Aller au contenu principal

Mise à disposition de parcelles : prêt à usage et bail Safer

Le commodat ou le prêt à usage est une mise à disposition d’un bien agricole, à titre gratuit. A contrario, le bail «Safer» est un contrat de mise à disposition d’un bien rural au bénéfice de la Safer avec une contrepartie onéreuse à l’égard du propriétaire. Explications. 

Le prêt à usage soumis aux articles 1875 et suivant du Code civil est «un contrat par lequel l’une des parties livre une chose à l’autre pour s’en servir, à la charge par le preneur de la rendre après s’en être servi». En clair, un propriétaire (le prêteur) met gratuitement ses terres à disposition d’un exploitant agricole (l’emprunteur). Le contrat de prêt n’est pas un bail et n’est donc pas soumis au statut du fermage concernant la durée, le droit de préemption, la reprise par le bailleur…

À la différence du contrat de bail à ferme, le contrat est nécessairement gratuit, c’est-à-dire sans contrepartie financière ni en nature pour le propriétaire.

L’existence d’une contrepartie (bien souvent financière) ne rend pas nulle la convention, mais le requalifie en bail rural par la combinaison de deux principes : l’ordre public du statut du fermage et la théorie de la fraude.

 

Formalisme

Aucune formalité particulière n’est requise, ni aucun formalisme particulier. Un prêt verbal est valable mais la preuve de son existence est alors plus difficile à apporter. Afin de limiter les risques de requalification en bail rural, il faut établir un contrat écrit dont la durée est bien souvent d’un an, renouvelable tacitement d’année en année sauf congé délivré par lettre recommandée avec accusé de réception selon les modalités du contrat, qui sont libres entre les parties.

En contrepartie de la mise à disposition, le prêteur (propriétaire) ne doit rien exiger de l’emprunteur (exploitant agricole), à savoir : ni rémunération, ni loyer, ni paiement des taxes foncières, ni avantage en nature… Si cette condition de gratuité n’est pas respectée, le contrat est requalifié en bail rural soumis au statut du fermage. 

L’emprunteur (l’exploitant agricole) doit utiliser le bien pour l’usage prévu dans le contrat, le conserver et le restituer en bon état au propriétaire à la fin du contrat.

Si le prêt a été réalisé verbalement, c’est-à-dire pour une durée indéterminée, il peut, dans ce cas, y être mis fin à tout moment en respectant simplement un préavis de six mois, en principe.

Pas de formalité précise n’est préconisée, mais l’envoi d’une lettre recommandée avec accusé de réception est fortement conseillé. 

Lorsque la durée du prêt à usage est déterminée, c’est-à-dire que la fin du contrat de la mise à disposition est prévue au contrat, l’emprunteur est tenu de restituer le bien à l’expiration du prêt sans que le prêteur (propriétaire) n’ai besoin de délivrer un congé.

 

Bail «Safer» : mise à disposition de biens ruraux 

La Safer peut prêter son concours à des propriétaires ruraux afin de louer leurs terres, c’est ce que prévoit l’article L 142-6 du Code rural «les propriétaires peuvent confier la gestion de leurs terres à la Safer pour qu’elles soient louées et exploitées». Dans ce cas, on parle de convention de mise à disposition, qui permet aux propriétaires de faire exploiter leurs terres par un tiers de manière temporaire dans l’attente d’une vente, d’une succession, d’une mise en location ou d’un changement de destination à venir. Les cas de figures sont nombreux : prendre sa retraite sans vendre sa propriété ; louer ses parcelles pour qu’elles soient entretenues en attendant la reprise par un descendant ; héritage de terres agricoles et besoin de réflexion pour prendre une décision ; maintien de la propriété en bon état et avoir du temps avant de louer ses terres… L’opération doit avoir pour but l’une des missions attribuées à la Safer : la mise en valeur agricole de terres qui ne le seraient pas, l’installation, le maintien d’exploitants agricoles et l’amélioration des structures parcellaires.

La Safer n’ayant pas vocation à mettre en valeur elle-même les biens mis à sa disposition, elle va avoir recours à une forme de sous location autorisée et précaire. Cette convention de mise à disposition est un contrat de location au profit de la Safer et sont éligibles les immeubles ruraux libres de toute location au jour de la signature. La durée fixée en accord avec le propriétaire est au maximum de six ans, renouvelable une fois, quelle que soit la surface.

 

Outil simple et sans contrainte  

Ainsi le propriétaire, à la fin de la convention, retrouve son bien libre et peut soit l’exploiter personnellement, soit le vendre ou le louer selon les règles du statut du fermage. En contrepartie de la mise à disposition, la Safer verse une redevance au propriétaire et assure toute la gestion des contrats et le suivi de l’exploitation. La Safer va louer les terres à un exploitant agricole et dispose d’un libre choix de l’exploitant agricole avec l’accord du propriétaire. Le bail consenti à l’exploitant n’est pas soumis au statut du fermage sauf pour les règles relatives au loyer. Lors de son activité, le sous-locataire peut être amené à procéder à des améliorations sur les terres exploitées. Le sort de ces améliorations, et celui des indemnités, doit être prévu dans le contrat. 

L’exploitant bénéficiaire sait qu’au maximum au bout de douze ans il devra restituer les terres. L’exploitant ne bénéficie pas d’une priorité en cas de vente des terres. En revanche, cet exploitant bénéficie d’une priorité en cas de mise en location des terres à la fin de la mise à disposition directement, quand le contrat de sous location a eu une durée supérieure à six ans. L’exploitant n’a aucune relation avec le propriétaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

dégâts sanglier approche affût 1er avril
Le tir du sanglier ré-autorisé à partir du 1er avril

La préfecture de la Somme a décidé de prolonger la période de chasse du sanglier dans la Somme sous conditions en modifiant l’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde