Aller au contenu principal

O’Tera : un supermarché en circuits courts, bientôt à Amiens

L’enseigne O’Tera devrait inaugurer un nouveau magasin à Amiens en 2020. Soixante-dix partenaires, dont des agriculteurs, devraient être sollicités d’ici-là.

Dans les étals, chaque produit est agrémenté de la photo et de l’adresse du partenaire, et du prix auquel a été acheté le produit.
Dans les étals, chaque produit est agrémenté de la photo et de l’adresse du partenaire, et du prix auquel a été acheté le produit.
© O’Tera

C’est l’histoire d’un homme, Matthieu Leclercq (fils du fondateur de Décathlon et membre de l’association familiale Mulliez), qui a eu l’idée, en 2011, d’ouvrir un supermarché à Avelin (2011), dont deux tiers des produits frais sont achetés en circuit court. O’Tera, de son nom, fut une telle réussite que six autres magasins ouvrirent dans la région, puis deux en Ile-de-France.
Et le projet n’en fini pas de grandir. Un O’Tera devrait d’ailleurs ouvrir à Amiens, route de Rouen, au deuxième semestre 2020. «Amiens détient un historique agricole fort, notamment avec la présence des hortillons. Et économiquement, c’est un bassin suffisamment important pour que le projet soit viable économiquement», commente  Frédéric Vandaele, responsable développement chez O’Tera. Un projet à 1 million d’euros pour l’enseigne, et au moins le double d’investissement foncier… Qui se targue de provoquer une dynamique conséquente pour le territoire, y compris rural.
Car, en partenariat avec la Chambre d’agriculture de la Somme, l’enseigne cherchera les producteurs avec qui elle souhaite travailler (soixante-dix partenaires par magasin environ) huit mois avant l’ouverture. Et le principe est bien spécifique : pas de marque, pas de promotion, pas de label. Et une seule référence par produit. «Nous ne voulons pas mettre en concurrence les producteurs. Par exemple, pour les poireaux, nous ne travaillerons qu’avec un seul producteur», précise Frédéric Vandaele. La politique de l’entreprise est de mettre en place une relation d’interdépendance, en s’engageant dans la durée avec le producteur.
Le juste prix
Celui-ci proposera un prix de vente, qu’O’Tera acceptera ou non avant de signer un contrat. «Il faut que le prix soit juste : qu’il permette un revenu suffisant à l’agriculteur pour pérenniser son activité et, en même temps, qu’il permette au magasin de dégager un bénéfice suffisant.» Pas question, cependant, de léser le consommateur. Car le mot d’ordre est aussi la transparence. Dans les étals, chaque produit est agrémenté de la photo et de l’adresse du partenaire, et du prix auquel a été acheté le produit. O’Tera mise en fait sur la volumétrie «pour en tirer le meilleur taux possible.»
Mais qui dit circuit court, ne dit pas forcément produits locaux. «L’origine géographique la plus proche possible fait partie de nos critères de sélection des produits. Mais nous vendons aussi des bananes, des avocats ou des agrumes, que nous ne pourrons pas acheter dans la Somme.» Les exigences des consommateurs ne permettent pas non plus de tout proposer en local. «Les légumes locaux sont des légumes de saison. Il n’y aura donc pas de choux ou de navets hors saison dans le magasin. Mais nous ne pouvons pas nous passer de la tomate en hiver, car le consommateur ira faire ses courses ailleurs s’il ne la trouve pas chez nous.» Une étiquette distinguera le produit importé aux accros de la tomate en toutes saisons.

Emploi local
Les acteurs du projet garantissent aussi qu’une telle ouverture créera des emplois dans la région, y compris dans le secteur agricole. «Quand on crée un emploi chez nous, on en crée un chez notre partenaire», assure Frédéric Vandaele. Quinze à quarante collaborateurs (agents d’accueil, vendeurs, responsables de rayon et directeur de magasin) sont recrutés dans chaque magasin.

Installation d’un maraîcher

En plus de travailler avec des producteurs locaux, O’Tera souhaite pouvoir installer un maraîcher à proximité du magasin, dans une parcelle de deux ou trois hectares. «L’agriculteur serait indépendant, mais la totalité de sa production serait vendue chez nous, avec une garantie de débouché bien valorisé», explique Frédéric Vandaele. En ce qui concerne le foncier, la Ville d’Amiens en serait propriétaire, et un bail agricole serait signé. Le recrutement du maraîcher se fera aussi en partenariat avec la Chambre d’agriculture de la Somme.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde