Aller au contenu principal

Mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme fait appel pour être respectée

Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de riverains qui proteste contre sa présence et son activité dans la commune de Saint-Aubin-en-Bray (60). Condamné à verser des dommages et intérêts aux plaignants, Vincent Verschuere a fait appel. L’affaire est jugée demain, mardi 4 janvier, à Amiens.

Ils n’ont beau être que six, leur pouvoir de nuisance est énorme. Mardi 4 janvier, Vincent Verschuere, un agriculteur de Saint-Aubin-en-Bray, à l'ouest de Beauvais, sera présent devant une juridiction d’appel à Amiens pour savoir s’il aura à indemniser six riverains de son exploitation pour des nuisances liées à son métier.

Ce qu’il lui est reproché, c’est d’avoir construit en 2010 un bâtiment d’élevage dans la commune pour pouvoir réaliser la mise aux normes de l’exploitation familiale et conforter son projet d’installation. Pour mener à bien les travaux, Vincent Verschuere et sa mère – ils sont associés au sein d’une EARL – ont investi 600 000 euros. Mais la réalisation, bien qu’elle respecte la réglementation et les procédures administratives, n’a pas plu à quelques riverains qui ont porté le dossier devant les tribunaux administratifs.

"Des nuisances olfactives et sonores" 

Depuis près de 10 ans, l’agriculteur est opposé à ces habitants qui ont d’abord cherché à faire annuler les permis de construire du bâtiment délivré par la mairie de Saint-Aubin-en-Bray, avant de s’en prendre directement à l’EARL Verschuere en demandant indemnités et démolition du bâtiment. En 2018, le tribunal de Beauvais est condamné Vincent Verschuere à payer un peu plus de 100 000 euros de dommages et intérêts pour « nuisances sonores et olfactives ». Cette décision, l’éleveur la conteste, bien évidemment, et décide de faire appel. « Si on paye les dommages, on ferme l’exploitation », a-t-il déclaré, le 30 décembre.

Ce 30 décembre, c’est le jour où une marche de soutien a été organisée. Elle a réuni quelque 200 participants, agriculteurs de la région, mais aussi élus locaux et régionaux. « Ce qui lui arrive, cela pourrait arriver à n’importe lequel d’entre nous», a ainsi défendu Laurent Poolet, président cantonal de la FDSEA de l’Oise, auprès de nos confrères du Parisien. C’est lui qui est à l’origine de l’appel d’une mobilisation qui a reçu un écho jusqu’à l’échelon national. Président de la FDSEA 60, Régis Desrumaux veut désormais croire « au bon sens » et « qu’on le laisse travailler ».

Si la justice venait à donner tort à Vincent Verschuere, celui-ci devrait alors verser la somme demandée et déconstruire son bâtiment. Pour sa défense, l’agriculteur compte aussi sur la récente loi sur le patrimoine sensoriel qui vise à protéger le patrimoine des campagnes. Une loi dont le décret d’application se fait attendre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde