Aller au contenu principal

Pas plus de décès en mars 2020 qu’en mars 2018 en région

L’épidémie de coronavirus a-t-elle causé plus de décès que les années précédentes dans la Somme ? Les chiffres publiés par l’Insee apportent un éclairage.

Nombre de décès dans la Somme en mars.
Nombre de décès dans la Somme en mars.
© Insee

5 260 personnes sont décédées dans les Hauts-de-France du 1er et 30 mars 2020. C'est presque 11 % de plus qu'en mars 2019 (4 746), mais c'est aussi 8,8 % de moins (5 723) qu'en 2018. Dans la Somme, 610 personnes sont décédées au 30 mars, cette année. Deux ans plus tôt, au 30 mars 2018, ce chiffre s’élevait à 607 décès, soit à peu près la même chose. C’est ce que révèle l’Insee dans une récente publication. Le coronavirus n’aurait donc pas été si mortel que cela chez nous ? Les causes des décès sont néanmoins à analyser.

Le confinement a, par exemple, considérablement réduit les accidents routiers. Le nombre de morts sur les routes a baissé de presque 40 % en France en mars 2020, par rapport au même mois l’année dernière. En France, 57 441 décès ont été enregistrés en mars 2020 en France contre 52 011 en mars 2019. Il faut aussi préciser qu’en 2018, «la grippe saisonnière était encore virulente au mois de mars», explique l'Institut national de la statistique.

Les 65-84 ans les plus touchés

Selon les chiffres de l’Insee, on n’observe pas de surmortalité chez les moins de 64 ans, ni même chez les plus de 85 ans. En revanche, chez les 65-74 ans et les 75-84 ans, on observe clairement une surmortalité par rapport à 2019 et même 2018. 1 207 personnes âgées de 75 à 84 ans sont mortes entre le 1er et 30 mars 2020, contre 1185 en 2018 et 1018 en 2019, sur la même période.

Notre département suit le même schéma. 86 Samariens de 0 à 64 ans sont décédés en mars 2020, soit à peu près pareil que les deux années précédentes. 278 Samariens de plus de 84 ans sont décédées en mars 2020, c’est même moins qu’en mars 2018 (300). En revanche, 109 personnes de 64 à 75 ans sont mortes dans la Somme en mars 2020, c’est huit de plus qu’en 2019 et douze de plus qu’en 2018 ; et 137 personnes sont mortes en mars 2020, soit 43 de plus qu’en 2019 et dix de plus qu’en 2018, aux mêmes dates.

Où décède-t-on ?

L'Insee publie également des données détaillées selon le lieu du décès : domicile, Ehpad, hôpitaux… Dans la Somme, on observe surtout une augmentation du nombre de décès dans les hôpitaux et les cliniques privées : 407 décès en mars 2020, contre 306  décès en mars 2019 et 345 décès en mars 2018. En revanche, mois de personnes sont décédées à domicile en mars 2020 : 121 décès, soit 19 de moins qu’en 2019 et quarante de moins qu’en 2018. Même constat dans les établissements de personnes âgées : 32 décès en mars 2020, soit 5 de moins qu’en 2019 et 18 de moins qu’en 2018. Les mesures de confinement, prise très tôt selon les établissements, ont peut-être permis de limiter les infections au Covid-19.


L’Oise fait exception

Le nombre de morts en mars 2020 est inférieur ou quasiment égal à celui de mars 2018 dans l'Aisne, le Nord, le Pas-de-Calais et la Somme, mais l’Oise ne suit pas cette tendance. Elle fait partie des six départements français (avec le Haut-Rhin, la Seine-Saint-Denis, les Hauts-de-Seine, les Vosges (+ 55 %) et la Moselle (+ 41 %)) où la surmortalité est de plus de 40 % en mars 2020 par rapport à mars 2019. 754 isariens sont décédés en mars 2020, soit 213 de plus qu’en 2019 et 176 de plus qu’en 2018.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
L’aménagement de bâtiments d’élevage peut faire l’objet d’un accompagnement financier.
Un projet d’investissement sur votre exploitation ? Le point sur les aides
L’appel à projets du Plan de compétitivité et d’adaptation des Exploitations agricoles (PCAE) est ouvert depuis le 15 février.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde