Aller au contenu principal

Pommes de terre : une récolte proche de 27 millions de tonnes en Europe

Le Groupe des producteurs de pommes de terre du Nord-ouest européen (NPEG) estime à environ 26,9 millions de tonnes la récolte 2019. C’est 10 % de plus que la saison dernière et 1,8 % de plus que la moyenne quinquennale.

Compte tenu des conditions de récolte en 2019, une attention particulière est à apporter au stockage.
Compte tenu des conditions de récolte en 2019, une attention particulière est à apporter au stockage.
© Pixabay



Cette saison, la production plus élevée a été causée par l’augmentation de la superficie consacrée aux pommes de terre de consommation dans les cinq grands pays, avec 9 % d’extension par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Cette année, les rendements moyens globaux sont estimés à 43,9 t/ha, soit 6,8 % de moins que la moyenne quinquennale, mais environ trois tonnes de plus que la campagne précédente.

Récoltes en retard, et pas encore terminées
La récolte de cette année est plus tardive que d’habitude. Début septembre, tous les systèmes d’irrigation disponibles fonctionnaient, car il faisait trop sec et courant octobre, il faisait souvent trop humide pour arracher. En Belgique et aux Pays-Bas, on estime que près de 60 % des récoltes étaient encore à faire en fin de semaine passée. Depuis quelques jours, si les chantiers ont pu redémarrer, il faudra encore plusieurs jours pour que l’ensemble des pommes de terre soient récoltées. Une attention et une surveillance supplémentaires seront nécessaires pendant le stockage, car de nombreuses pommes de terre ont été rentrées dans des conditions humides. Quelques pourritures (bactériennes ou fongiques) ont été signalées et une bonne ventilation et un bon séchage sont nécessaires. En matière de commercialisation, les expéditions vers la Pologne et d’autres pays d’Europe du Sud-Est et du Sud se sont poursuivies ces dernières semaines et le mouvement se poursuit. Toutes les tonnes déjà parties sont des tonnes qui ne seront pas disponibles pour le marché de l’UE à cinq. Les industriels de la transformation ont commencé leur demande tôt cette saison. Le niveau des prix a une tendance à la hausse depuis environ deux ou trois semaines, mais pour l’avenir tout dépendra des récoltes finales et de la qualité pendant le stockage.

Quelles surfaces en 2020 ?
Dans l’ensemble, sur le continent, «les coûts de production ont augmenté et continueront d’augmenter dans les années à venir», prévoit le NPEG. La raison ? Une augmentation de l’irrigation, des coûts supplémentaires pour les arrachages en conditions humides de cette année et surtout des coûts de stockage plus élevés. L’organisation recommande par ailleurs «de ne plus augmenter la superficie ces prochaines années (…) Si nous avons une récolte normale en 2020 dans la zone UE à quatre, sans le Royaume-Uni, le marché ne sera plus en équilibre», selon le secrétaire du NEPG.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde