Aller au contenu principal

Mesurer le bien-être de ses poulets de chair en quelques clics

Le bien-être animal prend de plus en plus d’importance dans le choix des achats des consommateurs. Pour «prendre les devants» l’Itavi (Institut technique de l’aviculture) a mis en place une méthode d’évaluation. À la clé : des conseils d’amélioration. 

La capacité de mouvement est, par exemple, évaluée par une mesure de la densité, ainsi que par le nombre d’animaux qui étirent leurs ailes et leurs pattes ou battent des ailes. 
La capacité de mouvement est, par exemple, évaluée par une mesure de la densité, ainsi que par le nombre d’animaux qui étirent leurs ailes et leurs pattes ou battent des ailes. 
© Itavi

Qu’est-ce qu’un poulet de chair heureux ? La question est plus que sérieuse, à l’heure où le bien-être animal est un critère de plus en plus important aux yeux des consommateurs. «Nous avons voulu prendre les devants et sensibiliser la filière à ce sujet, en mettant en place Ebene, une méthode d’évaluation du bien-être adaptée à nos élevages, basée sur des méthodes validées scientifiquement», introduit Isabelle Bouvard, directrice de l’Itavi (Institut technique de l’aviculture).

Selon Alain Boissy, directeur de recherche sur le sujet à L’Inrae, le bien-être des animaux est défini comme «l’état mental et physique positif lié à la satisfaction de ses besoins physiologiques et comportementaux, ainsi que ses attentes. Cet état varie en fonction de la perception de la situation par l’animal.» Pour l’institut, le bien-être animal est un concept gagnant-gagnant, aussi bien pour l’éleveur. «Placé dans de bonnes conditions, un animal d’élevage aura un développement optimal et sera moins sujet aux maladies ou aux blessures. Les performances d’élevage en seront favorisées. De plus, garantir aux animaux un bon milieu de vie rend le travail de l’éleveur plus satisfaisant et valorise son savoir-faire.» Il n’empêche que certaines pratiques peuvent présenter un surcoût, pour l’instant non rémunéré. 

Dans la méthode Ebene, l’éleveur recueille lui-même la majorité des données dans son suivi quotidien. «Ainsi, l’évaluation du bien-être de ses animaux est fondée sur la formalisation de gestes et d’observations qui lui sont routiniers.» Il s’agit en fait d’effectuer un état des lieux, réalisé rapidement. Une application est même disponible sur smartphone. Quatre critères d’évaluation sont identifiés : l’alimentation, le logement, la santé et le comportement.

 

Étirer les ailes et les pattes

Des critères permettent ensuite de préciser chacun des principes. Par exemple, le principe du bon environnement se définit par un confort au repos, un confort d’ambiance et une capacité de mouvement. Plusieurs indicateurs (ou mesures) doivent être compilés afin de déterminer si le critère en question est atteint. Ainsi, la capacité de mouvement peut être évaluée sur le terrain par une mesure de la densité, ainsi que par le nombre d’animaux qui étirent leurs ailes et leurs pattes ou battent des ailes. Ces mesures sont effectuées sur la base d’un questionnaire et sur un échantillon d’animaux. «Ce dernier doit être représentatif de l’ensemble des animaux, sans pour autant tous les observer ; il s’agit d’une étape cruciale qui doit être suivie avec rigueur et minutie.» 

Les résultats obtenus permettent de se positionner par rapport aux autres élevages du groupement et, à l’échelle de l’élevage, de mesurer l’impact d’une nouvelle pratique sur le bien-être de ses animaux ainsi que de visualiser son évolution dans le temps. Enfin, les équipes de l’Itavi sont présentes pour aider les éleveurs à faire évoluer leurs pratiques en vue d’améliorer le bien-être de leurs animaux. 

 

Perchoirs adorés 

Des ballots de paille permettent aux poulet de s’y percher et stimulent l’exploration.
Un des exemples d’aménagement pour plus de bien-être des poulets de chair et de leur mettre des perchoirs à disposition. «Il semblerait que les poulets aient une préférence pour les surfaces larges. Les ballots de paille sont parfaits, car ils offrent aussi de la matière à picorer», note Isabelle Bouvard, directrice de l’Itavi. «Cette solution est envisageable car elle ne coûte pas grand chose, puisque les ballots sont produits sur l’exploitation», témoigne un éleveur. «Les déplacer est une galère pour une femme seule», remarque une autre. Certains ont opté pour les plateformes. «Au début j’étais sceptique mais, au final, je ne peux pas nier qu’ils adorent ça. On ne voit même plus les grilles tellement ils sont nombreux à se percher», avoue un troisième.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Bien que son industriel laitier, Danone, pousse à plus de production, le jeune Thomas Buquet a joué la prudence  et l’exploitation ne devrait pas produire plus. Au contraire, l’objectif est de descendre entre 70 et 75 vaches.
Un robot pour conforter la gestion du travail
À 26 ans, tout juste installé depuis un peu plus d’une année en Gaec avec son frère Nicolas à Blargies, dans le Nord-Ouest de l’…
Atelier de multiplication porcin cherche son nouvel éleveur
Depuis trente-trois ans, Agnès Boone-Duacheux exerce avec passion son métier d’éleveuse porcin spécialisée en multiplication,…
Cristal Union
Cristal Union paiera « plus de 40 euros par tonne » les betteraves récoltées en 2022
Sans attendre la fin de la période d’arrachages des betteraves, le groupe coopératif Cristal Union a fini lui aussi par annoncer…
Quand il imagine un parcours d’obstacles, Arnaud Bazin pense toujours au cheval avant tout.
Arnaud Bazin, metteur en scène des concours de saut d’obstacles
Dans un concours hippique, c’est lui qui amène le décor. Il fait en sorte que les acteurs, couples cheval-cavalier, puissent y…
Bertrand Achte, Maxence Turbant, Erwin Pardon et Leslie Camus.
Pas d'accord avec McCain sur les prix pour la campagne 2024
C'est historique : pour la seconde fois depuis sa création en 1997, le Gappi et McCain n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur…
À Thiers-sur-Thève (60), Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart ont trouvé le lieu propice au développement de leurs activités très diversifiées : maraîchage bio, poules pondeuses bio, production de miel,  pension de chevaux et vente à la ferme.
Ils partent de zéro pour monter une ferme à leur image
Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart, fille et fils d’agriculteurs de la Somme, ont choisi de s’installer hors cadre familial…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde