Aller au contenu principal

Metro s’engage dans la démarche Eleveurs et engagés

Le plus gros fournisseur de la restauration collective indépendante a été le premier grossiste à rejoindre la démarche Eleveurs et engagés, le 25 avril. 

© AAP

«Ce qui nous a plu dans la démarche Eleveurs et engagés, c’est que le retour au producteur est contractualisé», explique Patrick Eychenié, secrétaire général de Metro France. Le premier fournisseur de la restauration collective indépendante, qui approvisionne quatre mille entreprises, est le premier grossiste à avoir noué un partenariat avec la Fédération nationale bovine (FNB) sur la démarche Eleveurs et engagés, qui garantit à l’éleveur une juste rémunération. Ainsi, explique Cédric Mandin, secrétaire général de la FNB, qui a 20 % de son troupeau dans la démarche, «on reçoit un complément, autour d’un euro par kilogramme, ce qui représente près de 450 supplémentaires par animal. Dans un contexte difficile pour les éleveurs bovins, c’est énorme !».
Lancée en 2015, l’initiative a permis aux éleveurs de contractualiser d’abord avec certains distributeurs, avec «l’idée que l’on ne vendra pas que de la viande, on vend aussi l’histoire de la production de la viande», poursuit le secrétaire général de la FNB.

Adaptation à la restauration
Pour Metro, l’origine France et l’approvisionnement local correspondent à une demande croissante des clients. Le groupe a travaillé avec la FNB sur un cahier des charges un peu plus exigeant que celui d’Eleveurs et engagés : animaux plus jeunes (moins de huit ans), plus de persillé, une maturation autour de quatorze à quinze jours… «Certes, les gens mangeront moins de viande à l’avenir, mais ils mangeront de la viande de qualité. Cette démarche ne pourra fonctionner que si elle répond aux besoins des clients», explique Patrick Eychenié.
Pour l’instant, le partenariat concerne cinq entrepôts - ceux de Rouen, Nantes, Caen, Rennes et Nanterre - sur de la viande de race charolaise. Mais la démarche a vocation à s’étendre à d’autres races et d’autres magasins, précise le secrétaire général de Metro France, expliquant qu’un entrepôt près de Lyon est déjà intéressé.
Le groupe va d’ailleurs valoriser la démarche auprès des restaurateurs et communiquer pour que les restaurants puissent eux aussi expliquer l’initiative, et répercuter une partie des coûts auprès du client final. Ce surcoût avoisine les 15-20 centimes d’euros par assiette, estime Cédric Mandin, un effort d’autant plus réalisable quand on sait ce que cela implique de positif pour l’éleveur…
Un premier bilan de cette phase de test devrait pouvoir être dressé d’ici quelques semaines, en même temps qu’un lancement plus officiel, qui aura lieu en juin sur une exploitation, avec les présidents des deux organisations.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde