Aller au contenu principal

Objectif «bas carbone» pour les fermes laitières de la région

Ce 17 juin, le Criel Nord Picardie Ardennes lançait son ambitieux projet «ferme laitière bas carbone». Objectif - 20 % de l’empreinte carbone du lait d’ici 2025.

Une quarantaine de leviers techniques peuvent être actionnés pour améliorer le bilan carbone des exploitations laitières, adaptés à chaque système.
Une quarantaine de leviers techniques peuvent être actionnés pour améliorer le bilan carbone des exploitations laitières, adaptés à chaque système.
© A. P.



Une vache rumine. Or, ce processus de digestion produit du méthane, qui correspond à 6 % des gaz à effet de serre émis en France. En contrepartie, la majeure partie du méthane que les vaches rejettent est compensée par le stockage de carbone dans le sol des surfaces fourragères. La filière laitière en est persuadée : la quantité de stockage de carbone peut être optimisée pour améliorer les émissions. C’est tout l’enjeu du projet «ferme laitière bas carbone»* que le Criel (Centre régional interprofessionnel de l’économie laitière) Nord Picardie Ardennes lançait ce 17 juin.
«Le projet n’est pas né d’hier, explique Frédéric Hennart, président du Criel. L’Idele (Institut de l’élevage) a évoqué la ferme laitière bas carbone en 2016, et l’interprofession a présenté le projet en 2018. Aujourd’hui, nous entrons dans le concret.» L’objectif est ambitieux : «Nous voulons accompagner au moins la moitié des 5 145 éleveurs laitiers de la région à réduire de 20 % l’empreinte carbone du lait produit dans leurs exploitations d’ici 2025», précise Ronan Lasbleiz, chargé de mission environnement au Cniel. L’initiative s’adresse à l’ensemble des acteurs de la filière et à l’enseignement agricole. Dix-huit laiteries sont d’ailleurs engagées. Leur première mission est de recruter les éleveurs qui entreront dans la démarche.
Le projet est en fait un des axes stratégiques du plan de filière «France terre de lait» qu’a lancée le Cniel en janvier. «Il s’agit d’intégrer les principales attentes sociétales pour en faire une filière durable, résume Ronan Lasbleiz. Le plan est décliné en plusieurs axes : économique et social, sanitaire, alimentaire et production responsable.» C’est de ce dernier axe dont découle l’engagement pour l’environnement, soit la réduction du bilan carbone.

Intérêt environnemental et économique
Le projet Carbon-Dairy, dont la «ferme laitière bas carbone» est la suite logique, a déjà prouvé qu’on pouvait réduire les émissions. «De 0,93 kg équivalent CO2/l de lait en 2013, nous sommes passés à 0,87 kg équivalent CO2/l de lait en 2016, soit - 6 %.» L’intérêt, pour l’éleveur, est double : «Lorsqu’on améliore son bilan carbone, on améliore aussi le bilan économique.» Un crédit carbone, qui consiste à monétiser le carbone économisé, devrait aussi être mis en place, «mais ceci n’est pas encore bien défini».
Concrètement, la première étape, pour les éleveurs qui intégreront la démarche, est la réalisation du diagnostic CAP’2ER de niveau 1 de l’Idele (calcul automatisé des performances environnementales en élevage de ruminants), qui permettra d’évaluer les impacts environnementaux de l’exploitation. Vingt-sept données sont collectées en trente minutes. «Notre objectif est 505 diagnostics par an».

Des conseils à la carte
Deuxième étape : le CAP’2ER de niveau 2, un outil d’aide à la décision qui permet une évaluation fine de l’empreinte environnementale. Trois heures sont nécessaires pour réaliser ce diagnostic, à l’aide de cent-cinquante données. À partir de là, le technicien qui suit l’éleveur (cinq visites par an) pourra identifier des marges de progrès et construire un plan d’action. «Nous disposons d’une quarantaine de leviers techniques, comme la gestion du troupeau, la fertilisation ou l’alimentation, qui sont adaptés à chaque système d’exploitation», indique Ronan Lasbleiz. 716 CAP’2ER de niveau 2 ont déjà été réalisés en région. Le Criel s’est fixé l’objectif de 126 par an.
Les éleveurs bénéficieront aussi d’un accompagnement collectif : échanges entre éleveurs, formations… Un groupe technique de dix éleveurs «expérimentateurs» sera formé chaque année.  Portes ouvertes, rendez-vous techniques et colloques sont également au programme. Coût pour l’éleveur : 150 €, soit 10 % du coût de l’accompagnement. «Une dépense vite rattrapée par les bénéfices qu’apporte le projet», assure Frédéric Hennart. Alix Penichou

* Le projet, déployé en Hauts-de-France et dans les Ardennes, se déploie grâce au partenariat du Criel et de l’Aopen Dairy (Association des organisations de producteurs de Bailleul, Cuincy et Fauquet), sur financement du Conseil régional des Hauts-de-France, du Conseil régional Grand Est et du Cniel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Dans certaines régions de production, les conditions d’arrachage et de stockage ont été perturbées par les conditions  météorologiques, obligeant planteurs, usines et coopérative à s’adapter.
Les trois raisons d’une rémunération «jamais atteinte» pour les betteraviers de Tereos

Le groupe coopératif sucrier Tereos a annoncé fin de semaine dernière une rémunération «jamais atteinte» des betteraves à ses…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde