Aller au contenu principal

Marchés et vente à la ferme peuvent encore avoir lieu

La Chambre d'agriculture des Hauts-de-France livre quelques conseils aux agriculteurs et détaillants de produits alimentaires pour exercer leur activité en limitant les risques.

Les marchés peuvent, jusqu'à présent, encore avoir lieu, suivant le respect d'un certain nombre de conditions.
Les marchés peuvent, jusqu'à présent, encore avoir lieu, suivant le respect d'un certain nombre de conditions.
© Pixabay

Pourquoi les marchés organisés sur de nombreuses places de villages ou dans les centre-villes se tiennent encore ? Idem en ce qui concerne les points de vente collectif de produits fermiers, et les magasins de vente à la ferme ? C'est la question récurrente du consommateur confiné chez lui depuis le début de la semaine qui a fait des stocks de pâtes après s'être rendu dans un supermarché bondé... C'est en fait un arrêté du 14 mars 2020 qui le permet. S'agissant d'un établissement ou d'un lieu - ce qui est le cas du marché hebdomadaire - fournissant des produits alimentaires, ceux-ci peuvent continuer d'accueillir du public... à condition de respecter certaines précautions.

Les marchés alimentaires maintenus

Ministre de la Santé, Olivier Veran assurait mercredi 18 mars que  les marchés « où on va chercher à manger doivent pouvoir continuer de fournir de la nourriture aux personnes ».

Pour ces marchés alimentaires maintenus, des conditions très strictes s'appliquent. Les commerçants doivent ainsi servir eux-mêmes les clients pour éviter au maximum que les aliments soient touchés. Enfin, une distance d'un mètre entre chaque personne doit être respectée.

L'état d'urgence sanitaire qui doit être voté par le Parlement, les jeudi 19 et vendredi 20 mars pourrait par ailleurs contraindre la tenue de certains marchés. Sont notamment visés ceux « où l'on voit des foules » ou « qui ont beaucoup d'étals », selon le ministère de la Santé.

Les recommandations à suivre

Sur d'autres points de vente, - à la ferme ou dans un magasin -, le nombre de personnes présentes à un instant T doit être limité. Cette mesure est à adapter à la surface de vente, conseille la Chambre d'agriculture des Hauts-de-France dans une note aux agriculteurs : « Ça ne peut être qu'1 ou 2 client(s) à la fois si le point de vente est petit. C'est à vous d'apprécier le nombre de clients présents simultanément. L'objectif est de ne pas avoir de file d'attente au rayon traditionnel, en caisse... »

A l'intérieur du point de vente, il est recommandé d'organiser les files d'attente comme par exemple avec des repères au sol qui marquent la distance d'éloignement de 1 mètre avec le permanent. D'autre part, si le personnel alterne entre différentes tâches (caisse, la mise en rayon, service), il leur est demandé de se nettoyer les mains entre chaque tâche, et notamment après chaque manipulation d'espèces.

Dans les rayons traditionnels, toujours utiliser des pinces pour le service ou tout autre ustensile pour la manipulation des produits (autant de pinces ou ustensiles que de produits disponibles au service arrière). Les gants sont possibles mais ils amènent à des pratiques à risque sur l'hygiène sanitaire: augmentation des contaminations croisées

Pour ce qui est du règlement des achats, c'est le paiement par CB qui doit être privilégié, avec l'option « sans contact », et sans saisir la carte bancaire du client. Lorsqu'il s'agit d'un paiement par chèque,les clients devront utiliser leur propre stylo. Sinon, désinfecter le stylo mis à disposition régulièrement.

Pour protéger le personnel qui assure l'encaissement, il lui est conseillé de porter des gants. De même, le port du masque est possible pour le caissier mais il doit être changé régulièrement. Depuis quelques jours, certains points de vente ont équipé leurs caisses de parois en plexiglas. Les espaces « enfants » sont quant à eux fermés.

Enfin, pour les paniers, chariots et balance en libre-service, vous devrez inciter les clients à utiliser leurs propres sacs. Il est recommandé de ne plus mettre à disposition de paniers, chariots car ils nécessiteront d'être régulièrement désinfectés, ce qui est difficile à mettre en place. Idem en ce qui concerne les poignées de portes qui devront être régulièrement nettoyées et désinfectées. Un récipient de gel hydroalcoolique en libre accès à l'entrée du magasin pourra venir compléter l'ensemble de ces précautions. Enfin, et de manière générale, il vous faut informer votre clientèle de la mise en place de ces mesures pour faciliter leur appropriation par les consommateurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde