Aller au contenu principal

Péril en la demeure pour le canal Seine-Nord Europe

Une table ronde, au Sénat, le 6 décembre, remet sur le tapis les difficultés de réalisation du projet du canal.

Les Hauts-de-France avaient bon espoir. Grâce à de nouveaux engagements des collectivités (prise en charge de la garantie de l’emprunt et avancement des crédits pour les premières années pour éviter à l’Etat de débourser tout de suite ; en contrepartie, le pilotage du projet revient aux collectivités), le canal Seine-Nord semblait repartir sur de bons rails. Mais de nombreux obstacles restent, à l’évidence, à franchir, comme les élus ont pu s’en rendre compte lors d’une table-ronde organisée, le 6 décembre, au Sénat.

Autour de la table : Xavier Bertrand, président de Région et nouveau président du conseil de surveillance de la société du canal Seine-Nord Europe, Thierry Guimbaud, directeur général de Voies Navigables de France, Olivier Rolin, représentant du ministère des Transports et Christophe Buisset, président de la Chambre régionale d’agriculture des Hauts-de-France. L’occasion pour le président de Région, Xavier Bertrand, de taper de nouveau du poing sur la table. Pour lui, nul doute, «l’Etat ne joue pas franc-jeu. Il cherche aujourd’hui se retirer de la société de projet», lâche-t-il. Et de soulever la question suivante : «L'Etat a-t-il encore un rôle d’aménageur du territoire ou se contentera-t-il d’investir dans les nouvelles technologies ? L’autre question est : que vaut désormais la parole de l’Etat ?»

Ce dernier, représenté par Olivier Rolin, s’inquiétait du devenir du projet si l’Europe ne mettait pas les 40 % promis. Ce qui pourrait arriver compte tenu que l’Europe, soumise entre-temps à de nouvelles élections, devra valider un nouvel exercice budgétaire. Or, si l’Europe retire son financement, qui prendra en charge sa part ? Propos inadmissibles pour Xavier Bertrand qui incrimine l’Etat de faire une présentation tronquée du dossier pour justifier son retrait.

Chiffres-clés

Longueur du canal : environ 100 kilomètres

Date prévisionnelle de mise en service : 2024

Début des travaux : prévu en 2019

Budget : 4,5 milliards d’euros. 1,8 milliard d’euros apportés par l’Union européenne, un milliard par les collectivités, un milliard par l’Etat, 776 millions à emprunter

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde