Aller au contenu principal

Prix du lait
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu

Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de France. Il y a de quoi faire grincer les dents des producteurs engagés dans des laiteries locales. Le sujet était vivement débattu ce 30 août, lors de l’AG de l’UPLP (FDSEA).

La coopérative belge affiche un prix standard de 555 €/1 000 l (42/43) en juin, soit 595 € toutes primes comprises, et cherche des adhérents dans les départements des Hauts-de-France.
© Milcobel

«Malgré les hausses des prix du lait réelles depuis le début d’année, l’humeur se durcit dans les élevages. Les écarts des prix payés sont significatifs. Même s’ils sont parfois expliqués aux adhérents, ça a du mal à passer», note Valentin Crimet, président de l’UPLP (Union des producteurs de lait de Picardie, section de la FDSEA), lors de l’assemblée générale ce 30 août, à Hangest-sur-Somme. «Un lait rémunéré à 400 €/1 000 l faisait rêver les éleveurs laitiers il y a quelque temps. Mais aujourd’hui, avec l’explosion des coûts de production, ce prix ne suffit toujours pas à vivre dignement de son métier», ajoutait un adhérent.

Le feu est attisé par la récente annonce de la coopérative flamande Milcobel : celle-ci affiche un prix standard de 555 €/1 000 l (42/43) en juin, soit 595 € toutes primes comprises, et cherche des adhérents dans les départements des Hauts-de-France. Elle affiche un besoin de 90 Ml de lait. Mais Denis Bully, président de la FDSEA80, lui-même éleveur laitier à Heucourt-Croquoison, tenait à prévenir : «Faîtes la moyenne cinq ans pour estimer ce que Milcobel vous aurait versé. Il y a deux ans, cette coopérative payait 100 € de moins les mille litres que nos coopératives, et mettait à la porte les Français dont elle n’avait plus besoin.» En 2020, Milcobel a en effet passé la plus grande partie de l’année 2020 à 270 €/1000 l. Le nombre d’adhérents s’érodait, entraînant la perte de 400 Ml. L’histoire raisonne particulièrement dans la Somme puisqu’en décembre de cette même année, la «ferme des mille vaches», à Drucat, qui lui livrait la totalité de son volume, cessait son activité.  

 

Une stratégie payante

Comment Milcolbel peut-elle aujourd’hui promettre un tel prix ? Via sa stratégie Phoenix, annonce-t-elle. «Nous sommes passés d’une stratégie de volume, dans une logique d’économie d’échelle, à une stratégie tournée vers le client et la valeur ajoutée», commente son directeur général Nils van Dam dans une interview accordée à nos confrères de L’Éleveur laitier. Une usine de lait de consommation qui transformait 200 Ml par an, jugée non rentable, a été fermée, ainsi qu’une tour de séchage. La coopérative se focalise désormais sur les produits plus «haut de gamme», comme les ingrédients, le fromage et les glaces. Un plan d’économies de 50 M€ à échéance 2025 est aussi engagé. Résultat : dix-huit mois de hausse continue du prix de base.

La sécheresse qui sévit est un coup dur de plus. Dans certains secteurs, les récoltes de maïs vont être catastrophiques.

Pour certains, «cette différence de prix avec nos coopératives est le bon argument pour frapper fort et nous faire entendre». Faut-il dénoncer les contrats et réclamer une rehausse importante ? Faut-il aller manifester devant les coopératives ? Ou plutôt devant les GMS, qui tiennent les manettes ? Le prix du lait est-il un problème entièrement politique ? Chacun y va de son avis, mais tous les éleveurs sont d’accord sur le fait que la rémunération insuffisante les affaiblit d’année en année. «Ça sent le cramé dans les exploitations laitières depuis 2009, avec une accélération depuis 2016, analyse Denis Bully. La sécheresse qui sévit cette année est un coup dur de plus. Dans certains secteurs, les récoltes de maïs vont être catastrophiques. Je crains qu’un certain nombre d’élevages décrochent.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

dégâts sanglier approche affût 1er avril
Le tir du sanglier ré-autorisé à partir du 1er avril

La préfecture de la Somme a décidé de prolonger la période de chasse du sanglier dans la Somme sous conditions en modifiant l’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde