Aller au contenu principal

Politique
Pour Rémi Cardon, glyphosate et NNI « trop largement utilisés »

Parmi les critiques du sénateur de la Somme et secrétaire départemental du PS (Parti Socialiste) sur le bilan de la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, figurent son renoncement sur deux sujets agricoles toujours brûlants.

glyphosate
Le sénateur Rémi Cardon lors d’un échange avec la profession agricole de la somme en avril 2021 ; rencontre au cours de laquelle les discussions avaient porté sur l’application de la loi Egalim et la future PAC.
© V.F.

La venue des 27 ministres de l’Environnement de l’Union européenne à Amiens donnant lieu à tout un tas de déclarations de celle qui invite, la ministre française et ex-députée de la deuxième circonscription de la Somme Barbara Pompili, ses adversaires politiques s’en donnent à cœur joie pour commenter en même temps son action au sein du gouvernement. Parmi eux, le sénateur (PS) Rémi Cardon réagit à l’organisation d’une rencontre ce mercredi 19 janvier entre Barbara Pompili et des étudiants de l'Université Picardie Jules-Verne. Et les griefs sont pour le moins nombreux.

Pour le benjamin du Sénat, le bilan de la ministre de la Transition écologique n’est visiblement pas bon. Dans un communiqué, il cite en vrac la condamnation de l’Etat pour « inaction dans le procès dit de l'affaire du siècle », reproche au gouvernement de ne pas avoir suivi les préconisations d’une convention citoyenne pour le climat, dénonce les annonces du même gouvernement « sans concertation ni débat » sur « la construction de nouvelles centrales nucléaires », et conclut en regrettant « une absence de vision du Gouvernement ». Est-ce vraiment tout ? Pas tout à fait puisque Rémi Cardon évoque également le renoncement de la ministre de la Transition écologique sur deux sujets agricoles toujours brûlants : « Glyphosate et néonicotinoïdes par exemple restent autorisés et trop largement utilisés », souligne le sénateur samarien.

Cette dernière charge n’est évidemment pas anodine et ne devrait pas passer inaperçue compte tenu du contexte politique actuel et du rôle joué par Rémi Cardon dans la campagne d’Anne Hidalgo pour l’élection présidentielle. L’interdiction des insecticides néonicotinoïdes fait en effet partie des priorités de la candidate du PS qui veut l’inscrire « dans les cent premiers jours de son mandat », selon le journal Le Monde.

Le seul sujet qui semble finalement rapprocher la ministre de la Transition écologique et le sénateur est celui du projet de ZAC Boréalia 2. Alors que la première a déclaré récemment qu’il s’agissait d’un modèle « complètement dépassé », Rémi Cardon juge la déclaration « positive et courageuse », mais doute encore une fois que celle-ci ait un quelconque impact sur sa réalisation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde