Aller au contenu principal

Pommes de terre : la traque du CIPC est bien lancée

Le groupement des producteurs de pommes de terre pour l'industrie McCain (Gappi) voit clairement apparaître les effets de l'interdiction de l'antigerminatif à base de Chlorprophame dans les contrats 2020.

Une aide régionale pour la rénovation des bâtiments de stockage a été sollicitée par le Gappi.
Une aide régionale pour la rénovation des bâtiments de stockage a été sollicitée par le Gappi.
© D. R.



Il s'agit d'un des effets de la loi Egalim autant que de la relation partenariale et de confiance établie de longue date entre le Gappi et McCain, mais aussi de l'interdiction dès cette campagne de la matière active Chlorprophame comme antigerminatif. Quelles que soient les variétés - hormis les variétés hâtives qui accusent une baisse - la plupart des contrats proposés par l'industriel voient s'afficher une revalorisation de prix pour la récolte 2020 (cf. L'Action agricole picarde du 31 janvier). Toutes variétés confondues, elle est de 4,2 %, même si elle exclut les volumes livrés dans les premières semaines suivant les arrachages.  

L'après CIPC pose toujours question
L'interdiction de l'utilisation de la matière active Chlorprophame (CIPC) comme antigerminatif fait désormais partie intégrante des contrats proposés par McCain à ses producteurs : «Toutes les pommes de terre fournies dans le cadre de ce contrat ainsi que toutes les livraisons sur le marché libre doivent être conformes aux règles européennes et locales les plus récentes. Cela signifie, entre autres, que ces pommes de terre ne peuvent plus être traitées avec du Chlorprophame (...) En cas de non-respect de ces obligations et de la législation, le vendeur de pommes de terre indemnisera McCain et ses clients pour tous les dommages directs qui en découlent.» Si l'interdiction d'emploi du CIPC est désormais inscrite dans le marbre, «à compter de la récolte 2020, les pommes de terre devront provenir d'entrepôts appropriés, ayant été nettoyés pour éviter toute contamination croisée avec des produits à base de Chlorprophame appliqués dans le passé».

Une aide régionale espérée
Pour permettre au plus grand nombre de producteurs adhérents du Gappi de continuer à être «dans les clous», le groupement est actuellement en discussion avec la Région Hauts-de-France. L'enjeu de ces échanges ? Pouvoir décrocher une enveloppe financière qui permettrait aux producteurs de pommes de terre de réaliser des diagnostics de leurs bâtiments, puis d'envisager leur transformation. Pour Bertrand Achte, «la Région semble favorable à nous aider, mais il ne s'agira que d'une aide pour aménager les bâtiments existants. Il n'est pas question, toutefois, d'aider à la construction de nouveaux bâtiments». Le montant débloqué par McCain pour accompagner les producteurs dans l'après-CIPC atteindrait, quant à lui, 2,8 millions d'euros, versé sous forme de revalorisation des prix de contrats, pour la plus grande satisfaction des producteurs. «Tous les concurrents de McCain n'ont pas forcément la même écoute», a rappelé Bertrand Achte. Face à lui, Philippe Théry, directeur des achats de McCain Foods Europe, approuve la comparaison avant d'expliquer que sa mission - et celle de ses équipes commerciales - est désormais de répercuter ces hausses de prix à ses clients dans le cadre des négociations commerciales qui se poursuivent.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde