Aller au contenu principal

Gastronomie
Marie-Sophie Lesne et l'Ordre de la rabouillère : les dessous d'une intronisation

La vice-présidente de la Région Hauts-de-France en charge de l'Alimentation et de l'agriculture va être intronisée ce vendredi 10 juin dans l'Ordre des chevaliers de la rabouillère pour son engagement au côté de la filière cunicole. 

Fondée en 1997, la Confrérie de l’ordre des chevaliers de la rabouillère (et du clapier) comptera à partir du vendredi 10 juin deux nouveaux membres en la personne de Marie-Sophie Lesne et de Christian Gremplewski. Leur mérite à tous les deux est d’œuvrer à la promotion et au développement de la filière lapin dans les Hauts-de-France ; l’une en sa qualité de vice-présidente du Conseil régional des Hauts-de-France chargée de l’agroalimentaire et de l’agriculture, et l’autre en tant que technico-commercial cunicole chez Gènes Diffusion et membre actif de la filière. La cérémonie d’intronisation est prévue ce vendredi matin, à 11h, sur la terrasse du Village Gourmand du salon Terres en Fête.

Forte de quelque 280 membres, répartis sur quatre continents (!), la Confrérie de la rabouillère a pour vocation de « regrouper sous une même bannière les professionnels du monde du lapin, l’ensemble des éleveurs, les restaurateurs, les transformateurs, les gastronomes, les gourmets, les amoureux du lapin, ainsi que toute personne physique ou morale pouvant servir la cause du lapin en raison de sa disponibilité, de sa compétence, de sa notoriété ou de son savoir-faire ». Si ses missions peuvent se rapprocher de celles d’une interprofession, la philosophie d’une confrérie gastronomique est de les assurer avec folklore.

En toutes circonstances, la Confrérie a ainsi pour objectifs de « défendre le lapin sous toutes ses formes, développer l’élevage du lapin dans le respect des traditions, du bien-être et des systèmes de production durables, développer les élevages  vivriers dans les milieux difficiles, assurer la promotion afin d’inciter ou  accroître la consommation de la viande de lapin, favoriser la création d’espaces de concertation avec les consommateurs et acteurs de la filière » et enfin « faire connaître et apprécier  les valeurs organoleptiques et diététiques de la viande ».  

Faire connaître la viande de lapin

En mars dernier, à l’occasion d’une visite d’élevage à Crouy-Saint-Pierre, dans la Somme, l’association interprofessionnelle du lapin des Hauts-de-France (AILHF) rappelait le caractère « marginal » de l’élevage de lapins dans cette région, mais témoignait aussi d’une vraie volonté de dynamiser cette filière. Elle avait alors reçu une écoute bienveillante de la vice-présidente en charge de l’agriculture, Marie-Sophie Lesne. Parmi les sujets abordés lors de cette rencontre, de nouvelles méthodes d’élevage, le marché de la viande de lapin, mais aussi l’augmentation des coûts de production ou encore une réflexion sur l’accompagnement financier des investissements. En ce qui concerne les débouchés de la viande de lapin, le Conseil régional soumettait à l’interprofession son souhait de se « servir de la restauration scolaire, dans les lycées et les collèges avec les départements

pour faire consommer aux jeunes de la viande de lapin », dixit Marie-Sophie Lesne. « Ce n’est pas ce qui va révolutionner vos ventes, mais cela permet de sécuriser un débouché, avec un prix que l’on peut discuter. Nous l’avons fait avec le Maroilles et l’agneau quand il a fallu le faire et cela a plutôt bien marché », avait-elle ajouté.

« En Hauts-de-France, 35 éleveurs cunicoles sont engagés dans la démarche Certification de Conformité Produit (CCP) pour produire une viande de lapin de qualité reconnue par un cahier des charges », détaille l’association interprofessionnelle du lapin des Hauts-de-France. Laquelle compte bien profiter des trois jours de l’événement Terres en Fête pour communiquer sur un produit souvent mal ou peu connu, et qui réserve bien des surprises.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

mildiou pomme de terre
Un plan européen de lutte contre le mildiou réclamé

L’hiver et le printemps pluvieux ont favorisé le mildiou qui s’attaque aux cultures. Huit organisations demandent un plan d’…

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

La coopérative Sodiaal a un nouveau président

Le conseil d’administration de la coopérative Sodiaal, réuni ce mercredi 19 juin à Pau à l’occasion de l’Assemblée…

L'alliance rurale élections européennes Schraen Lassalle
Une défaite au goût amer pour l’Alliance rurale et des conséquences pour la chasse

Initiateur de la liste L’Alliance rurale, candidat en troisième position, le nordiste Willy Schraen dresse un constat amer de…

En raison des mauvaises conditions climatiques, au semis puis au printemps, le potentiel de rendement des céréales à paille  est dégradé.
Un potentiel dégradé en céréales à paille pour la France

Pluies et manque d’ensoleillement ont grevé le potentiel des céréales à paille ; le rendement de l’orge d’hiver est déjà…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde