Aller au contenu principal

Pas plus de décès en mars 2020 qu’en mars 2018 en région

L’épidémie de coronavirus a-t-elle causé plus de décès que les années précédentes dans la Somme ? Les chiffres publiés par l’Insee apportent un éclairage.

Nombre de décès dans la Somme en mars.
Nombre de décès dans la Somme en mars.
© Insee

5 260 personnes sont décédées dans les Hauts-de-France du 1er et 30 mars 2020. C'est presque 11 % de plus qu'en mars 2019 (4 746), mais c'est aussi 8,8 % de moins (5 723) qu'en 2018. Dans la Somme, 610 personnes sont décédées au 30 mars, cette année. Deux ans plus tôt, au 30 mars 2018, ce chiffre s’élevait à 607 décès, soit à peu près la même chose. C’est ce que révèle l’Insee dans une récente publication. Le coronavirus n’aurait donc pas été si mortel que cela chez nous ? Les causes des décès sont néanmoins à analyser.

Le confinement a, par exemple, considérablement réduit les accidents routiers. Le nombre de morts sur les routes a baissé de presque 40 % en France en mars 2020, par rapport au même mois l’année dernière. En France, 57 441 décès ont été enregistrés en mars 2020 en France contre 52 011 en mars 2019. Il faut aussi préciser qu’en 2018, «la grippe saisonnière était encore virulente au mois de mars», explique l'Institut national de la statistique.

Les 65-84 ans les plus touchés

Selon les chiffres de l’Insee, on n’observe pas de surmortalité chez les moins de 64 ans, ni même chez les plus de 85 ans. En revanche, chez les 65-74 ans et les 75-84 ans, on observe clairement une surmortalité par rapport à 2019 et même 2018. 1 207 personnes âgées de 75 à 84 ans sont mortes entre le 1er et 30 mars 2020, contre 1185 en 2018 et 1018 en 2019, sur la même période.

Notre département suit le même schéma. 86 Samariens de 0 à 64 ans sont décédés en mars 2020, soit à peu près pareil que les deux années précédentes. 278 Samariens de plus de 84 ans sont décédées en mars 2020, c’est même moins qu’en mars 2018 (300). En revanche, 109 personnes de 64 à 75 ans sont mortes dans la Somme en mars 2020, c’est huit de plus qu’en 2019 et douze de plus qu’en 2018 ; et 137 personnes sont mortes en mars 2020, soit 43 de plus qu’en 2019 et dix de plus qu’en 2018, aux mêmes dates.

Où décède-t-on ?

L'Insee publie également des données détaillées selon le lieu du décès : domicile, Ehpad, hôpitaux… Dans la Somme, on observe surtout une augmentation du nombre de décès dans les hôpitaux et les cliniques privées : 407 décès en mars 2020, contre 306  décès en mars 2019 et 345 décès en mars 2018. En revanche, mois de personnes sont décédées à domicile en mars 2020 : 121 décès, soit 19 de moins qu’en 2019 et quarante de moins qu’en 2018. Même constat dans les établissements de personnes âgées : 32 décès en mars 2020, soit 5 de moins qu’en 2019 et 18 de moins qu’en 2018. Les mesures de confinement, prise très tôt selon les établissements, ont peut-être permis de limiter les infections au Covid-19.


L’Oise fait exception

Le nombre de morts en mars 2020 est inférieur ou quasiment égal à celui de mars 2018 dans l'Aisne, le Nord, le Pas-de-Calais et la Somme, mais l’Oise ne suit pas cette tendance. Elle fait partie des six départements français (avec le Haut-Rhin, la Seine-Saint-Denis, les Hauts-de-Seine, les Vosges (+ 55 %) et la Moselle (+ 41 %)) où la surmortalité est de plus de 40 % en mars 2020 par rapport à mars 2019. 754 isariens sont décédés en mars 2020, soit 213 de plus qu’en 2019 et 176 de plus qu’en 2018.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde