Aller au contenu principal

Phytos/ZNT : pour FNE, le gouvernement ne va pas assez loin

Le projet d'arrêté visant à mieux protéger les riverains contre les traitements phytosanitaires, mis en consultation par le gouvernement du 15 juillet au 4 août, est «loin de garantir une protection optimale aux riverains», déplore France nature environnement (FNE), dans un communiqué du 16 juillet. Ce texte doit remplacer l'ancien arrêté sur les zones de non-traitement, censuré par le Conseil d’État le 26 juin au motif «qu’il ne prévoit pas de mesures générales destinées à protéger les riverains». Il prévoit, pour le moment, une distance de sécurité minimum (largeur de la zone non traitée pour protéger les riverains) de 5 mètres pour les cultures basses (grandes cultures) et de 10 mètres pour les cultures hautes (vignes, vergers) à proximité d'habitations. Pour les associations, ce n'est pas assez : elles demandent une distance de 10 mètres minimum pour toutes les cultures, 20 mètres pour la viticulture, et 50 mètres pour l'arboriculture. Le projet est largement dénoncé par la profession agricole, particulièrement par les viticulteurs, mais à l'inverse, parce qu'il irait trop loin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde