Aller au contenu principal

Météo pluvieuse, saison touristique heureuse dans les Hauts-de-France ?

Après une année 2022 record (15,4 millions de nuitées), ces vacances de printemps rendent très optimistes les professionnels du tourisme de la région pour la suite de la saison. C’est ce qui ressort du bilan que dresse Hauts-de-France Tourisme. Deux destinations samariennes figurent même au top 3 des ventes.

Avec ses hébergements insolites, les Ecuries de la roulotte, à Conty, faisaient  partie des destinations préférées des touristes pendant les vacances de printemps.
Avec ses hébergements insolites, les Ecuries de la roulotte, à Conty, faisaient partie des destinations préférées des touristes pendant les vacances de printemps.
© Écuries de la roulotte

Les Hauts-de-France sont une destination appréciée. «Après une année 2022 record (15,4 millions de nuitées), ces vacances de printemps rendent très optimistes les professionnels du Tourisme de la région pour la suite de la saison», annonce Hauts-de-France tourisme, dans un communiqué qui dresse le bilan des vacances de printemps. Il faut dire que la région possède deux atouts structurels majeurs : «la fidélité de ses visiteurs et l’effet proximité pour 70 millions de visiteurs potentiels français et européens habitant à moins de trois heures de route». La Somme tire largement son épingle du jeu puisqu’elle compte deux destinations au top trois des ventes ces dernières vacances : Les Écuries de la roulotte à Conty et Les nids de la Baie au Crotoy.

Pour Hauts-de-France tourisme, l’optimisme est de mise. «Nos grands espaces continuent d’attirer une clientèle en quête de reconnexion nature et nos sites culturels séduisent par la variété des expériences à vivre en famille.» L’hôtellerie, y compris urbaine, poursuit sur sa lancée de l’an dernier, avec une hausse de la fréquentation constatée partout en région Hauts-de-France. Même constat pour les campings qui voient leur taux d’occupation fortement augmenter, surtout sur le littoral. Davantage privilégiées par les familles, les résidences de tourisme ont également connu une belle quinzaine. Enfin, les équipements culturels ont fait le plein, grâce notamment à leur programmation originale et particulièrement bien adaptée aux attentes des familles. 

Pour promouvoir la destination, Hauts-de-France Tourisme a mis en place depuis 2015 Week-end Hauts-de-France, «le site des week-ends sur mesure entre Lille et Paris». «Chaque année, cinq-cents offres de séjours en deux collections ultra personnalisées répondent finement aux attentes des chaque segment de clientèle», est-il expliqué. Avec des offres insolites en forêt, des gîtes à la mer ou à la campagne, la plateforme a enregistré pendant la quinzaine 442 ventes de week-ends dont 28 % de séjours famille (+ 10 %).
En 2022, la plateforme week-end Hauts-de-France qui draine majoritairement une clientèle de proximité (55 % des clients sont des habitants des Hauts-de-France, 38 % d’Île-de-France) a généré 20 000 ventes (+ 6 % par rapport à 2021), pour un chiffre d’affaires de 5 millions € (+ 8 %). 

 

Réponse aux nouvelles attentes

Que peut-on conclure de ces chiffres ? «La région répond aux nouvelles attentes des touristes. Même si le besoin de voyage lointain existe toujours, le tourisme de proximité devient la solution prépondérante pour répondre aux besoins de ressourcement profond exacerbés par le contexte difficile.» Soixante-dix millions de visiteurs potentiels habitent moins de trois heures de transport, intégrant Paris, Londres, Bruxelles et Amsterdam (bassin le plus riche d’Europe). Au sein des grands espaces de nature (5 PNR, 3 Grands sites de France, 200 km de littoral...) la promiscuité n’est pas de mise. La capacité à associer nature et culture, urbain et campagne, au sein d’un même séjour est aussi un atout. Sans oublier les «valeurs humaines du nord», synonymes de convivialité de l’accueil, reconnues au plan international (deuxième région la plus accueillante de France par les utilisateurs de Booking ; Saint-Valery-sur-Somme dans le Top 10 des villes les plus accueillantes de France selon Airbnb).

 

On y mange bien

Enfin, la gastronomie régionale est un levier d’attractivité supplémentaire qui se révèle en 2023. Depuis cette année, la région compte une nouvelle corde à son arc : le label «Région européenne de la gastronomie» porté par Daniel Fasquelle, Président de Hauts-de-France Tourisme. «Ce label est une opportunité de renforcer l’attractivité touristique des Hauts-de-France car la gastronomie est un moteur de choix prioritaire d’une destination touristique. Nous voulons donner à voir et à vivre l’exceptionnelle richesse de nos terroirs, de nos savoir-faire, de notre patrimoine, partager l’authenticité de notre culture culinaire qui conjugue audace et générosité.» 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Dans certaines régions de production, les conditions d’arrachage et de stockage ont été perturbées par les conditions  météorologiques, obligeant planteurs, usines et coopérative à s’adapter.
Les trois raisons d’une rémunération «jamais atteinte» pour les betteraviers de Tereos

Le groupe coopératif sucrier Tereos a annoncé fin de semaine dernière une rémunération «jamais atteinte» des betteraves à ses…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde