Aller au contenu principal

Les producteurs de pommes de terre espèrent un redressement industriel

Le développement de la filière handicapé par l’insuffisance des usines de transformation en France.

Patrick Trillon, président de l’Unpt : «nous demandons 
l’extension des prérogatives  du “paquet Lait” au secteur  de la pomme de terre».
Patrick Trillon, président de l’Unpt : «nous demandons
l’extension des prérogatives du “paquet Lait” au secteur de la pomme de terre».
© AAP

«J’espère que vous aurez de bonnes nouvelles à nous annoncer pour renforcer notre tissu industriel», a lancé, lors de son discours de clôture, le président de l’Union nationale des producteurs de pommes de terre (Unpt), Patrick Trillon, au représentant du ministre de l’Agroalimentaire.
Réunis sen congrès le 14 février dernier à Paris, les producteurs attendent des signes allant dans le sens d’une plus grande attractivité de la France à capter des investisseurs pour la transformation de la pomme de terre. Un graphique projeté lors du congrès a montré qu’entre le marché du frais, celui de l’export, celui de la fécule et celui de la pomme de terre transformée en frites, chips et autres purées, c’est ce dernier qui est le plus dynamique.
Or, «alors que notre volume de transformation stagne, il a triplé en dix ans en Belgique», et ce pays exporte aujourd’hui le volume que la France transforme, a ajouté Patrick Trillon.

Deux pistes pour pérenniser la filière de la fécule
«Nous déplorons l’impossibilité de réaliser en 44 tonnes des transports transfrontaliers avec la Belgique, le Luxembourg ou l’Italie, ce qui pénalise nos industriels nationaux en situation de concurrence sur le marché européen», a-t-il précisé.
De même, l’harmonisation fiscale entre les pays de l’UE «doit aussi être un vrai sujet de réflexion de politique globale».
L’Unpt tient à conforter la filière de la fécule.
Or, la conversion des aides au secteur féculier, jusque-là couplées, en DPU, risque de mettre à mal cette autre filière industrielle de la pomme de terre. «Faisons en sorte que, collectivement, les usines ne ferment pas en France et redonnons des perspectives à cette filière», a indiqué le président de l’Unpt en s’adressant à Christine Avelin, conseil­lère technique de Stéphane le Foll.
Il a proposé deux pistes pour pérenniser cette filière : la prise en compte d’une partie des surfaces féculières comme surface d’intérêt écologique et l’ouverture de l’enveloppe budgétaire destinée au recouplage d’une partie des aides.

Reconnaître les organisations de producteurs
Auprès de la Commission, du Parlement et aujourd’hui au niveau de l’Etat français, l’Unpt «milite activement pour assurer une reconnaissance et une sécurisation des groupements de producteurs». «Nous demandons, comme les députés européens, l’extension des prérogatives du “paquet Lait” au secteur de la pomme de terre», a souligné Patrick Trillon.
La reconnaissance par l’Etat des formes d’organisation particulières, «nous permettra de garder notre architecture efficace de partenariat entre les producteurs et leurs acheteurs, en particulier du secteur agroindustriel».
Enfin, «de vraies politiques de filières allant jusqu’au stade de la distribution doivent aussi être mises en œuvre» : l’interdiction des 3r (remises, rabais et ristournes), entre négoce et distributeur doit être respectée scrupuleusement.
Des contrats associant producteurs, négociants et distributeurs «doivent être étudiés afin que le jeu d’acteur soit rééquilibré».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde