Aller au contenu principal

Pommes de terre : un contrat-type à disposition des producteurs

La loi Egalim est venue réformer la contractualisation dans le but de rééquilibrer les relations contractuelles au profit des agriculteurs.

Les contrats de vente de pommes de terre doivent, depuis le 1er février 2019, être précédés d’une proposition du producteur, à moins que celui-ci n’exige de l’acheteur une offre de contrat écrite.
Les contrats de vente de pommes de terre doivent, depuis le 1er février 2019, être précédés d’une proposition du producteur, à moins que celui-ci n’exige de l’acheteur une offre de contrat écrite.
© D. R.

Un contrat proposé par le producteur et non plus par l’acheteur : la loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire, et une alimentation saine, durable et accessible à tous, du 30 octobre 2018, dite loi Egalim, vient inverser les rôles. Mais aussi et surtout, elle vient remettre les choses dans l’ordre, conformément à la logique du droit commun des relations commerciales prévoyant que les conditions générales de vente constituent le socle unique de la négociation commerciale.
Cette contractualisation inversée concerne tout contrat de vente de produits agricoles livrés sur le territoire français, conclu sous forme écrite. Les contrats de vente de pommes de terre doivent donc, depuis le 1er février 2019, être précédés d’une proposition du producteur, à moins que celui-ci n’exige de l’acheteur une offre de contrat écrite. L’acheteur qui refuserait cette proposition ou ferait des réserves sur un ou plusieurs de ses éléments devra motiver sa position auprès du producteur. La proposition de contrat devra également être annexée au contrat définitif, notamment pour constater les modifications que l’acheteur a pu imposer au producteur.
Cette proposition inversée devra être mise en œuvre, pour les contrats de vente de pommes de terre, lors du prochain renouvellement des contrats en cours et au plus tard le 1er novembre 2019. A noter que sont exclues de ce dispositif les ventes directes au consommateur, ainsi que les cessions au bénéfice des organisations caritatives pour la préparation des repas destinés aux personnes défavorisées.

Des clauses obligatoires
Le contenu des contrats de vente de produits agricoles a également évolué. La proposition de contrat doit a minima comporter un certain nombre de clauses relatives au prix, à la quantité, à l’origine et la qualité du produit, aux modalités de collecte ou de livraison, aux modalités de paiement, à la durée du contrat, aux règles en cas de force majeure, aux modalités de révision et de résiliation du contrat. Les critères et modalités de détermination du prix devront désormais prendre en compte des indicateurs relatifs aux coûts de production agricole et aux prix des produits concernés sur le marché qui devront être élaborés et diffusés par les organisations interprofessionnelles. La loi vient également apporter des précisions concernant la durée du contrat et le mandat de facturation (article L 631-24 du Code rural et de la pêche maritime).

Un contrat-type de vente
Les producteurs retrouveront tous ces éléments dans le contrat-type de vente de pommes de terre de l’UNPT. Soucieuse d’aider les producteurs dans le cadre de cette nouvelle contractualisation, l’UNPT a décidé de leur mettre à disposition un contrat-type. La FDSEA de la Somme s’est associée à cette démarche, en apportant notamment son soutien juridique en termes d’analyse et de conseil. Les producteurs de pommes de terre de la Somme sont invités à découvrir ce contrat-type à l’occasion d’une réunion de la FDSEA de la Somme, qui aura lieu le mercredi 27 février à 9h30 à la Maison des agriculteurs, à Amiens.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde