Aller au contenu principal

Plantations des PDT : laisser ressuyer le profil

Après les cumuls de pluie importants de ces derniers mois, il faut savoir être patient pour reprendre les sols dans de bonnes conditions avant les plantations. Les cumuls de pluie observés sur l'hiver montrent des excédents sur l'ensemble de la région comparé à l'hiver 2019.

La plantation reste une étape primordiale dans la conduite de la culture.
La plantation reste une étape primordiale dans la conduite de la culture.
© J.-C. Gutner

Le retour des beaux jours depuis plus de deux semaines, peuvent paraître propices pour effectuer les premières plantations. Il ne faut pas oublier qu'il est essentiel de ne pas aller trop vite : la plantation est une étape primordiale dans la conduite de la culture. En fonction des postes climatiques, les cumuls de températures et les cumuls de pluies sont souvent aux alentours du décile 8 voire entre le décile 8 et la valeur maximale. Les cumuls de pluie observés sur l'hiver montrent des excédents sur l'ensemble de la région comparé à l'hiver 2019, de même pour les températures. L'hiver 2019-2020 a donc été plus pluvieux et plus doux que l'hiver 2018-2019.

Attention au risque de compaction
Les labours d'hiver ont souvent été effectués dans des conditions humides et l'absence de froid n'a pas permis une «restructuration» du sol. Des risques de tassement des sols sont donc à craindre. Il est donc sage d'attendre un ressuyage en profondeur et de pratiquer un diagnostic à la bèche de manière à adapter le travail du sol à chaque parcelle. L'objectif est d'obtenir une terre ameublie en profondeur, rassise sans être trop affinée en surface, avec quelques mottes pour éviter l'apparition de phénomènes de battance. Même si les 10 ou 15 premiers centimètres sont bien ressuyés, les horizons profonds, plus humides, restent sensibles au tassement. Il est donc indispensable de s'assurer que le sol soit ressuyé en profondeur et de pratiquer un diagnostic à la bèche de manière à adapter le travail du sol à chaque parcelle. L'objectif est d'obtenir une terre ameublie en profondeur, rassise sans être trop affinée en surface, avec quelques mottes pour éviter l'apparition de phénomènes de battance. Un diagnostic à la bêche est donc nécessaire avant d'entreprendre un travail du sol plus profond.
A l'heure actuelle, les outils utilisés par les producteurs (herse rotative, fraise,...) sont performants pour reprendre les labours et émietter un horizon suffisamment important (une bonne quinzaine de centimètres), mais l'humidité du sol lors de ces interventions reste prépondérante. Des interventions trop précoces sur des sols insuffisamment ressuyés risqueraient d'accentuer les phénomènes de compaction. Il faut prendre son mal en patience.

Attendre un ressuyage complet
Pour les parcelles qui ne sont pas encore labourées, un labour pourra être effectué sur un sol ressuyé quelques jours avant la plantation. Là encore, intervenir dès aujourd'hui sur des sols encore trop humides ne ferait qu'augmenter les problèmes de compaction et de lissage. Un décompactage sur une trentaine de centimètres pourrait s'avérer nécessaire sur les parcelles suspectées compactées. Mais, une fois de plus, il est important d'attendre le ressuyage complet du profil pour ne pas créer de phénomènes de lissages. Toutes ces précautions permettront d'implanter la culture de pomme de terre dans de bonnes conditions, ce qui constitue une première étape clé dans la réussite de cette culture.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde