Aller au contenu principal

Pomme de terre : une campagne 2020-2021 pleine de défis

Face à l’augmentation des surfaces, aux conséquences du Brexit, à l’évolution des coûts de production ou, encore, aux conditions de stockage qui changent, l’organisation qui regroupe les principaux pays producteurs européens (NEPG) s’attend à une campagne particulière.

La demande en pommes de terre à l’échelle européenne reste portée par le dynamisme de l’industrie.
La demande en pommes de terre à l’échelle européenne reste portée par le dynamisme de l’industrie.
© V. Marmuse / CAIA



Au cours des dernières années, la superficie consacrée aux pommes de terre de consommation a augmenté de 6,5 % dans les cinq principaux pays producteurs de pommes de terre. Cette situation, on la doit notamment au développement de l’industrie de transformation qui continue de répondre à une demande croissante du marché. Néanmoins, rapportait il y a quelques jours l’organisation qui regroupe les cinq principaux pays producteurs de pommes de terre au sein de l’Union européenne, «si une telle augmentation se produit à nouveau cette année, combinée à un rendement moyen, l’équilibre entre l’offre et la demande pourrait entraîner une pression sur les prix pour les producteurs». En résumé, bien que la demande provenant principalement de l’industrie de la transformation sur le continent augmente, on constate que la culture s’est davantage développée et que, dans des conditions de croissance et de récolte moyennes, il pourrait y avoir une offre excédentaire de matière première, en particulier pour les pommes de terre départ champ et la courte période de stockage.

La Grande-Bretagne scrutée de près
En Grande-Bretagne, le Brexit pourrait avoir une influence sur le flux entre continent et GB de pommes de terre et de produits à base de pommes de terre au cours de la prochaine saison, ce qui constitue l’un des défis à venir pour la chaîne d’approvisionnement en pommes de terre. Pour l’instant, le marché est en équilibre, malgré une récolte (légèrement) plus importante. Dans l’ensemble, la qualité dans les stockages est bonne. Des problèmes de germination et de vieillissement prématurés sont néanmoins constatés. Le contenu de certains bâtiments a dû être vendu plus tôt que prévu. Le NEPG se demande quelle sera la quantité et la qualité des stocks à la fin du printemps. Dans certains pays, la qualité en conservation reste un défi. Ailleurs en Europe, les stocks évoluent quant à eux au cours de la saison. Au début du mois de février, la Belgique affichait des stocks plus élevés que l’année dernière, mais plus faibles qu’en 2018 selon l’enquête auprès des producteurs publiée en Belgique.

Protection phytosanitaire et stockage
Pour la saison prochaine, les contrats sont désormais signés par les producteurs avec l’industrie de transformation, même si l’on a pu ressentir chez certains une réticence. «Dans ces contrats, constate le NEPG, les prix départ champ sur le continent sont restés les mêmes ou sont (légèrement) inférieurs à ceux de la saison dernière» ; cela se vérifie notamment pour la première partie de la saison de stockage. Pour le stockage long terme, les prix augmentent de façon quasi généralisée. La question est de savoir comment les nouvelles restrictions en produits phytos affecteront le prix de revient pour les producteurs avec des coûts de stockage plus élevés. D’autres nouvelles restrictions comme l’interdiction de l’utilisation du diquat vont également avoir une influence sur les coûts.
Sujet de nombreux débats au cours des derniers mois, l’interdiction du CIPC pour le stockage risque, quant à elle, de rendre la prochaine campagne «très difficile, techniquement et financièrement, pour les producteurs qui stockent leurs pommes de terre plus longtemps». Du côté du NEPG, on s’attend donc à ce que l’offre de pommes de terre départ champ soit temporairement plus importante en automne, car de nombreux producteurs ne connaissent pas les alternatives au CIPC. Le risque de perte de quantité et/ou de qualité des pommes de terre est donc particulièrement élevé, selon l’organisation.


En France, poursuite de la baisse des achats

Les achats de pommes de terre par les Français continuent de dévisser. Selon l’interprofession de la pomme de terre (CNIPT), ils sont en recul de 5,9 % en janvier par rapport à janvier 2019. «Les températures exceptionnellement douces sur la période ont fortement pénalisé les achats», précise le CNIPT. Par ailleurs, le prix moyen est en hausse de + 10 cts d’€/kg comparé aux trois précédentes années. Les acheteurs du rayon des pommes de terre ont été moins nombreux (- 4,7 %) et ils ont réduit le panier moyen de 4 % en volume. Les quantités achetées par les ménages sont en recul sur la quasi-totalité des circuits de distribution : - 7 % dans les hypermarchés, - 6,7 % dans les supermarchés, - 8,4 % dans les circuits spécialisés... Les commerces de proximité sont les seuls à enregistrer un résultat positif : + 3,2 %. En cumul, depuis le début de la campagne 2019-2020, soit sur la période du 12 août 2019 au 26 janvier 2020, les volumes achetés par les ménages baissent de 4 %, par rapport à la campagne précédente.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde