Aller au contenu principal

Sécheresse
L'obligation de semer des Cipan partiellement levée

La préfecture de la Somme a levé, ce vendredi 12 août 2022, l’obligation d’implanter un couvert végétal après une culture de pois de conserve récoltée avant le 15 juillet.

pois de conserve
L’obligation d’implanter une Culture intermédiaire piège à nitrates (Cipan) avant le 15 août après une culture de pois de conserve récoltée avant le 15 juillet est levée dans la Somme.
© FranceAgriTwittos - Adrien Montefusco

Comme elle s’y était engagée dans la matinée auprès de la profession agricole au cours d’une rencontre sur la gestion de l’irrigation, la préfète de la Somme par intérim, Myriam Garcia, a signé dans les heures qui ont suivi un arrêté permettant aux agriculteurs de déroger de manière « temporaire » et « partielle » au « respect de certaines obligations du programme d’actions nitrates pour raison de circonstances exceptionnelles ». 

Cet arrêté daté du vendredi 12 août lève l’obligation d’implanter une Culture intermédiaire piège à nitrates (Cipan) avant le 15 août après une culture de pois de conserve récoltée avant le 15 juillet. Et uniquement pour l’heure pour cette circonstance.

Pour justifier sa décision, la préfecture de la Somme rappelle que « les conditions agronomiques défavorables (sécheresse, ndlr) entraînent des difficultés d’implantation des cultures intermédiaires pièges à nitrates (CIPAN) après les cultures de pois de conserve récoltées avant le 15 juillet », avant de les lister : « croissance difficile des semences, usure du matériel sur un sol trop sec, coût du carburant élevé́, risque d’incendie… »

« Un début de réponse »

Pour la secrétaire générale de la FDSEA de la Somme, Marie-Françoise Lepers, la levée de cette obligation est « une bonne nouvelle, qui était attendue », mais ce n’est aussi « qu’une partie de la réponse ». Ces derniers jours, la profession agricole départementale (FDSEA et JA) a en effet alerté l’administration – préfecture, DDTM – sur les conditions de semis des couverts d’intercultures en raison d’une sécheresse persistante, avant de demander de surseoir à un certain nombre d’obligations : implantation de tout Cipan quelle que soit la date limite dans le cadre du PAR et implantation de cultures intermédiaires en surface d’intérêt écologique (SIE) dans le cadre des obligations du volet de verdissement de la PAC.

Pour les syndicats agricoles, il serait également bienvenu de reconnaitre l’intégralité du département de la Somme en « situation de calamités agricoles pour permettre l’activation des clauses de cas de force majeure dans les contrats de production ».

Au niveau national, la FNSEA avait demandé le 10 août dernier la mise en place d'une « dérogation générale » aux semis des cultures dérobées qui auraient été déclarées par les agriculteurs pour remplir leurs obligations de SIE (surfaces d'intérêt écologique) et de Cipan. 

Pour l’heure, la dérogation à l’obligation de semer des Cipan ne concerne bien que l’après-culture de pois de conserve, comme le souligne la préfecture de la Somme, dans un communiqué : « Cette dérogation ne modifie pas les règles pour les intercultures longues ». Et d’assurer qu’elle « s’applique de droit à tous les agriculteurs concernés. Ils n’ont aucune démarche à faire auprès des services de l’État ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde