Aller au contenu principal

Pommes de terre : une sécheresse «préoccupante» en Europe

La pénurie d’eau qui touche le nord de l’Europe impacte les bassins de production de pommes de terre. Les rendements devraient donc être en baisse.

Selon les prévisions, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique, la France 
et le Royaume-Uni ne devraient pas atteindre le rendement moyen en pommes de terre. 
Selon les prévisions, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique, la France
et le Royaume-Uni ne devraient pas atteindre le rendement moyen en pommes de terre. 
© D. R.




La sécheresse et les niveaux d’eau sont de plus en plus «préoccupants» dans presque toutes les zones de production de pommes de terre des cinq pays du nord-ouest européen (Allemagne, Pays-Bas, Belgique, France et Royaume-Uni) indique le NEPG*. Alors que les superficies plantées sont en augmentation de 2,2 % pour atteindre le record de 611 190 hectares, les rendements ne devraient pas être au rendez-vous. À l’exception de la Grande-Bretagne, tous les pays ont augmenté leur superficie de pommes de terre. La plus forte croissance se trouve en Allemagne, avec une croissance de 3,6 % des surfaces. Partout, les plantations se sont déroulées au bon moment et dans de bonnes conditions (avec de bons enracinements).

Une campagne «tendue»
Malgré de bonnes conditions de cultures, les premiers signes de sénescence apparaissent. Les producteurs doivent faire face au manque de pluie, à la chaleur, aux faibles capacités d’irrigation, conséquences d’un niveau bas des nappes phréatiques. Les arrachages de hâtives ont commencé depuis quatre semaines. Les premières indications montrent des rendements moyens en Allemagne et supérieurs à la moyenne pour les variétés hâtives belges à destination de la transformation.
Mais il s’agit des plantations qui ont reçu le plus d’eau. Pour le reste de la campagne, les prévisions sont plus pessimistes. Les cinq pays ne devraient pas atteindre le rendement moyen. Tout va dépendre des précipitations des semaines à venir. La campagne pourrait donc être tendue si les rendements moyens ne sont pas atteints, car la demande pour la transformation est en hausse de 8 à 10 %.

Juillet 2019, mois le plus chaud jamais mesuré
Il faut dire que le mois de juillet 2019, marqué par une canicule exceptionnelle en Europe, a été le mois le plus chaud jamais mesuré dans le monde, juste au-dessus du mois de juillet 2016, selon les données du service européen Copernicus sur le changement climatique. «Avec la poursuite des émissions de gaz à effet de serre et l’impact sur l’augmentation mondiale des températures, des records continueront à être battus», déclare, le 5 août, dans un communiqué, le chef du service Jean-Noël Thépaut.
Selon les données de Copernicus, le mercure est monté en juillet 0,04°C plus haut que le précédent record de juillet 2016, année marquée par l’influence d’un puissant el Niño. Cet écart est tellement faible qu’il est possible que d’autres organismes de référence, qui collectent et analysent les données de façon un peu différente, ne parviennent pas à la même conclusion, note le communiqué. Le mois de juillet a notamment été marqué par une canicule courte, mais très intense en Europe de l’Ouest, où plusieurs pays comme l’Allemagne, la Belgique ou les Pays-Bas, ont battu leur record absolu de chaleur. Selon Copernicus, les températures ont également été au-dessus de la normale en Alaska, au Groenland et dans certaines parties de la Sibérie, ainsi qu’en Asie centrale et certaines régions de l’Antarctique.

*Groupe des producteurs de pommes de terre du Nord-ouest européen / North-West European Potato Growers





La pousse d’herbe aussi impactée

Le 30 juillet, dans une note de conjoncture, Agreste indique qu’au 20 juillet, la production cumulée d’herbe est déficitaire au niveau national. Elle représente ainsi seulement 68 % de la pousse annuelle de référence, en recul de 8 points par rapport à celle de la période de référence. Le cumul de précipitations, déficitaire de 15 % en moyenne au plan national, combiné à des températures élevées puis caniculaires sur la dernière décade de juin ont stoppé la pousse d’herbe. La moitié des régions fourragères françaises sont déficitaires et un cinquième d’entre elles connaissent même des déficits importants. La région Auvergne Rhône Alpes est la plus affectée par les conditions météorologiques, avec un indice de rendement de 71 % et 46 % de régions fourragères en déficit important, notamment en Auvergne.


Le stress hydrique menace un quart de la population mondiale

Près d’un quart de la population mondiale, réparti dans dix-sept pays, est concerné par un risque «extrêmement haut» de «stress hydrique», selon la dernière version du «Water Risk Atlas», une carte interactive publiée le 6 août par le World Ressources institute, un cercle de réflexion américain spécialisé dans les questions environnementales. Le risque de subir une pénurie d’eau est au moins «élevé» pour un tiers de la population mondiale (quarante-quatre pays). La cause : une augmentation de la consommation mondiale, qui a «plus que doublé depuis les années 1960». Pour réduire ce risque, les chercheurs appellent notamment à «augmenter l’efficience agricole», en «utilisant des semences qui ont besoin de moins d’eau» et «améliorer les techniques d’irrigation». En France, le bassin parisien est menacé, mais les risques mondiaux se concentrent dans certaines régions bien déterminées : l’Inde, l’est de la Chine, le Mexique, le Moyen Orient et le pourtour méditerranéen.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde