant sur le marché mondial que sur le marché européen », note l’Idele. D’après les informations de l’organisation du secteur laitier néerlandais (ZuivelNL), « la plupart des transformateurs ont annoncé une stabilité des prix voire de nouvelles augmentations pour novembre et décembre 2022 ». « Néanmoins, il y a fort à parier qu’ils inverseront la tendance et les corrigeront à la baisse en début d’année 2023 ». Les éleveurs européens anticipent déjà cette baisse de prix en produisant plus de lait : la vente d’alimentation animale est à la hausse et la collecte est dynamique.

Contrairement à certains de nos voisins comme l’Irlande ou l’Allemagne, le prix du lait en France dépend largement de sa valorisation en grande distribution. La revalorisation du prix du lait payé aux producteurs français dépendra donc du résultat des négociations commerciales entre industriels et distributeurs qui prendront fin au 1er mars.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde