Aller au contenu principal

Endives
Orien : l'arracheuse d'endives optimisée

C’est une innovation marquante pour le constructeur français de machines agricoles Pouchain. L’unique fabricant français d’arracheuses d’endives a présenté courant novembre un nouveau modèle baptisé Orion.

L’ETA STAM-Cornil, de Sainghin-en-Mélantois (59) est le premier heureux propriétaire de l’arracheuse Orion version 2020.
© APEF

C’est en plein champ et dans le respect des gestes barrières que l’Association des producteurs d’endives de France (APEF), en collaboration avec l’entreprise Pouchain et l’ETA STAM-Cornil (Sainghin-en-Mélantois), propriétaire du premier exemplaire, ont organisé des démonstrations en comité restreint pour présenter l’Orion aux producteurs d’endives, conseillers, ETA et Cuma.

Arracheuse endives

Un gabarit plus compact
Représentant les établissements Pouchain, Stéphane Raviart a mis en avant les plus-values qu’apporte ce nouveau modèle. Les changements les plus remarquables sont une augmentation de 70 % de la surface de nettoyage, une capacité de trémie qui passe de 8 à 16 m³, une gestion automatique du dévers jusqu’à 8 %. Contrairement à sa sœur aînée de 2008, le moteur de l’Orion se situe à l’arrière du châssis, ce qui permet un gain de confort et de stabilité. Le tassement et l’orniérage sont limités avec l’apposition de pneumatiques plus hauts et plus larges. Le réagencement de ces derniers permet de limiter le gabarit de la machine. Ainsi, il est désormais possible de circuler sans voiture pilote. Avec des éléments de l’arracheuse à pomme de terre Pouchain, l’Orion se distingue par sa capacité à intervenir en conditions pédoclimatiques difficiles tout en préservant la qualité des racines et du sol.

Une innovation bienvenue
Cette innovation imaginée par le constructeur Pouchain est la bienvenue dans le secteur de l’endive où les fabricants de matériels pour le travail de la racine jusqu’au conditionnement des endives sont de plus en plus rares. Après quelques années difficiles, la filière endive cherche, en effet, à moderniser les ateliers pour améliorer les conditions de travail afin de le rendre plus attrayant, y compris au champ, tout en consolidant le savoir-faire et les structures en place des constructeurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde