Aller au contenu principal

Pour se rassurer les Français optent pour les produits alimentaires locaux

Après les différentes crises sanitaires, les consommateurs sont de plus en plus méfiants et préfèrent «consommer local».

Les Français se tournent de plus en plus vers les producteurs locaux.
Les Français se tournent de plus en plus vers les producteurs locaux.
© J.-C. Gütner



L’enquête réalisée par Ipsos et le réseau Bienvenue à la ferme confirme que l’attention des Français se focalise de plus en plus sur l’origine et le lieu de fabrication des produits qu’ils consomment. Les repères habituels sont en train de perdre en capacité de réassurance alors que d’autres émergent et gagnent en crédibilité. La tendance amorcée il y a deux ans ne cesse de se renforcer : l’intérêt pour les produits locaux va croissant. Un Français sur deux dit («très souvent» ou «souvent») ne plus vraiment savoir quelle est la composition des produits alimentaires qu’ils mangent. Seulement 2 % des consommateurs affirment que cela leur arrive «rarement» ou «jamais».
Par ailleurs, 47 % des consommateurs ont aussi le sentiment qu’il est difficile d’acheter des produits alimentaires pour lesquels ils se sentent pleinement rassurés. Seulement 19 % des Français n’ont eu que rarement ou jamais ce sentiment. Preuve de ce malaise, 39 % des consommateurs affirment aller plus souvent qu’avant chercher des informations sur Internet sur des produits alimentaires avant de les acheter.

Proximité géographique
Plus généralement, 77 % des personnes interrogées disent chercher plus qu’il y a cinq ans à connaître l’origine d’un produit alimentaire avant de l’acquérir. Ils sont même 34 % à affirmer le faire «beaucoup plus souvent» qu’avant. Elles ont également de plus en plus tendance à privilégier l’achat de produits alimentaires «made in France» (81 %, 35 % le font même «beaucoup plus souvent»).
Il n’est pas alors étonnant que l’origine et la proximité géographique du produit soient les critères qui rassurent le plus. Les sondés citent en premier lieu le fait qu’il soit directement vendu par le producteur (23 %), devant la présence de labels et d’appellations officiels (16 %). Ils plébiscitent la fabrication locale (9 %). Ainsi, les Français accordent aujourd’hui autant d’importance au label agriculture biologique (8 %) qu’au «made in France» (7 %).

Retour à l'essentiel
Nombreux sont désormais les consommateurs (80 %) à déclarer acheter des produits locaux et parmi eux, quatre sur dix affirment le faire même «souvent» (41 %, contre 39 % qui le font «parfois» et 20 % «rarement» ou «jamais»). Cette tendance progresse puisque 69 % des acheteurs de produits locaux déclarent en acheter désormais plus qu’avant et elle devrait se renforcer : 59 % affirment qu’ils vont en acheter plus au cours des six prochains mois.
Autre argument de poids : les Français qui achètent des produits locaux sont massivement convaincus que cette façon de consommer permet de faire marcher l’économie locale (97 %). Cette très nette attraction pour les produits locaux correspond à une forte aspiration des consommateurs : 81 % des personnes interrogées éprouvent aujourd’hui un besoin de retour à la nature et aux choses essentielles. Elle reflète également leur attachement au monde agricole : pour un Français sur deux, il est «primordial» de transmettre aux enfants des connaissances sur le monde agricole et ses modes de production.

Trop chers
Cependant quelques points noirs existent : un consommateur sur deux estime que les produits alimentaires locaux sont plus chers que les autres. Selon une majorité d’entre eux (62 %), proposer des prix plus accessibles est considéré comme le principal moyen de renforcer la consommation locale. Par ailleurs, ils estiment qu’ils pourraient être plus incités à consommer des produits locaux s’il y avait plus de points de vente disponibles (40 %), une meilleure visibilité de l’information «produits locaux» sur l’étiquette (34 %), la possibilité d’être en contact direct avec le producteur (34 %) ou encore une meilleure visibilité dans les rayons (32 %). Les produits locaux sont achetés au marché (73 %) mais aussi en grande surface (68 %). Les producteurs locaux sont un peu moins sollicités (61 %) que les commerces de proximité (65 %). Enfin, 65 % des consommateurs de produits locaux achetés directement aux producteurs déclarent parcourir une distance maximale de 10 km pour se rendre sur les lieux de vente.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde