Aller au contenu principal

Pommes de terre
Pas d'accord avec McCain sur les prix pour la campagne 2024

C'est historique : pour la seconde fois depuis sa création en 1997, le Gappi et McCain n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur les prix pour la campagne de pommes de terre 2024 lors de l'assemblée générale du groupement qui s'est tenue, très en avance cette année, le 17 novembre.

Bertrand Achte, Maxence Turbant, Erwin Pardon et Leslie Camus.
Bertrand Achte, Maxence Turbant, Erwin Pardon et Leslie Camus.
© J. D. P

L'assemblée générale annuelle du Gappi (Groupement d'agriculteurs producteurs de pommes de terre pour l'industrie) s'est tenue le 17 novembre au lieu de l'habituelle fin janvier. À Bapaume (62), beaucoup ont convergé depuis les Hauts-de-France et la Marne, où sont répartis les 800 adhérents du Gappi, présidé par Bertrand Achte. Face à eux, après près de trois heures de contextualisation et la présentation argumentée de l'estimation de proposition de prix du Gappi pour 2024, les équipes de McCain. Erwin Pardon, P.-D.G. McCain Europe continentale, Leslie Camus, vice-présidente du groupe en charge de l'agriculture, et Maxence Turbant, directeur agriculture France et Belgique, ont fait leur contre-proposition. Et les adhérents sont repartis, c'est historique, sans prix définitif. 

 

Résumé en chiffres

50 €/ha. C'est le complément de prix de l'industriel aux producteurs pour compenser l'explosion des charges. «Il faut admettre que McCain est, à ma connaissance, le seul industriel dans cette démarche, ce qu'il faut saluer. Car le prix est une chose, mais les conditions des contrats sont aussi à prendre en compte», admet Bertrand Achte. Il évoquera aussi le contrat hectares (l'industriel paie pour une surface plantée et non un tonnage récolté), gage de sécurité pour les producteurs. 70 % des 219 producteurs du Gappi ayant répondu à une enquête vont devoir renouveler leur contrat d'électricité d'ici la fin 2023. 41,6 % envisagent de diminuer leurs surfaces d'emblavement de pommes de terre en 2023. Pourtant, la surface totale que McCain souhaite voir cultivée est de 19 334 ha, soit
613 ha de plus que cette année. 23,96 €/t hors stockage. C'est l'augmentation du coût de production estimée par McCain. Le Gappi calcule, lui, une hausse de 28 €, en se basant notamment sur des données de la chambre d'agriculture. «Ce ne sont que 4 €. Mais on ne peut plus accepter l'écrasement continu de nos charges, on a trop d'alternatives pour ne pas les intégrer», prévient le président du Gappi en pensant par exemple aux autres cultures, comm pour les variétés hâtives ou Innov hâtives et + 45 à 65 € pour les autres, soit une augmentation moyenne de 35 % : c'est l'estimation de proposition de prix initiale du Gappi. + 35 à 40 €, pour les hâtives et Innov hâtives et 45 € pour les cultures principales, c'est ce que contre-propose McCain. «Soit une hausse moyenne de 27 %», compte Leslie Camus qui détaille : «Cela prend en compte la revalorisation pour les variétés irriguées, la mise en place d'une prime groupe froid (10 € en mai, 12 € en juin). Et ça couvre largement la hausse des coûts de production, estimée entre 24 et 28 €.» «5 € nous séparent, c'est dommage, regrette Bertrand Achte. Mais nous ne voulions pas descendre plus bas car c'est, à notre sens, la juste rémunération.» Suite à quoi Geoffroy d'Évry, président de l'Union nationale des producteurs de pommes de terre (UNPT), a conclu : «Sur la productivité, en rien le producteur ne peut être la variable d'ajustement, a-t-il milité. La planète pommes de terre européenne a le regard braqué sur nous en ce moment, à se demander ce qui ressortira et à en tirer des conclusions.» Dans les faits, aucune conclusion n'est venue clore cette assemblée générale pas commune. Les négociations se poursuivent. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Dans certaines régions de production, les conditions d’arrachage et de stockage ont été perturbées par les conditions  météorologiques, obligeant planteurs, usines et coopérative à s’adapter.
Les trois raisons d’une rémunération «jamais atteinte» pour les betteraviers de Tereos

Le groupe coopératif sucrier Tereos a annoncé fin de semaine dernière une rémunération «jamais atteinte» des betteraves à ses…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde