Aller au contenu principal

Betteraves
Les recours contre les NNI rejetés par le Conseil d’État

La plus haute juridiction administrative française vient de consacrer le retour temporaire des néonicotinoïdes pour les betteraves sucrières en rejetant les recours déposés par plusieurs associations et ONG contre l'arrêté ministériel de mise en oeuvre de la loi de décembre 2020. 

© ITB

La décision rendue ce lundi 15 mars est à retrouver en détails sur la plateforme du Conseil d'Etat, mais elle est sans appel : l’arrêté ministériel pris à la suite de la loi du 14 décembre dernier – c'est elle qui autorise provisoirement l’utilisation de néonicotinoïdes pour les betteraves sucrières, le temps que d’autres solutions soient trouvées pour protéger ces cultures massivement menacées par des pucerons - qui se borne à préciser les modalités de leur utilisation pour l’année 2021, « n’est contraire ni à la Constitution ni au droit européen ».

Il y a quelques jours, cet arrêté avait fait l'objet de plusieurs recours de la part d'associations environnementales ou représentant des apiculteurs et agriculteurs pour demander au juge des référés du Conseil d’État de suspendre cet arrêté.

Dans un premier temps, le juge des référés affirme que l’autorisation provisoire de ces pesticides est prévue par la loi, et qu'elle a déjà été déclarée conforme à la Constitution. Par conséquent, s'agissant de l’arrêté « qui se borne à mettre en œuvre cette autorisation pour la campagne 2021 », il en également de même, celui-ci ne portant « aucune atteinte grave et manifestement illégale à la liberté du commerce et de l’industrie et au droit de propriété des éleveurs d’abeille ».

Dans un second temps, le Conseil d'État indique que l’arrêté est « conforme au droit de l’Union européenne sur l’utilisation des pesticides ». Si le droit de l’Union européenne interdit l’utilisation des néonicotinoïdes, il prévoit néanmoins des dérogations temporaires lorsqu’il existe de graves risques pour l’agriculture et en l’absence d’autre solution. Or, en ce qui concerne la betterave sucrière, et compte tenu d'un « risque sérieux d’une nouvelle infestation massive par des pucerons porteurs des maladies de la betterave au printemps 2021 », le juge des référés constate qu’il n’existe pas d’autres moyens raisonnables pour maîtriser ce danger, tout au moins pour la campagne 2021. Ce qui rend donc légale et permis le recours aux substances néonicotinoïdes pour les semis de betteraves.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Les Grandes Gueules
Comme le monde agricole, les chasseurs ont désormais leur « Grande Gueule »
Pour faire partie du casting, il faut en avoir... de la gueule. L’émission radiophonique de débat d'actualité a dévoilé ce lundi…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde