Aller au contenu principal

Pommes de terre : un stratégique plant français

La filière nationale du plant de pommes de terre est en plein développement. L’export devient un marché stratégique. Mais les obstacles ne manquent pas.

La France est le deuxième pays producteur de plants de pommes de terre européen, et le deuxième exportateur mondial.
La France est le deuxième pays producteur de plants de pommes de terre européen, et le deuxième exportateur mondial.
© Alix Penichou

L’Assemblée générale de la Fédération nationale des producteurs de plants de pommes de terre (FN3PT) s’est tenue le 7 décembre au Centre national du rugby de Marcoussis (Essonne). Ce cadre prestigieux était à la hauteur de cette filière d’excellence de l’agriculture française : deuxième producteur européen, deuxième exportateur mondial. Le secteur est en plein développement. Les surfaces de production de plants de pommes de terre sont en hausse constante et régulière. Elles sont passées de 18 754 ha en 2014-2015 à 24 356 ha pour la campagne 2021-2022. Les tonnages nets certifiés (hors plants pour plants) suivent cette tendance haussière : ils sont passés de 441 306 t en 2013-2014 à 578 228 t pour la dernière campagne (2020-2021). Pourtant, la filière n’est pas épargnée par les difficultés que rencontre généralement l’agriculture. Ainsi, les coûts de production (intrants, carburants, électricité, etc.) «ne cessent d’augmenter», rappelle Éric Fallou, président de la Fédération. «La loi Egalim2 doit permettre une meilleure prise en compte de ces augmentations», espère-t-il.

 

La menace taupins

Sur ce point, la FN3PT travaille sur un mandat-type pour que le producteur puisse demander une contractualisation écrite à son collecteur. Préserver l’excellence française. La production de plants de pommes de terre est, par ailleurs, impactée par la disparition de molécules alors que le changement climatique se traduit par une offensive des bio-agresseurs. «C’était le cas des pucerons vecteurs de virus en 2020, c’est le cas des taupins cette année», rappelle le président. «Notre métier de producteur de plants est en péril.» Le préjudice causé par les taupins est estimé à 6,2 millions d’euros. «Nous demandons aux pouvoirs publics une indemnisation des producteurs touchés», insiste Éric Fallou. Dans le cas des pucerons, la Fédération agit pour préserver la possibilité d’utiliser le Tepekki en plants et pour récupérer l’usage du sulfoxaflor.

 

Encore des parts de marché à prendre

Préserver l’excellence de la production française de plants, c’est également préserver et développer l’exportation. 1/3 de la production (202 533 t en 2020-2021) est exportée dans 70 pays. «C’est un marché stratégique pour le plant français», souligne Bernard Quéré, directeur de la FN3PT. Mais là aussi, les obstacles ne manquent pas. «La pandémie et les crises financières dans plusieurs pays clients du plant français ont fragilisé nos exports. Au-delà de ces problèmes, il faut aussi faire face à un contexte géopolitique pas toujours favorable à la France. C’est le cas de l’Algérie où l’origine France est à ce jour bannie, nous parlons là d’environ 15 000 t soit un chiffre d’affaires de l’ordre de 8 millions d’euros. Le Brexit est un autre exemple : nous demandons que les démarches d’équivalence puissent être engagées. Quant à l’Égypte, premier client du plant français pour rappel, il est déplorable que les ports français subissent plus la crise logistique que nos voisins européens», explique Éric Fallou. Pour pallier ces aléas, la fédération multiplie les actions dans de nombreux pays afin de conserver ou développer la présence du plant français. Car «des parts de marchés sont encore à prendre à l’export», conclut Bernard Quéré.

 

Un excédent commercial record de 1,1 milliard d’euros pour les semences 

Leader mondial des exportations de semences, la France affiche un solde record du commerce extérieur à 1,1 Md sur la dernière campagne, a indiqué le 15 décembre Semae (interprofession). La balance commerciale 2020-2021 des semences et plants «progresse de 6,7 % et atteint le nouveau record de 1 106 M sous l’effet conjoint d’une hausse des exportations de 3 % et d’un recul des importations de 2 %», selon un communiqué. Cette croissance est tirée par le maïs, les potagères, les oléagineux. En tête, la filière maïs et sorgho dégage un solde record de 556 M€, avec des exportations de 712 M€ (+ 7,5 %). Viennent ensuite celles des potagères et florales, à 286 M€ (+ 12 %) d’excédent, des oléagineux, à 273 M€ (+ 10 %). Les betteraves et fourragères creusent à nouveau leur déficit quand les pommes de terre voient leur balance se dégrader à 73 M€ (- 12 %). Par zones géographiques, le solde des échanges avec l’Union européenne évolue peu, à 752 M€ (+ 1,2 %). Celui avec les pays tiers atteint un pic à 354 M€, grâce principalement aux exportations (+ 9 %) qui ont comme première destination les pays de la CEI occidentale. Les livraisons bondissent, en particulier vers l’Ukraine, à 103 M€ (+ 32 %).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde