Aller au contenu principal

L’IFI a rapporté plus que prévu !

L’impôt sur la fortune immobilière (IFI) qui a remplacé l’ISF devrait rapporter 1,9 milliard d’euros en 2020, selon le projet de loi de Finances pour 2020. C’est plus du double de la prévision faite lors de la réforme.

L’IFI a rapporté 1,8 milliard d’euros en 2019 et concerne 132 722 contribuables au lieu de 358.000 sous l’ISF en 2017.
L’IFI a rapporté 1,8 milliard d’euros en 2019 et concerne 132 722 contribuables au lieu de 358.000 sous l’ISF en 2017.
© D. R.

L’impôt sur la fortune immobilière (IFI) qui s’est substitué à l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) depuis le 1er janvier 2018, devrait rapporter 500 millions de plus que prévu cette année. Ce qui ferait des recettes de l’ordre de 1,8 milliard en 2019. Il est prévu au budget 2020 d’encaisser environ 1,9 milliard d’euros. Cette hausse tient compte du dynamisme de l’immobilier qui devrait logiquement augmenter les recettes de l’IFI au cours de l’année prochaine, dont la résidence principale représentait la plus grosse partie.
Pour rappel, en 2018, l’IFI a rapporté 1,291 milliard d’euros contre 4,230 milliards pour l’ISF en 2017. Il faut rappeler que 70 % des foyers qui étaient soumis à l’ISF, soit environ 251 000 contribuables avaient un patrimoine compris entre 1,3 et 2,4 millions d’euros composé à 80 % d’immobilier, notamment à Paris et en région parisienne (résidence principale). Pour les 30 % restants, soit environ 107 000 contribuables, la proportion de l’immobilier était inversement proportionnelle.
Au global, les recettes de ce nouvel impôt recentré sur les actifs immobiliers sont largement deux fois supérieures aux 850 millions d’euros prévus lors du vote de la réforme. Le coût de cette transformation se situerait plutôt autour de 2 milliards d’euros au lieu de 3 milliards d’euros anticipés en 2017 au moment de la prévision.
En 2018, Bercy avait estimé ses recettes sur des prévisions plutôt prudentes par manque d’information sur la composition du patrimoine des contribuables. Il ne savait pas la part que pouvait représenter l’immobilier dans l’assiette de l’ISF.  

Analyse des chiffres
Il y a quelques mois, le rapporteur du budget à l’Assemblée, le député Joël Giraud (LREM), montre que l’actif net imposable est passé de 1,028 milliards d’euros, avant la réforme, à 300 milliards d’euros pour l’assiette des seuls actifs immobiliers.
La publication de ces chiffres va être analysée par le comité d’évaluation de la réforme de la fiscalité du capital. France Stratégie qui pilote ce groupe d’experts, va pouvoir rendre ses premières réflexions. Au-delà du coût de la réforme, le comité est invité à se pencher sur ses effets macroéconomiques, aussi bien sur l’investissement et l’emploi, ainsi que sur son impact sur la distribution des richesses.
Certains éditorialistes constatent que les Français soumis à l’IFI voient leur «capacité d’investissement» dans l’économie dite réelle amputée par cet impôt. Leur patrimoine est souvent constitué de biens acquis au cours d’une vie de travail ou de biens reçus de leurs parents. Ce n’est seulement que les gros patrimoines qui investissent dans l’économie réelle.  
Et sans oublier de constater que quasiment tous les pays européens comme, l’Italie, l’Autriche, l’Allemagne, le Danemark, l’Irlande, la Finlande et le Luxembourg, la Suède, la Grèce, la Hongrie et l’Espagne l’ont supprimé au cours des vingt dernières années. Seuls le Liechtenstein, la Norvège, les Pays-Bas et la Suisse maintiennent encore un impôt sur la fortune, par idéologie fiscale, peut-être.

Contrôle de l’IFI
L’administration fiscale a lancé des demandes d’informations et des contrôles très tôt cette année auprès des contribuables à l’impôt sur la fortune immobilière (IFI). Depuis le mois de mai dernier, les demandes d’informations et les contrôles affluent de la part de l’administration. Mais ces demandes ou contrôles portent également sur les deux dernières déclarations d’impôt sur la fortune (ISF), de 2016 et 2017, que l’IFI a remplacé l’année dernière. Et c’est bien souvent la raison du contrôle : rechercher les contribuables qui aurait dû être assujettis à l’ISF au cours des années 2016 et 2017. D’un autre côté, les professionnels remarquent qu’il y a une recrudescence de ces contrôles et ces vérifications, alors que sous l’ISF, les contrôles étaient plutôt moins nombreux.
En cas de redressement, lors d’un contrôle, l’administration fiscale s’appuie sur des documents pour fonder sa proposition de rectification, notamment en matière d’ISF ou IFI.  Elle doit communiquer une copie de ces informations au contribuable concerné, s’il en fait la demande. La Cour de cassation rappelle que cette obligation ne s’applique pas aux données librement accessibles à toute personne intéressée. C’est notamment le cas des données détenues par le service de la publicité foncière ou par le cadastre. Cette recherche d’information sur la valeur des biens immobiliers est aujourd’hui simplifiée avec l’ouverture du fichier «Demande de valeur foncière» sur le site internet data.gouv.fr qui recense les transactions immobilières réalisées depuis 2017 pour toutes les adresses.

Quelques chiffres pour l’IFI 2018

Nombre de redevables soumis à l’IFI : 132 722 contribuables contre 358 000 soumis à l’ISF en 2017, soit une baisse de 63 %.
Patrimoine moyen imposable : 2,33 millions d’euros
Impôt moyen par contribuable : 9 730 €

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde